16 leçons à apprendre de Jacques (Bible)

THÉOLOGIE CHRÉTIENNE

Le livre de Jacques à la fin du Nouveau Testament est une véritable mine d’or pour tout Chrétien qui aimerait être plus mature dans sa foi, malgré le fait que cela soit un petit livre avec seulement 5 chapitres. Jacques ressemble aux précieux conseils pratiques qu’on peut trouver dans les Proverbes (31 chapitres) du Roi Salomon dans l’Ancien Testament. Comme dans la Bible, il y a plusieurs Jacques différents, on estime que celui qui a écrit ce livre est l’un des frères – probablement le demi-frère – de Jésus. La lettre aurait probablement été écrite entre les années 43 et 50 après J.-C. Jacques s’adresse dans ces quelques chapitres probablement en premier à des juifs chrétiens et non pas à des non juifs ou païens comme Paul dans ses nombreuses lettres (ex. Romains…). Dans cet article nous vous présentons de nombreuses leçons à retenir de ce livre tout simplement fantastique.

1. En cas de difficultés dans votre vie, persévérez dans la foie pour devenir plus mature (Jacques, Chapitre 1 aux versets 2-3 et 12). Il faut répondre aux difficultés dans la joie. Cette dernière est donnée à ceux qui croient en Dieu et cela peu importe les circonstances.


2. Si vous manquez de sagesse, demandez-là à Dieu avec conviction, Il vous la donnera (1.5-6).

3. Attention à la richesse ou biens matériaux qui vous éloignent du Royaume de Dieu (1.9-14). Soyez humbles, car la richesse rend orgueilleux.

4. La tentation ne vient pas de Dieu mais du diable (1.13-15). Dieu ne désire jamais qu’une personne devienne pécheresse.

5. Les bénédictions viennent toujours de Dieu (1.17-18). Rien de positif ne peut venir autrement que de Dieu.

6. Soyez rapide à écouter, long à parler et à vous mettre en colère (1.19-20)

7. Ne soyez pas hypocrite, faites ce que vous dites (1.22-25). Les Chrétiens doivent être des gens d’action.

8. Tenez votre langue, sinon vous n’êtes pas un bon Chrétien (1.26-27). Jacques avait dénigré son frère en estimant impossible qu’il puisse ressusciter (lire Jean 7:5), il a donc regretté d’avoir affirmé une telle inexactitude.

9. Aidez ceux qui sont dans le besoin (1:27B). Il cite les veuves et les orphelins. A cette époque, ils étaient à la marge de la société et à risque de grande pauvreté. De nos jours, de nombreuses autres personnes peuvent être dans le besoin, notamment en terme financier.

10. Ne faites pas de favoritisme entre riches et pauvres ou tout autre stéréotype (2.1-4), Dieu est impartial. Dieu a créé tous les être humains à son image et donc égaux, c’est ici une forte critique déguisée au racisme.

11. Les pauvres ont souvent plus la foi que les riches, qu font des procès entre eux ou aux plus pauvres (2.5-7).

12. Aimez votre prochain comme vous-mêmes, la solution pour résoudre les point 9 et 10 ci-dessus (2.8). Aimer son prochain comme soi-même est la règle d’or, le plus grand commandement selon Jésus (Matthieu 22.36-40).

13. La miséricorde triomphe sur le jugement (2.13). Dieu est riche en miséricorde.

14. La foi doit être authentique et active (2.14-26). Cela signifie qu’il ne faut pas avoir une foi seulement théorique, mais un processus de sanctification doit se manifester. Effectivement on est sauvé exclusivement par la foi en Jésus Christ et par la grâce de Dieu (Ephésiens 2:8-10), mais les conséquences de cette foi doivent être les oeuvres, par exemple aider les pauvres, donner une partie de ses ressources à l’église ou des institutions sociales, etc..
Jacques cite la foi d’Abraham qui était authentique, le sacrifice de son fils Isaac (qui comme on le sait n’est finalement pas mort) a montré sa véritable foi en Dieu par son action. Il a agi et n’est donc pas resté immobile.
Le verset 2:26 résume bien la situation : “Comme le corps sans âme est mort, de même la foi sans les oeuvres est mort.”


15. Contrôlez votre langue (3.1-12). La langue est petite comme un gouvernail d’un bateau selon l’analogie prise par Jacques, mais a d’importantes conséquences, souvent négatives. Il est impossible pour l’homme de contrôler sa langue, seulement Dieu peut avoir une influence sur le coeur, puis par conséquence la langue. La langue peut corrompre tout le corps. Autant on peut bénir Dieu qu’on peut maudire.

16. La sagesse peut être divine ou du monde (3.13-18). La sagesse du monde, diabolique, est celle qui est terrestre et non spirituelle. Elle est basée sur ses propres envies et désirs. Là où il y a un zèle amer et un esprit de dispute, il y a du désordre et toutes sortes de mauvaises actions. Par contre la sagesse divine, provenant de Dieu (du Paradis ou d’en haut) a de nombreuses qualités : pure, pacifique, modérée, conciliante, pleine de miséricorde et de bons fruits, exempte de duplicité, d’hypocrisie.

Prochainement suite de l’article avec les 3 autres chapitres.

Mis à jour le 2 août 2020. Par Xavier Gruffat.

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)
Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 02.08.2020.