Avortement (IVG)

Romanvie.ch, un média honnête et objectif (et c’est rare sur l’IVG) !

Avortement en Suisse :
En Suisse, on compte chaque année environ 10’000 avortements volontaires (IVG).

Arguments contre l’IVG (pro vie, pro life) : 
– Aucune étude scientifique, par exemple publiée sur PubMed, n’a clairement montré qu’un foetus n’était pas un être sensible ou qu’il n’avait pas de conscience. Scientifiquement l’IVG ne peut pas être défendable ou en tout cas appuyé par une étude scientifique.
– La liberté de la femme ne doit en aucun cas être au détriment de l’enfant à naître. Il n’a rien demandé à personne. Autrement dit, dire que la femme est libre à 100% est une réflexion narcissique.
– Si des enfants indésirés n’étaient pas nés, le monde se serait privé de nombreux talents et génies. On peut penser à l’entrepreneur Steve Jobs.
– Dans nos sociétés progressistes on se soucie par exemple des animaux ou même des arbres, avec le concept d’âme sensible. Par contre on refuse d’imaginer qu’un foetus puisse aussi être une âme sensible ? Il y a probablement une grave erreur de logique.
– En Italie, selon un sondage du Ministère de la Santé italien réalisé en 2016, 70,9% des gynécologues italiens sont contre l’IVG (jusqu’à 88% dans certains régions du sud de l’Italie). Voir la source

Arguments durs à comprendre de ceux qui sont pour l’IVG :
– Par exemple si un prêtre catholique affirme qu’il est contre l’IVG, certaines femmes disent que seulement une femme peut avoir une opinion sur l’IVG. C’est faux, si par exemple une femme souffre de cancer du sein et se rend chez un médecin oncologue, ce dernier n’a pas besoin d’avoir souffert d’un cancer du sein pour être un bon médecin. Autrement dit, c’est une décision de société et chacun des 8 milliards d’habitants de notre planète a le droit d’avoir une opinion sur l’IVG. De la même façon, on n’a pas besoin d’être Jules César pour avoir une opinion sur Jules César, sinon le débat intellectuel est impossible.

Personnages publics clairement contre l’IVG : 
– Pape François. Il a une fois affirmé cela : “L’avortement est comme faire appel à un tueur à gage.”

Arguments pour l’IVG (pro-choix, pro-choice) :
– Environ 25% des grossesses se terminent en fausse couche, c’est-à-dire une interruption non volontaire de grossesse. Peu de personnes se soucient de ce chiffre.
– Dans certains pays pauvres, on voit des enfants dans les rues nés peut-être de parents drogués ou avec de graves problèmes. Pour les pro-choix, si ces enfants n’étaient pas nés, il y aurait moins de souffrance pour eux et la société.
– Pour certains intellectuels pro-choix, les pays où l’avortement est interdit comme le Brésil ont des taux de violence plus hauts. Cela dit il y a un paradoxe avec cet argument, car les mêmes pro-choix disent que de toute façon l’avortement existe au Brésil mais de façon illégale. Donc la corrélation n’est pas facile à identifier (entre IVG et taux de violence).


IVG dans certains pays : 
Brésil :
Au Brésil, l’IVG est interdit. Mais il y a des exceptions ou cas particuliers. En effet début 2019 l’IVG était seulement autorisée lors de 3 cas particuliers qui sont : lorsque la grossesse est le fruit d’un viol, quand la vie de la mère est en risque et lorsque le foetus souffre d’anencéphalie. Lire un article sur l’IVG au Brésil : Seulement 6% des Brésiliens totalement en faveur de l’IVG (sondage 2019)

Etats-Unis : 
Il existe des différences importantes entre les états dits progressistes (ex. Californie, New York) et conservateurs (ex. Alabama, Géorgie). Dans certains états comme l’Alabama l’avortement est limité à certains cas particuliers.
Dans une quinzaine d’Etats américains l’IVG est interdit ou limité drastiquement.
– En Alabama une loi promulguée en mai 2019 assimile l’avortement à un homicide et prévoit des peines pouvant aller jusqu’à 99 ans de prison pour les médecins, il prévoit une dérogation en cas de danger vital pour la mère, mais pas en cas de viol ou d’inceste, selon l’agence de presse ATS.
– Le Kentucky et le Mississippi ont interdit l’avortement dès que les battements du coeur du foetus peuvent être détectés (vers six semaines de grossesse), selon l’ATS.
– Dans le Missouri l’IVG est interdit à partir de huit semaines de grossesse, toujours selon l’ATS.
– Au niveau national (Etats-Unis dans son ensemble), deux tiers des Américains pensent que l’avortement doit être légal, selon une étude de l’institut Pew Center réalisée en 2018.
Remarque :  c’est suite à la célèbre décision de la Cours suprême des Etats-Unis qui porte le nom de Roe v. Wade (Roe contre Wade) que l’IVG a été légal. C’est-à-dire l’arrêt de 1973 qui a légalisé le droit des femmes à avorter tant que le foetus n’est pas viable (vers la 24e semaine).

Amérique latine : 
La grande majorité des pays d’Amérique latine interdisent l’avortement.

Pays musulmans : 
Presque tous les pays musulmans (à majorité musulmane) interdissent l’avortement.


News sur l’avortement : 
– Seulement 6% des Brésiliens totalement en faveur de l’IVG (sondage 2019)
– Berne : 1500 personnes à une marche contre l’avortement
– Les Sénateurs argentins votent contre la légalisation de l’avortement

Sources & Références : 
Gospelprime, Pew Research Center, Folha de S.Paulo, The New York Times, Keystone-ATS

Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 22.05.2019.