Category Archives: NEWS

EDITORIAL – La gauche et la droite vont laisser la place respectivement au progressisme et au conservatisme

BERNE Il devient de plus en plus dur de parler du concept de gauche droite en politique. A l’époque la gauche était surtout connue pour la défense des classes populaires ou ouvrières, actuellement elle semble plus s’intéresser à la défense de certaines minorités (ex. LGBT), et la droite défendait surtout le patronat et différentes institutions (ex. armée. églises). Par conséquent la gauche qui accepte toujours plus le capitalisme ou l’économie de marché choisit des thèmes dits progressistes pour essayer d’attirer des votes, on peut dire qu’elle a plus ou moins abandonné son combat pour les classes populaires (même si des différences entre pays existent). A l’inverse la droite est un peu obligée de se positionner comme un parti conservateur, mais on peut dire que c’est aussi à cause de la gauche qui a fait un virage progressiste. La droite agit un peu en réaction, le danger est de faire exploser la droite classique comme c’est le cas aux Etats-Unis (ex. avec Trump) ou en France (pression des partis d’extrême-droite).

Futur en Suisse

En Suisse je pense que le PLR va fortement diminuer et sera de plus en plus dissout dans des partis conservateurs (ex. UDC) ou progressistes (ex. Verts, Socialistes). On devrait ainsi avoir en Suisse deux grands blocs qui s’affrontent, les conservateurs (UDC en tête) contre un blog progressiste. Un peu comme aux Etats-Unis entre les Républicains (Conservateurs) et Démocrates (Progressistes).

Le 20 mai 2022. Par Xavier Gruffat

Comment définir le conservatisme ?

Sur Romanvie.ch nous allons dans cet article essayer de définir le conservatisme ainsi que le néo-conservatisme, en fonction de notre vision du monde (worldview en anglais ou le fameux Weltanschau en allemand). La première chose est que pour nous le conservatisme est un concept plutôt positif et la deuxième chose est que la définition peut évoluer avec le temps mais si possible relativement peu. Il faut aussi distinguer des différences entre le conservatisme dans une définition anglaise (américaine, britannique) par rapport à une définition française (France surtout). En français, le terme conservatisme a souvent une connotation négative, c’est moins le cas en anglais. 

En opposition au progressisme
Le conservatisme s’oppose au progressisme – aux Etats-Unis appelé aussi libéralisme (mais attention en Suisse libéralisme est plus proche de la droite que de la gauche), comme la droite s’oppose à la gauche. Souvent le conservatisme et la droite sont liés comme c’est le cas aux États-Unis avec le parti Républicain ou au Royaume-Uni avec justement le parti conservateur. Mais en Suisse le parti de droite PLR a plutôt tendance à se définir comme un parti progressiste, même si au fond il est plutôt un parti conservateur en tout cas sur l’économie. Le PDC ou plutôt désormais Le Centre dans sa version récente (2022) se présente surtout comme un parti du centre ou de centre-gauche mais conservateur, ou légèrement conservateur, avoir abandonné le terme chrétien du terme n’est pas très glorieux.
Il est toutefois rare de voir une vraie gauche ou extrême gauche conservatrice.
A la Cours suprême américaine, on voit souvent un conflit clair entre les 9 juges progressistes et conservateurs.
Lire aussi : Mieux comprendre la cancel culture

Quelques définitions possibles du conservatisme 
– Un mouvement politique qui valorise les traditions comme des institutions différentes des seuls pouvoirs politiques comme la monarchie, l’armée ou les églises.
– Un mouvement politique qui valorise le passé. Les choses sont comme cela pour de bonnes raisons, même si ces raisons sont oubliées ou dures à discerner.
Remarque : l’intellectuel G.K. Chesterton écrivait en 1908 dans son livre Orthodoxy de façon critique que le conservatisme était la “démocratie des morts”.
– Un mouvement politique capable de dire stop au moment où personne n’a envie d’ “arrêter la machine”.

Le “reactionary nationalism”, est-ce du conservatisme ?
Le “reactionary nationalism” (nationalisme réactionnaire) qui défend pour simplifier la souveraineté nationale et se rapproche d’une forme de racisme (on peut penser au parti des Le Pen en France) ou en tout cas de préférence nationale n’est pas véritablement du conservatisme ou en tout cas pas forcément. Pour le magazine The Economist du 6 juillet 2019, le “reactionary nationalism” est une menace au conservatisme, en tout cas le classique (un conservatisme plus de classe sociale avec des valeurs fortes comme la religion chrétienne ou l’armée).
En français, le terme réactionnaire signifie aussi une envie de retour à la monarchie, avant la Révolution. C’est-à-dire une envie de détruire la démocratie. Le terme réactionnaire, en tout cas en français, est presque toujours une insulte.

Quels sont les grands médias conservateurs ?
De loin, le média ou journal conservateur sérieux le plus influent au monde est le Wall Street Journal, basé à New York. Le magazine anglais de référence mondiale The Economist peut aussi parfois être considéré comme un journal conservateur, en tout cas libéral dans une définition française.
Fox News est le média conservateur le plus influent au monde mais il est moins sérieux ou objectif que le WSJ. Pour certains comme The Economist, Fox News serait plus du pseudo-conservatisme en étant plus du “reactionary nationalism” (lire paragraphe ci-dessus). En France, Le Figaro est le journal conservateur le plus important et influent, cela reste toutefois un conservatisme plus léger que le WSJ ou surtout Fox News. En Suisse romande il n’existe aucun média de référence classé conservateur, sauf des blogs. La famille qui possède en grande partie ces médias, Murdoch, possède des médias conservateurs également au Royaume-Uni (ex. The Sun) et en Australie.

Est-ce qu’il y a des think tanks conservateurs ?
On peut citer à Washington DC le think tank Ethics & Public Policy Centre.

Le conservatisme est-il tendance en 2022 ?
Oui (et non). Par exemple les États-Unis n’ont plus de gouvernement conservateur. Le Brésil a aussi un gouvernement conservateur depuis janvier 2019 avec Bolsonaro. L’Australie a renouvelé mi-mai 2019 un gouvernement conservateur, appuyé par les médias de la famille Murdoch.
Bien sûr, de nombreuses personnes s’opposent au conservatisme, notamment les socialistes et de plus en plus les écologistes.

Est-ce que le conservatisme peut mener au nazisme ou fascisme ?
Oui, c’est évident et inutile de le nier. Tout comme la gauche peut devenir communiste. C’est pourquoi le conservatisme doit être cadré et étudié comme le fait ce site. Par exemple un média conservateur (ou parti politique) qui se respecte pourra être contre le mariage homosexuel mais si on se réfère aux valeurs du christianisme (comme Romanvie.ch) il est hors de question d’avoir de la violence, même verbale, contre la communauté homosexuelle. Il est donc important de poser des limites. À l’inverse si un média conservateur est contre le droit à l’avortement (IVG) il doit être respecté de la part des médias progressistes ou libéraux, ce qui n’est souvent pas le cas en tout cas en France ou Suisse romande.

Les évangéliques sont-ils responsables en Occident du retour du conservatisme ?
Probablement oui, mais c’est plus complexe qu’une simple relation causale. Par exemple au Brésil au premier tour de l’élection présidentielle environ 46% ont voté pour le candidat conservateur Bolsonaro, or il y a entre 30 et 35% d’évangéliques au Brésil. Cela signifie qu’une partie importante des catholiques ou athées ont voté pour le candidat conservateur. Aux États-Unis aussi, même si 80% des évangéliques qui ont voté en 2016 ont donné leur vote à Trump mais avec 25% d’évangéliques aux États-Unis ce n’est pas suffisant pour avoir une majorité même de Grands Électeurs. Cela signifie notamment que des catholiques, des athées et voire des protestants dits historiques ont apporté leur vote à Trump. On peut toutefois dire que sans les évangéliques, en tout cas sur le continent américain, ce mouvement ne pourrait probablement jamais atteindre des majorités.

Est-ce que les conservateurs sont moins bien formés que les libéraux/progressistes ?
La réponse est probablement oui mais les choses peuvent être plus complexes. Par exemple en Suisse (UDC) ou aux États-Unis (Républicains) l’électorat conservateur est probablement moins formé (ex. diplômés de l’université) et représente surtout la classe moyenne et la classe populaire.

Est-ce que les conservateurs sont moins ouverts que les libéraux/progressistes ?
Les psychologues politiques font remarquer que les libéraux sont en général plus ouverts que les conservateurs pour de nouvelles expériences comme la nourriture ou un voyage à l’étranger, comme le relève The Economist du 8 juillet 2019.

Qui sont les intellectuels conservateurs ?
On peut citer notamment l’Anglais Roger Scruton (1944-2020). Dans l’un de ses livres sur le conservatisme (A Political Philosophy : Arguments for Conservatism) paru en 2006, il fait référence à de nombreux penseurs conservateurs, notamment anglais, américains, allemands ou français. Le penseur probablement le plus important est le Britannique Edmund Burke avec son livre “Reflections on the Revolution in France“, considéré comme le texte fondateur du conservatisme moderne, comme l’écrivait The Economist en septembre 2020.

Quels sont les grands thèmes des conservateurs ?
– La famille, si possible formée par un papa et une maman avec une sexualité si possible plutôt contrôlée (pas de promiscuité). Pas de GPA légalisée.
– Une immigration contrôlée notamment par rapport aux immigrants non chrétiens.
– Des minorités qui n’imposent pas à la majorité leurs visions du monde. Par exemple les vegans n’ont pas à imposer leur alimentation à toute l’humanité, si une personne veut manger de la viande elle peut.
– Un état faible, des impôts le moins élevés possible. Les conservateurs ont une certaine méfiance avec un état trop centralisé (ex. Berne, Washington) et préfère le pouvoir au niveau régional (cantons, états, province).
– Une liberté religieuse totale, grande influence des églises évangéliques en Occident chrétien.
– Une politique restrictive sur la drogue (pas de libéralisation des drogues).
– Une interdiction ou forte restriction de l’avortement (IVG).
– Forte responsabilité personnelle. Dans ce cas il s’agit d’un point commun avec le libéralisme.
– L’influence du christianisme, il peut être protestant, évangélique, catholique ou orthodoxe en fonction de la sensibilité de chacun. Fox News ou The Wall Street Journal dans leurs éditoriaux ont par exemple une sensibilité principalement évangélique/protestante et parfois catholique ou juive (orthodoxe modéré).
– Opposition au suicide assisté comme EXIT en Suisse.
– Peu d’intérêt pour les thèmes LGBT (etc). Critique des théories de genre (ex. écriture inclusive).
– Une école qui enseigne des valeurs, notamment du conservatisme.

Libéralisme
Si on parle du libéralisme ou progressisme, d’où viennent les intellectuels ?
Il est plus ou moins évident que beaucoup d’intellectuels libéraux ou progressistes sont juifs vivant notamment sur la côte est américaine voire au Royaume-Uni, en France ou Israël, comme par exemple Chomsky ou Steven Pinker de l’université d’Harvard. En France BHL est un important penseur libéral. Ils sont bien sûr des juifs libéraux et pas des juifs orthodoxes ou conservateurs. Les juifs conservateurs sont en général et par définition plus alignés avec les chrétiens conservateurs.
Harari est aussi un grand intellectuel israélien qui vend des centaines de milliers de livres à travers le monde pour soutenir ses thèses libérales : athéisme, progrès de l’humanité, écologie.
Remarque importante : comme évangélique conservateur, je n’ai rien d’antisémite, au contraire. Ici je cite seulement des faits.

Qu’est-ce que le néo-conservatisme ?
Il s’agit simplement d’un mélange entre le libéralisme économique et le conservatisme sociétal (thèmes de la famille, lire ci-dessus). Les Républicains américains sont souvent des néo-conservateurs (les fameux neocons – pas très joli en français bien sûr). Il semble qu’en France, le programme d’Eric Zemmour soit proche du néo-conservatisme.

Article mis à jour le 20.05.2022. Par Xavier Gruffat. Sources : The Economist, The Wall Street Journal, livres sur le conservatisme.

Théologie : mieux comprendre Gog et Magog

Gog et Magog sont deux noms propres qui apparaissent notamment dans le livre d’Ézéchiel. Gog est une personne et Magog est un lieu. On peut notamment lire dans Ézéchiel : « Fils de l’homme, tourne ta face vers Gog, au pays de Magog » (38:1-2). « Gog et Magog » est surtout étudié dans le christianisme en eschatologie (doctrine de la fin du monde), car ces deux termes sont mentionnés aussi dans l’Apocalypse. Ainsi, « Gog et Magog » a souvent pris en Occident un sens de fléau mythique et infernal. Pour beaucoup de Chrétiens, « Gog et Magog » sont des alliés de Satan contre Dieu à la fin du millenium.

Autres livres qu’Ezechiel

On retrouve les noms propres Gog et Magog dans d’autres livres que dans Ézéchiel, dans la Genèse et le premier livre des Chroniques Magog désigne un des 7 fils de Japhet, fils de Noé et Gog un fils de la descendance de Joël. La tradition juive avait depuis longtemps changé le « Gog de Magog » d’Ezéchiel en « Gog et Magog ».

Ezechiel

On peut lire dans ce livre de l’Ancien Testament que Gog est prince de Magog, chef de Méshek et de Tubal. Il envahit Israël et affronte la colère de Dieu.

Apocalypse, guerre

« Gog et Magog » apparaît aussi dans l’Apocalypse. On peut lire : « Quand les mille ans seront accomplis, Satan sera relâché de sa prison. Et il sortira pour séduire les nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, afin de les rassembler pour la guerre » (20:7)

Prophétie

Les interprétations des prophéties sont différentes entre les Chrétiens et les Juifs (sans mentionner ici les Musulmans, comme les deux termes apparaissent aussi dans le Coran). La prophétie Gog est censée s’accomplir à l’approche de ce que l’on appelle la “fin des temps”, mais pas nécessairement la fin du monde. L’eschatologie juive considérait Gog et Magog comme des ennemis devant être vaincus par le Messie, ce qui ouvrirait l’ère du Messie. L’interprétation du christianisme est plus nettement apocalyptique : elle fait de Gog et Magog, qui désignent ici des nations plutôt que des individus des alliés de Satan contre Dieu à la fin du millenium, comme décrit dans le livre de l’Apocalypse.

Politique moderne

Comme on peut le lire sur le site Wikipedia.org en anglais, selon un rapport non confirmé, le président américain George W. Bush, en prélude à l’invasion de l’Irak en 2003, aurait déclaré au président français Jacques Chirac : “Gog et Magog sont à l’œuvre au Moyen-Orient”. Bush aurait poursuivi : “Cette confrontation est voulue par Dieu, qui veut utiliser ce conflit pour effacer les ennemis de son peuple avant qu’une nouvelle ère ne commence”. Des responsables de l’administration Bush affirment qu’il n’existe aucune trace de cette conversation et que faire de telles références “ne ressemble pas du tout à Bush”, et les responsables français présents lors de l’appel ont également affirmé ne pas avoir entendu de telles remarques.

Le 19 mai 2022. Par Xavier Gruffat. Sources : Wikipedia.org, vidéos YouTube à ce sujet.

Que peut-on apprendre du grand théologien et philosophe Søren Kierkegaard ?

Søren Kierkegaard est un très grand théologien et philosophe danois du 19ème siècle. Né en 1813 et mort à seulement à 42 ans en 1855, il compte parmi les plus grands philosophes modernes avec Nietzsche, Spinoza, Descartes ou Hegel. Søren Kierkegaard a été élevé dans la religion luthérienne, religion officielle du Danemark, avec beaucoup de piété mais il s’est avec le temps montré très critique envers ce courant du protestantisme créé par Martin Luther qu’il qualifiait d’hypocrite. Il a étudié la théologie à l’Université de Copenhague et son frère ainé Peter était pasteur. Quand son père, un riche commerçant, est décédé, il a hérité d’une très grande fortune lui permettant de devenir le grand penseur de son époque qu’il était. Il est souvent considéré comme un philosophe existentialiste chrétien, à la différence Jean-Paul Sartre qualifié de philosophe existentialiste athée. Comme le résume bien la page Wikipedia en français qui lui est consacrée, au milieu du xxe siècle, sa pensée a exercé une influence considérable sur la philosophie, la théologie et la culture occidentale et elle se poursuit jusqu’à nos jours.

Résumé :
Søren Kierkegaard estime que chaque personne doit faire des choix indépendants, qui constituent alors son existence. Chaque personne souffre de l’angoisse de l’indécision (sciemment ou non) jusqu’à ce qu’elle s’engage dans un choix particulier sur sa façon de vivre.

Voici quelques leçons qu’on peut retenir en ce 21ème siècle, que l’on soit chrétien ou non :

Les actions, actes ou oeuvres sont importantes dans notre vie, l’amour agapé, christianisme authentique. Le livre biblique favori1 de Søren Kierkegaard était celui de Jacques (un livre de 5 chapitres, Romanvie.ch en a longuement parlé). Les versets 14 à 26 du chapitre 2 sont fondamentaux dans son analyse, c’est-à-dire que “la foi sans les oeuvres sont mortes”. Dans son livre “Les actes de l’amour” le théologien danois explique justement que l’église luthérienne danoise aurait un peu abusé du pouvoir de la grâce. Selon lui, ce christianisme facile où “tout le monde” est chrétien favorise une forme de corruption ou d’accoutumance. M. Kierkegaard pense que l’amour, le fameux amour agapé (et pas eros), doit être au centre du vrai christianisme. Il ne remet pas en cause le Salut par la grâce cher à Martin Luther mais va chercher dans le livre de Jacques un complément probablement important aux lettres de l’apôtre Paul. Rappelons que l’amour agapé est un amour fraternel entre les hommes, sans distinction. Il estime que “l’amour pour le prochain ne doit pas être chanté – il doit être réalisé”. Il rappelle aussi que le “prochain” est tout le monde, il commente : “La première personne que vous rencontrez est votre prochain, que vous devez aimer”. L’une des principales prémisses de l’existentialisme chrétien kierkegaardien consiste à rappeler les masses à une forme plus authentique de christianisme.

L’angoisse est le vertige de la liberté. Quand on prend une décision pour une possible action (voir point no1), on a souvent une liberté absolue (en tout cas avec nous même, dans notre tête). On s’aperçoit qu’on peut choisir de ne rien faire ou de faire quelque chose. Notre esprit vacille à la pensée de la liberté absolue et un sentiment d’angoisse accompagne notre pensée. Søren Kierkegaard conclut que l’angoisse est le vertige de liberté. Comme Hamlet dans la pièce de Shakespeare qui doit choisir entre tuer ou non son ongle pour venger la mort de son père, Hamlet est face à une vraie angoisse.
Pour M. Kierkegaard, à la différence de Hegel qui pensait davantage à l’influence de l’air du temps (Zeitgeist), le philosophe danois estime que lors d’une prise de décision on est libre. D’où selon Kierkegaard une notion de subjectivité. On pourrait résumer en 2022 par la solitude du chef ou leader (ex. président), seul face à ses décisions angoissantes. Par exemple, les gens ont le vertige à cause de l’angoisse générée par le choix de la possibilité de se lancer dans le vide et mourir. D’un point de vue théologique, il met en avant la perception de l’auto-conscience et le vertige, ou la peur, de la liberté absolue. D’un point de vue plus complexe, il pense que toute pensée doit culminer dans une décision dans la mesure où la vérité n’est pas un concept, mais plutôt appelée à s’incarner dans une existence.

Différences avec le calvinisme :
Comme ce site est de tendance calviniste, la différence avec le calvinisme est que pour Søren Kierkegaard la foi ne se prouve pas mais elle s’éprouve (probablement une notion d’expérience). Il semble que dans le calvinisme, l’homme souvent angoisseux, cherche des garanties de son salut.

Le 13 mai 2022. Par Xavier Gruffat.

Théologie : mieux comprendre le Salut dans le Calvinisme – influence pour Van Gogh

Dans la théologie calviniste (parfois appelée réformée) l’homme est mort, il est dans le péché et seulement par la grâce de Dieu il croit. Les théologiens calvinistes enseignent que le péché affecte tellement la nature humaine qu’elle est incapable même d’exercer la foi en Christ par sa propre volonté. Si l’on dit que les gens conservent leur volonté, en ce sens qu’ils pèchent volontairement, ils sont incapables de ne pas pécher en raison de la corruption de leur nature due au péché originel. Les chrétiens calvinistes croient que Dieu a prédestiné certaines personnes à être sauvées et que d’autres ont été prédestinées à la damnation éternelle (concept ici de double prédestination). On parle aussi de souveraineté absolue de Dieu. Le calvinisme s’oppose dans la théologie protestante principalement à l’arminianisme (laissant plus de liberté à l’homme, concept de prescience).

Influence de Saint Augustin

Jean Calvin a été fortement influencé sur sa conception du Salut et de la prédestination par Saint Augustin (Augustin d’Hippone), notamment par le livre “La Cité de Dieu”. Saint Augustin a vécu plus de 1000 ans avant Jean Calvin, soit de l’an 354 à l’an 430. Dans sa théologie, le poids et l’habitude du péché sont tels que, sans la grâce divine, l’homme ne peut pas se sauver : c’est le sens de la lutte contre le pélagianisme (enseignements de Pélage), qui soutient l’inverse. 

Interprétation de Max Weber (capitalisme et puritains)

Pour résumer la pensée de Max Weber et probablement un peu la simplifier, un des problèmes des Calvinistes est qu’ils ne savent pas s’ils sont sauvés ou non, s’ils font parties du peuple Elu (Sauvé), c’est le fameux concept de la prédestination. Par conséquent, notamment aux Etats-Unis, de nombreux Calvinistes (Puritains en particulier) ont travaillé durement notamment au 19ème siècle et les siècles d’avant. Le succès dans leurs affaires était la preuve qu’ils étaient sauvés. Une grande force de travail était ou est un moyen de louer Dieu. L’idée était aussi que l’enrichissement pour soi n’était pas une fin en soi mais que l’argent doit être redistribué à la société. Ces personnes avaient une attitude austère et plutôt hostile à tous les plaisirs, mais il y a aussi plusieurs mythes à ce sujet. Par exemple, certains puritains consommaient de l’alcool et n’étaient pas contre la sexualité au sein du mariage. Cela dit, on comprend bien qu’une personne riche qui ne profite pas beaucoup ou très peu de son argent – concept d’ascèse – mais le redonne à la société contribue logiquement à l’enrichissement de toute un pays (ici les Etats-Unis) ou une société. Il faut noter que la plupart des spécialistes s’accordent sur le fait que le calvinisme a surtout et directement influencé les Etats-Unis aux 16ème, 17ème, 18ème siècle et voire le 19ème siècle mais plus après ou seulement de façon marginale, sans prendre en compte les concepts jungiens plus subjectifs d’inconscience collective.

Van Gogh, force de travail

Certains spécialistes de l’art pensent que l’oeuvre du peintre Vincent Van Gogh, fils d’un pasteur calviniste hollandais, avec sa grande force de travail va également dans cette direction (un livre en portugais est paru en 2021 à ce sujet : A salvação pela pintura – Le Salut par la peinture, de Rodrigo Naves). Peut-être de façon inconsciente aussi, Van Gogh a énormément travaillé en se basant sur sa foi de type calviniste malgré ses troubles psychiques en produisant des centaines de tableaux, sans vivre dans le luxe ou la superficialité. Il est aussi vrai que Van Gogh n’a pas connu de succès financier de son vivant. Il est donc difficile d’être sûr de cette théorie. En 2021, Van Gogh serait peut-être l’homme le plus riche du monde si tous ses tableaux lui appartenaient. Il est souvent considéré comme le plus grand peintre de tous les temps.

Vincent van Gogh, (1853-1890) La Nuit Etoilée, 1889. Museum of Modern Art, New York City. – Crédit photo : Adobe Stock (Romanvie.ch est client)

Lire aussi : Théologie : mieux comprendre le molinisme – un possible pont entre le calvinisme et l’arminianisme pour les protestants et évangéliques

Article mis à jour le 9 mai 2022. Par Xavier Gruffat. Sources : Vejam Só, Wikipedia.org, livres sur le calvinisme et l’économie.

EDITORIAL – L’extrême droite ou l’extrême gauche dans les grandes démocraties, logique

PARIS – SAO PAULOEn France, aux présidentielles de 2022, avec ce qui reste de la gauche et de la droite, on voit clairement 3 blocs apparaître, l’extrême droite (populiste) de Mme Le Pen, le libéralisme ou le centre de M. Macron et l’extrême gauche (populisme) de M. Mélenchon. Au Brésil, c’est encore plus clair avec 2 grands blocs, de M. Bolsonaro à l’extrême droite (populisme) et de M. Lula à la gauche ou extrême gauche (populisme dans un certains sens). Bref, dans plusieurs grandes démocraties comme la France et le Brésil, on voit le bloc libéral ou conservateur (en terme économique) fortement diminuer. Les socialistes ont souvent disparu pour des partis plus à gauche, pas toujours d’extrême gauche mais plus tranchés et clairs pour le citoyen. Aux Etats-Unis les élections du mid-term de fin 2022 devraient voir la victoire du parti Républicain, un porti populaire d’extrême droite pour sa branche trumpienne.

Pourquoi ?

Il me semble que c’est facile à comprendre. A la base le capitalisme n’est pas forcément un mauvais système, il permet l’innovation et un fond de commerce (ce qui aide à payer les employés). Mais avec le temps, notamment à la fin du 20ème siècle, on a créé des entreprises monstrueuses comme Apple ou Google, avec plus de 200 milliards de dollars de chiffres d’affaire par année, plus que le PIB de l’Ukraine et ses 45 millions d’habitants avant guerre. On a appris cette semaine que 3 des plus grandes banques du monde parmi les 10 les plus rentables venaient du Brésil (Itaú, Santander Brésil et Bradesco). La question évidente, qui paye le bénéfice de ces banques brésiliennes ? Bien sûr la classe populaire et moyenne. On peut clairement affirmer que les grandes sociétés capitalistes, parfois corrompues, abusent de leur pouvoir. Elles ne partagent pas assez d’argent avec le peuple. Par conséquent, la droite classique libérale est morte et presque indéfendable (en France le mot libéral est tabou) sauf dans quelques pays très riches comme la Suisse. Ecouter et comprendre les besoins économiques du peuple sont fondamentaux pour n’importe quel parti politique.

Stratégie républicaine américaine

Les Républicains américains ont rapidement compris, à la fin du 20ème siècle, que pour que la droite libérale gagne, comme elle est toujours plus impopulaire, ce parti devait devenir conservateur sur les valeurs pour gagner le vote des conservateurs sur les valeurs provenant des évangéliques et catholiques. Mais on peut se demander si les évangéliques, souvent de la classe populaire ou moyenne, ne se font pas “avoir” en votant pour un parti qui au niveau économique ne favorise pas vraiment ses intérêts.

Que faire ?

Il faut absolument remettre de l’éthique dans les grandes entreprises multinationales, comme Nestlé par exemple. Si les partis de droite classique veulent continuer à avoir du succès, ils doivent lutter contre la corruption et avoir plus de justice sociale. Sinon ils vont tout simplement disparaître comme en France, Brésil ou Etats-Unis. Et les partis plus populistes de droite ou de gauche prendront le pouvoir.

Le 24 avril 2022. Par Xavier Gruffat. Romanvie.ch.

Mieux comprendre le pentecôtisme, un succès globalisé

SAO PAULOLe pentecôtisme est une branche du protestantisme qui connaît une forte croissance mondiale, notamment parce qu’il s’agit d’un mouvement et pas d’une église proprement dite. Le pentecôtisme est le seul courant du christianisme, en plus de 2000 ans d’histoire, créé par un afro-descendant (afro-américain). D’un point de vue théologique, le pentecôtisme est proche de l’arminianisme, sur les idées de Jacobus Arminius, et donc moins du calvinisme. On sait que l’arminianisme a mené notamment à la création de l’Eglise Méthodiste fondée par John Wesley, un courant très axé sur la justice sociale (aide aux pauvres, l’Armée du Salut a été fondée par un méthodiste).

Décision personnelle

En novembre 2017, le magazine anglais de référence The Economist expliquait en citant le professeur Peter Berger de l’Université de Boston que : “Le pentecôtisme est l’unique grande religion, qui au centre de sa piété [définition : attachement fervent aux devoirs et aux pratiques de la religion], insiste sur un acte de décision personnelle”. La liturgie pentecôtiste, différente par exemple d’autres églises protestantes, est plus émotionnelle. Un culte pentecôtiste peut notamment inclure des témoignages, des miracles, un parler en langue (glossolalie) ou des prophéties. La louange est souvent pleine d’énergie, typique des églises afro-américaines (chants gospel). Mais de facto, si on visite des églises pentecôtistes actuelles, on se rend compte que beaucoup ne parlent plus en langue et ont un culte qui ressemble à d’autres églises évangéliques (ex. baptistes). C’est-à-dire une liturgie plus classique, avec la louange au début, le message du pasteur et les prières.

Histoire du pentecôtisme, Azusa Street (Los Angeles)

Comme l’explique le professeur de théologie Samuel Pereira Valério à Xavier Gruffat (de Romanvie.ch et de FT BR), les mouvements pentecôtistes ont connu un grand succès dans un premier temps aux Etats-Unis à Los Angeles (Azusa Street) dans des milieux défavorisés, avant de se diffuser au reste du monde et notamment à l’Amérique latine et à l’Afrique. Le pasteur William Seymour serait à l’origine de la fondation du pentecôtisme en 1906 à Los Angeles dans une église méthodiste, justement à la Azusa Street. Même si comme souvent l’histoire est plus compliquée. En Suède des premiers mouvements pentecôtistes ont été fondés à la fin du 19ème siècle par des Baptistes, on parle en terme technique de proto-pentecôtisme. Mais en général, l’histoire retient la fondation par William Seymour dans une église de la rue Azusa.

Moins de succès aux Etats-Unis

Actuellement, les mouvements pentecôtistes sont plutôt une minorité aux Etats-Unis avec environ 10 millions de fidèles ou moins de 3% de la population pour un pays de plus de 330 millions d’habitants, de forte tradition protestante (mais bien sûr surtout calviniste, le fameux courant du puritanisme). Au Brésil, par contre, le succès est grand avec environ 25 millions de Pentecôtistes en 2010 (dernières statistiques officielles fiables) ou plus de 10% de la population pour un pays d’environ 215 millions d’habitants. Au niveau politique, les votes des Pentecôtistes brésiliens sont bien sûr très disputés par les politiciens. Aux Etats-Unis, l’église Church of God (basée à Cleveland) est la première dénomination pentecôtiste avec des millions de fidèles (au hasard on peut voir des cultes sur YouTube d’une église Church of God à Butte dans l’état du Montana), devant l’Assemble de Dieu. Au Brésil, l’Assemblée de Dieu est de très loin la plus grande église pentecôtiste (lire davantage ci-dessous).

Egalité avant l’heure

Les premières communautés pentecôtistes américaines comptaient au début du 20ème siècle beaucoup de personnes de la communauté afro-américaine, des immigrés notamment suédois ou des femmes. La justice sociale était un élément majeur de ce courant. Rappelons qu’au début du 20ème siècle aux Etats-Unis, il y avait de facto une ségrégation raciale, y compris dans les églises. Le théologien brésilien Marco Davi Oliveira décrivait en 2015 que le pentecôtisme brésilien était la “religion la plus noire [dans le sens de descendance africaine] du Brésil”.

Succès Brésilien, aspect social aussi

L’arrivée des mouvements pentecôtistes au Brésil remonte déjà aux années 1910 et 1911 avec la Congregação Cristã (en français Congrégation Chrétienne) dans l’état du Paraná et l’Assemblée de Dieu à Belém dans l’état du Pará. Au Brésil, le pentecôtisme a surtout donné naissance à l’Assemblée de Dieu (AD). La plus grande église du Brésil actuellement, après bien sûr l’Eglise Catholique, est justement l’AD avec environ 20 millions de fidèles, soit presque 10% de la population. En 2010, le Censo (institut brésilien de recensement) estimait que parmi les 42 millions de Brésiliens se déclarant évangéliques, 25 millions appartenaient aux mouvements pentecôtistes. On sait que les mouvements pentecôtistes ont surtout du succès dans les grandes banlieues plutôt pauvres de Sao Paulo ou de Rio de Janeiro (ainsi que d’autres grandes villes brésiliennes) et dans des villes moyennes ou villages également plutôt pauvres ou modestes. Si on voyage au Brésil on voit dans presque chaque village ou quartier une église évangélique de l’Assemblée de Dieu (photo ci-dessous). Le sociologue des religions David Martin écrivait que le pentecôtisme et un phénomène modernisant et qui a le potentiel d’élever les pauvres à la classe moyenne. Il n’est pas impossible qu’aux élections d’octobre 2022, beaucoup de Pentecôtistes votent à nouveau pour Lula, et moins pour Bolsonaro.

Photo d’une petite église de l’Assemblée de Dieu, photo prise par Xavier Gruffat en 2022, dans la région d’Ubatuba (SP) au Brésil.

Le 23 avril 2022. Par Xavier Gruffat. Sources : programme TV de Xavier Gruffat sur YouTube, Folha de S.Paulo, livres de théologie.

THEOLOGIE – Mission Intégrale, l’équivalent protestant de la Théologie de la Libération

SAO PAULOLe christianisme est autant complexe que les sociétés modernes actuelles, qui vont de l’extrême gauche à l’extrême droite. On connaît dans les milieux évangéliques et protestants les mouvements conservateurs et donc de droite, parfois proches de la théologie de la prospérité. Un mouvement moins connu concerne la Mission Intégrale, une théologie clairement ancrée à gauche. La Mission Intégrale est idéologiquement proche de la Théologie de la Libération mise au point par certains catholiques.

Mission intégrale

La mission intégrale ou mission holistique est un terme inventé en espagnol sous le nom de misión integral dans les années 1970 par les membres du groupe chrétien évangélique Fraternidad Teológica Latinoamericana (ou FTL, son acronyme espagnol) pour décrire une compréhension de la mission chrétienne qui englobe à la fois l’évangélisation et la responsabilité sociale. Depuis le Congrès de Lausanne en 1974, la mission intégrale a influencé un nombre important d’évangéliques dans le monde entier.

Bases bibliques

Les bases bibliques de la Mission Intégrale sont nombreuses, on peut bien sûr citer Jacques (chapitre 5, versets 1 à 6, surtout) ou Luc.

Critiques

Beaucoup de théologiens critiquent la Mission Intégrale, à cause d’une herméneutique défaillante. L’herméneutique est la science de l’interprétation des textes religieux.

Liste de théologiens ou pasteurs adeptes de la Mission Intégrale :
– René Padilla (né en Equateur)
– Orlando Costas
– Justo L. González
– Robinson Cavalcanti
– Ricardo Gondim
– Carlinhos Veiga
– Carlos Queiroz (Brésilien) – voir l’une de ses vidéos

Le 18 avril 2022. Par Xavier Gruffat. Sources : Wikipedia.org, Livre en portugais Missão Integral, de C. René Padilla.

EDITORIAL – Lutte contre la corruption (Hillsong, Eglise catholique, Nestlé), soyons proactifs !

SAO PAULOCes derniers mois plusieurs scandales de corruption ont éclaté, dans l’agro-alimentaire chez Nestlé (pizzas contaminées), Ferrero (chocolats contaminés), dans des églises comme Hillsong comme Romanvie.ch en a parlé (graves cas de corruption notamment à New York) ou dans l’église catholique (couverture de cas de pédophilie, comme par exemple au Portugal, selon la Folha de S.Paulo du 15 avril 2022) ou encore à la FIFA. Toutes ces grandes organisations semblent pourries de l’intérieur, en tout cas en partie, principalement par des leaders corrompus ou incompétents pour la lutte contre la corruption.

Il y plus de 10 ans, une jeune femme qui travaillait directement pour un maire d’une ville de presque 1 million d’habitants dans la région de Sao Paulo au Brésil me disait la chose suivante : “Si j’étais politicien, je serai aussi corrompu.” Bref, dans beaucoup de régions du monde la corruption est tout simplement endémique. Mais elle l’est aussi et de plus en plus en Suisse (ex. Nestlé), Australie (ex. Hillsong) ou Italie (ex. Ferrero, Eglise Catholique). Une des mes missions est d’arriver à lutter contre la corruption touchant surtout les élites. Il y a bien sûr beaucoup de travail avec un niveau de complexité élevé.

Tests d’intégrité

Ce que certains leaders pourraient faire sont des tests d’intégrité en secret. L’idée serait d’envoyer par exemple pour Nestlé dans des usines des gens en fait externe à Nestlé (mais faisant croire que c’est Nestlé) pour proposer des choses illégales ou dignes de corruption. Si un employé s’engage dans cette voie il serait immédiatement licencié pour juste cause. Il faudrait aussi avoir des séminaires mensuels pour la lutte contre la corruption à tous les niveaux.

Autres méthodes de management

L’entreprise américaine Netflix semble faire un bon travail pour de façon indirecte limiter la corruption. Ils ont des systèmes dits de communications à 360° où tout le monde, y compris les chefs et leaders, peuvent être critiqués par des feed-backs des employés qui ne sont pas cadres.

Bref, la lutte contre la corruption est possible et dépend surtout d’une volonté du top de l’organisation.

Le 15 avril 2022 (Vendredi Saint). Par Xavier Gruffat. Sources secondaires : Folha de S.Paulo, Christian Post.

THEOLOGIE – Mieux comprendre la vie de l’apôtre Paul

Ce dossier est une co-création avec la chaîne YouTube Fórum Teológico BR

SAO PAULO – ROMEParler de la vie et de l’impact de l’apôtre Paul dans un article comme ici est presque mission impossible, tant sa vie et ses écrits canoniques sont si denses. Nous vous présentons toutefois quelques informations utiles sur la vie de l’apôtre Paul.

Petit résumé :
– Paul pour les protestants ou Saint Paul pour les Catholiques est très probablement le plus grand évangéliste, le plus grand théologien (notamment par sa célèbre Carte aux Romains), le plus grand missionnaire et celui qui a créé et fondé le plus d’églises pendant le 1er siècle de notre ère. Paul est aussi connu sous son nom juif, Saul.
– Comme on peut lire dans Actes dans le Nouveau Testament, Paul qui était un juif zélé et persécutait les Chrétiens, a vu Jésus sur le chemin de Damas. Cela marque sa célèbre conversion au christianisme (lire davantage ci-dessous).
– Paul a écrit près de la moitié des livres du Nouveau Testament, comme la célèbre lettre aux Romains, qui a eu une énorme influence sur de grands théologiens comme Saint Augustin, Martin Luther ou Jean Calvin. On apprend beaucoup de la vie de Paul, grâce à Actes, un livre écrit par Luc (qui était son ami).
– Précisément, Paul est connu pour ses voyages missionnaires entre Israël, en particulier Jérusalem, la Turquie actuelle, la Grèce et Rome (lire davantage ci-dessous).
– Il est considéré comme l’Apôtre des gentils (non juifs), à la différence de l’Apôtre Pierre plus connu comme Apôtre des Juifs. Paul, pourtant juif, a effectivement aussi beaucoup axé son ministère sur l’évangélisation de non juifs comme des grecs ou romains, mais il a aussi beaucoup converti des juifs en prêchant dans de nombreuses synagogues.
– Paul, comme pharisien (par la suite ancien pharisien), avait une excellente connaissance de l’Ancien Testament (parfois appelé Tora).

Naissance, enfance et formation :
– Paul est né à Tarse, en Cilicie, dans une famille juive. La Cilicie était une ancienne province romaine. On estime qu’il serait né entre l’an 5 à 10 après Jésus-Christ. Pour information, certains historiens estiment que Jésus-Christ serait né réellement en l’an 4 avant J.-C.
Remarque : on parle de Paul, mais son nom de naissance était Saul. On ne sait pas très bien quand il a changé son nom juif de Saul vers son équivalent grec Paul. Dans ce dossier nous allons utiliser presque en exclusivité le terme de Paul.
– Il est parti ensuite dans son adolescence à Jérusalem pour étudier notamment la Tora (Ancien Testament actuel pour résumer) avec le rabbin Gamaliel. Paul est devenu avec le temps un pharisien.

Conversion ou révélation de Damas (un vrai tournant) – Arabie :
– Sur le chemin entre Jérusalem et Damas – en fait très proche de Damas, Paul a été touché par une lumière qui l’a rendu aveugle. Jésus lui est apparu et lui a demandé pourquoi il persécutait les Chrétiens (qui ne portaient pas encore ce nom à ce moment de l’histoire). Dans Actes 9:4 on peut lire : “Il (ndlr. Paul ou Saul) tomba par terre et entendit une voix lui dire : « Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? ». Puis au verset suivant : “Il (ndlr. Paul) répondit : « Qui es-tu, Seigneur ? » Et le Seigneur dit : « Moi, je suis Jésus, celui que tu persécutes“. On pense que cette conversion ou révélation est survenue en l’an 33 après J.-C.
Ananie qui vivait à Damas est allé trouvé Paul, qui était aveugle depuis 3 jours. Il a reçu cette révélation divine dans un songe. A Damas, Ananie lui a imposé les mains et lui a rendu la vue. Paul a reçu aussitôt le baptême.
– Après sa conversion spectaculaire et extraordinaire, Paul est parti pour l’Arabie où il est resté environ 3 ans (lire Galates 1 : 17-18), de l’an 33 à 36 après J.-C. L’Arabie n’était pas très bien définie à l’époque. Il existe plusieurs théories vers où il serait parti et pourquoi. Pour beaucoup de pasteurs et théologiens c’est pour être préparé par Dieu (Dieu trinitaire) comme des Prophètes de l’Ancien Testament.

Tarse :
Après son séjour en Arabie d’environ 3 ans, Paul est retourné dans sa ville natale de Tarse où il est resté une dizaine d’année, on estime peut-être de l’an 36 à 46 après J.-C.

Antioche :
En l’an 46 après J.-C. Barnabé est allé cherché Paul à Tarse pour le faire venir à Antioche.

Mort :
La Bible n’explique pas la mort de l’apôtre Paul. Mais on suppose qu’il a été exécuté à Rome, peut-être en l’an 64 ou après. Il est donc mort comme martyre.

Ecriture des lettres de Paul dans le Nouveau Testament – Informations utiles :
Classement par ordre chronologique :
Galates : lettre à destination des Galatiens (une région de l’actuelle Turquie) écrite peut-être en l’an 33 (après J.-C), des sources parlent aussi d’une écriture entre l’an 48 et 53. Lettre écrite par Paul à Corinthe ou à Antioche. Remarque : Galates est donc clairement la première lettre ou carte écrite par Paul. Mais dans la Bible elle n’apparaît pas en première position après le livre d’Actes des Apôtres, c’est la lettre aux Romains qui est positionnée juste après Actes.
1 Thessaloniciens et 2 Thessaloniciens : lettres à destination des Thessaloniciens (une ville) écrite en l’an 50 et/ou 51 (des sources parlent aussi de 51 ou 52). Lettres écrites à Corinthe.
1 Corinthiens : lettre à destination des Corinthiens (une ville) écrite peut-être en 53 (des sources parlent aussi de l’an 55). Lettre écrite à Ephèse.
Philippiens : lettre écrite à destination des Philippiens (une ville) écrite peut-être en 55 (des sources parlent aussi de l’an 61). Lettre écrite à Rome.
Philémon : lettre à écrite à destination de Philémon (une personne) écrite peut-être en 55 ou 56 (des sources parlent aussi de l’an 60). Lettre écrite à Rome. Remarque : Philémon est la dernière lettre de Paulo dans le Nouveau Testament, située juste avant le livre Hébreux.
Colossiens : lettre à écrite à destination des Colossiens (une ville) écrite peut-être en 55 ou 56 (des sources parlent aussi de l’an 60). Lettre écrite à Rome.
Ephésiens : lettre écrite à destination des Ephésiens (une ville) écrite peut-être en 55 ou 56 (des sources parlent aussi de l’an 60). Lettre écrite à Rome.
2 Corinthiens : lettre à destination des Corinthiens (une ville) écrite peut-être en 56 (des sources parlent aussi de l’an 55). Lettre écrite en Macédoine (probablement une région actuelle de la Grèce).
Romains : lettre à destination des Romains (la célèbre ville de Rome) écrite en 57. Lettre écrite à Corinthe ou Cenchrées.
1 Thimothée : lettre à destination de Thimothée (une personne) écrite peut-être entre les ans 63 et 65. Lettre écrite en Macédoine.
Tite : lettre à destination de Tite (une personne) écrite peut-être entre les ans 63 et 65. Lettre écrite en Macédoine.
2 Thimothée : lettre à destination de Thimothée (une personne) écrite peut-être entre les ans 67 et 68. Lettre écrite à Rome. Remarque : c’est la dernière lettre de Paul, on peut clairement lire dans le dernier chapitre qu’il sait que sa mort est proche. Même si c’est sa dernière lettre, 2 Thimothée n’est pas la dernière lettre de Paul dans le Nouveau Testament, comme on l’a vu le dernière carte est celle de Philémon.

Quelques éléments théologiques ou réflexions :
– Avant sa conversion, Paul (ici on devrait dire Saul) faisait partie de la grande élite juive, en étant membre du Synode. Après sa conversion on peut dire qu’il a perdu beaucoup de privilèges même s’il continuait en tout cas au début à être bien reçu dans les synagogues d’Asie (actuelle Turquie) ou de Grèce ainsi que de Macédoine. Souvent, il a aussi été chassé des synagogues.
– Paul qui était Juif était également citoyen romain et parlait le grec (la lingua franca ou l’anglais de l’époque). Il connaissait aussi très bien la philosophie grecque de son temps. Ce côté multiculturel lui a très probablement permis de toucher de nombreuses régions d’Europe et d’Asie comme la Palestine ou Israël, la Turquie actuelle, la Grèce, la Macédoine du Nord actuelle ou encore Rome et l’Italie.

Fête de Saint-Paul – Ville de Sao Paulo au Brésil :
L’apôtre Paul est célébré par certains chrétiens et notamment les catholiques chaque 25 janvier, il s’agit plus particulièrement de la fête de sa conversion (sur le chemin de Damas). Au Brésil à São Paulo (Saint Paul en français), le 25 janvier est un jour férié. Sao Paulo (ou São Paulo) est la plus grande ville du Brésil et de facto la plus grande ville de l’Occident “chrétien” avec plus de 12 millions d’habitants. Il y a une certaine ironie à ce que l’homme (Paul) qui a probablement le plus influencé l’Occident ait donné son nom à sa plus grande ville actuelle occidentale (sans inclure la banlieue, dans ce cas Mexico City est peut-être plus peuplé que Sao Paulo et sa région).

Basilique Saint-Paul-hors-les-Murs, Rome

Par Xavier Gruffat. Mise à jour le 5 avril 2022. Crédit photo : Xavier Gruffat (envoyé à Rome).
Références bibliographiques :
– Paul: A Biography, 2018, Nicolas Thomas Wright, HarperOne. Pour ce texte l’édition en portugais à été utilisée : Paulo, uma biografia.

Voir un débat sur Paulo datant de janvier 2022 (en portugais)