Category Archives: NEWS

Les HUG recherchent du personnel en renfort pour le secteur COVID-19

GENEVE Face à l’augmentation progressive des prises en charge de patient-e-s, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont un besoin urgent de renfort au sein de leurs équipes.

Les HUG recherchent du personnel en renfort pour le secteur COVID-19

Vous êtes médecin, infirmier-ère ou collaborateur-trice administratif-ve ?

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)

Si vous êtes disponible rapidement et intéressé-e à rejoindre, pour une durée déterminée, des équipes de profesionnel-le-s pluridisciplinaires et engagées, cliquez sur ce lien pour postuler en précisant dans le champs “Votre message au responsable de l’embauche” que vous êtes inscrit-e à l’assurance-chômage.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)

Dès la réception de toutes les informations demandées et de vos disponibilités, les HUG prendront directement contact avec vous et vous informeront de la suite des modalités.

Le 28 octobre 2018 – État de Genève – Crédit photo : Adobe Stock / © 2020 Pixabay

Homicide dans la région de Montreux, suspecte arrêtée en France voisine

VAUDMardi 13 octobre 2020 le corps d’une personne décédée a été découvert à son domicile à Clarens. La victime avait été frappée par plusieurs coups de couteau. Une femme, suspectée d’être l’auteure du meurtre a été interpellée à Pontarlier / France. Elle a reconnu les faits.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)

Homicide dans la région de Montreux, suspecte arrêtée en France voisineMardi 13 octobre 2020 aux alentours de 9h00, une personne a découvert le corps d’un homme dans son appartement à Clarens, visiblement décédé depuis quelques jours. La victime, un ressortissant suisse de 59 ans, avait reçu plusieurs coups de couteau. Les investigations menées par les enquêteurs de la Police cantonale vaudoise ont permis d’identifier une personne suspectée d’avoir commis cet homicide. Il s’agit d’une ressortissante française d’une trentaine d’années. Cette personne a été interpellée en France par les autorités françaises à la demande du Ministère public vaudois. Elle a reconnu les faits.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)

La Procureure de service a ouvert une enquête et confié les investigations aux enquêteurs de la brigade criminelle de la police de sûreté en collaboration avec la brigade de police scientifique afin de déterminer les circonstances de cet homicide. Au vu de la nationalité de l’auteure et du fait que la France n’extrade pas ses ressortissants, la poursuite sera déléguée à la France.

Cette intervention a nécessité l’engagement de nombreuses patrouilles de gendarmerie, des enquêteurs et des spécialistes de la police de sûreté vaudoise.

Le 15 octobre 2018 – État de Vaud – Crédit photo : Adobe Stock

Pourquoi le calvinisme a fortement développé le capitalisme

GENEVE Le calvinisme, parfois aussi appelé réforme protestante, a fortement développé le capitalisme en Occident, surtout bien sûr en Suisse mais aussi en Hollande, au Royaume-Uni et bien sûr aux Etats-Unis. On trouve de nos jours beaucoup de calvinistes à travers le monde notamment dans les églises presbytériennes. Jean Calvin est né en 1509 à Noyen (France) et mort à Genève en 1564. Tout indique que le calvinisme ou Réforme protestante serait à l’origine de l’éthique du travail du capitalisme.

Max Weber

Le plus célèbre sociologue au monde, Max Weber, a remarqué il y a une centaine d’années que les groupes calvinistes (ainsi que d’autrs groupes protestants comme les méthodistes) notamment aux Etats-Unis avaient tendance à fortement développer le capitalisme. Le capitalisme, comme accumulation de capital, était rendu bien plus facile chez ces protestants puritains qui voyaient, un peu comme les Juifs, en la réussite financière une preuve de leur élection par Dieu. Car rappelons que la base fondamentale du calvinisme est la prédestination, autrement dit que Dieu a déjà choisi ses élus.

Succès économique (ascétisme)

Ce qui est intéressant est que les calvinistes n’avaient ou n’ont pas de goûts extravagants (ex. luxe, alcool) comparé par exemple à certains catholiques ou luthériens qui profitaient plus des plaisirs de la vie. Les protestants notamment calvinistes de l’époque auraient une grande éthique. Dans son célèbre livre L’Éthique protestante et l’Esprit du capitalisme Max Weber souligne que l’éthique est « entièrement dépouillée de tout caractère hédoniste, son but étant de gagner de l’argent, toujours plus d’argent en se gardant des jouissances strictement de la vie ». Donc si ces calvinistes travaillaient très durs, pensaient que leur réussite venait de Dieu, mais qu’ils dépensaient très peu, forcément ils accumulaient avec le temps du capital. Ce dernier étant souvent réinvesti dans l’entreprise familiale puis de façon indirecte profitait à toute la société. La preuve que sans les calvinistes, le capitalisme ne se serait peut-être pas développé ou moins, car plusieurs autres modèles ont existé dans l’histoire de l’humanité. Bien sûr, les Juifs ont une vision assez proche des calvinistes par rapport à l’argent, ils ne voient pas cela comme “sale” mais souvent comme un signe de Dieu. Dans la théorie de Max Weber, le gain devient comme une fin en soi. La valeur du travail (Beruf) est aussi absolument fondamentale, également une fin en soi reposant sur les écritures (lire verset ci-dessous de 2 Thessaloniciens), dans l’oeuvre de Max Weber.
« Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus » 2 Thessaloniciens – 3 : 10

Jean Calvin

A la différence de l’église catholique romaine de l’époque (16ème siècle), Jean Calvin ne croyait plus aux miracles. Selon lui, au temps de Jésus ils ont existé, mais au 16ème siècle et après, il n’y avait plus de miracles. Ces derniers étant alors inutiles. C’est peut-être aussi la création d’un Occident ensuite plus distant de Dieu qui donnera les bases du développement scientifique. Il est intéressant de noter que les pays qui de loin ont gagné le plus de prix Nobel sont souvent des pays à tradition protestante (Etats-Unis, Royaume-Uni et Allemagne). Jean Calvin avait bien sûr une allergie aux icônes religieuses. Certaines critiques, par exemple provenant de milieux catholiques ou orthodoxes, diront qu’il a enlevé une certaine beauté du monde et a contribué à la désacralisation du monde suite à sa cosmologie (sa compréhension du monde). La sécularisation serait aussi une conséquence, non voulue dans ce cas, de Jean Calvin.

Corée du sud

Les évangéliques ou protestants de Corée du sud ont pour certains un côté très calviniste avec des valeurs du travail très marquées et beaucoup de normes (pas boire d’alcool par exemple). Rappelons que les évangéliques représentent environ 20% de la population de ce pays d’Asie. Le calvinisme ou néo-calvinisme est développé en 2020 dans de nombreux pays du monde (USA, Royaume-Uni, Brésil, Corée du Sud).

Le 9 octobre 2020. Par Xavier Gruffat. Sources : Ancientfaith.com, livres de Max Weber.

Le “nouveau” conservatisme britannique du Labour

LONDRES Le Royaume-Uni est un pays très important pour mieux comprendre les forces en politique, surtout en Occident. Dans ce pays qui n’a pas connu une Révolution violente comme en France, il existe deux principales forces politiques, le parti conservateur (Tory or Torries) classé à droite et le parti travailliste (Labour) classé à gauche. Ces dernières années, comme on le sait, le parti conservateur emmené par sa victoire du Brexit a gagné les principales élections et a actuellement un conservateur à sa tête, Boris Johnson, comme Premier Ministre.

Le terme conservatisme n’a pas la même signification qu’en France ou en Suisse romande, pour simplifier et résumer, le conservatisme anglais est plus proche d’une droite traditionnelle et n’a pas de connotation négative comme en français. Mais si on réfléchit bien, droite et conservatisme sont souvent un synoyme, la droite voulant conserver certaines valeurs (armée, religion, économie). Même si la droite libérale est en partie différente de la droite conservatrice, notamment sur les thèmes de société. Désormais on devra compter sur la gauche conservatrice anglaise.

La nouvelle stratégie du Labour, patriotisme

Dans un article de The Economist datant du 26 septembre 2020, on découvre que le nouveau chef des travaillistes ou Labour Sir Keir Starmer semble mettre en place une nouvelle stratégie pour peut-être gagner les prochaines élections au niveau national dans seulement quatre ans. Sir Starmer aimerait récupérer le vote des classes travailleuses (working-class) basées notamment dans le nord de l’Angleterre ou dans le Pays de Galles (les “red wall”). Actuellement ces ouvriers votent en majorité davantage pour le parti conservateur, ils ont surtout voté en faveur du Brexit. Pour arriver à ses fins, l’avocat Sir Starmer essaye d’adopter un discours plus patriote et nettement moins critique sur la nation et l’armée que son prédécesseur Jeremy Corbyn, bien plus à gauche. On peut parler de socialisme patriotique. C’est au passage un peu la stratégie adoptée en 2020 par Jair Bolsonaro au Brésil, avec grand succès (il n’a jamais été autant populaire). C’est une stratégie aussi bien différente du parti Démocrate américain qui a surtout cherché les votes des minorités (noires, latinos, LGBT) quitte à négliger la classe ouvrière blanche du Midwest, une raison de la défaite en 2016 et de la victoire de Trump.

Amour du pays, un risque ?

Pour Sir Starmer, il est important d’aimer son pays. Selon un spécialiste interrogé par The Economist, si un politicien n’aime pas son pays et de façon sincère, l’électorat populaire des classes ouvrières le sent immédiatement et ne voteront pas pour ce candidat. La famille est aussi très importante dans le discours de Sir Starmer (“a country in which we put family first”). On se demande au passage si ce Sir (titre de la Royauté) marié et vivant dans un quartier riche de Londres, n’aurait peut-être pas dû choisir l’autre camp soit celui de droite, ou alors le parti Libéral anglais. L’avenir dira si la stratégie de recentrer le Labour comme Tony Blair à l’époque est la bonne. Je me rappelle une fois avoir parlé au Brésil avec un portier d’origine bolivienne gagnant peut-être 300 dollars par mois (salaire minimum) et affirmant qu’il ne voterait jamais pour la gauche, je lui ai alors demandé pourquoi vu qu’il n’était pas un Bill Gates, il m’a dit pour résumer par principe et voyait la gauche comme corrompue (ex. Lula et co). Peut-être pensait-il que ses enfants allaient s’enrichir par le capitalisme. Tout cela pour dire, ce n’est pas sûr qu’à long terme Sir Starmer ait du succès, la classe populaire pouvant préférer l’orignal conservateur à la copie, il lui restera alors probablement de séduire un peu comme en Suisse la “gauche caviar” ou petite bourgeoise (cadres moyens, fonctionnaires).

Le 2 octobre 2020. Par Xavier Gruffat. Source principale : The Economist (édition papier).
Crédit photo : Par Southlondoneye (compilation, sources to attribute see above) — London Pano by kloniwotskiTrafalgar Square by Elias GaylesLondon Eye by DiliffTower Bridge by UlyssesThirtyOneElizabeth Tower and Roundel by Supercar Roadtrip, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=46949066

Violences et menaces contre les fonctionnaires

VAUDCe vendredi 25 septembre, lors d’une intervention dans le quartier de la Planchette à Aigle, des fonctionnaires de police ont été violemment pris à partie par une dizaine de jeunes gens. Plusieurs personnes ont été interpellées et conduites dans les locaux de police. La procureure de service a ouvert une enquête afin d’établir les faits.

Vendredi 25 septembre 2020, vers 22h30, la police du Chablais vaudois (EPOC) s’est rendue dans le quartier de la Planchette à Aigle, suite à divers appels faisant état d’une bagarre impliquant une dizaine de personnes.

Arrivés sur place et alors qu’ils procédaient aux identifications, les policiers ont été pris à partie par de jeunes hommes qui les ont copieusement insultés et menacés, cherchant pour certains clairement l’affrontement physique avec les agents de l’EPOC. Ces derniers ont dû faire usage de leur spray afin de maintenir une distance de sécurité.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)

Appelées en renfort, quatre patrouilles de la gendarmerie vaudoise (8 policiers) sont rapidement intervenues sur les lieux.

Les jeunes ont alors pris leurs distances avec les policiers puis les ont copieusement arrosés de pierres et autres objets, endommageant fortement deux véhicules de police. Aucun agent n’a heureusement été blessé par ces projectiles. Deux jeunes hommes sont ensuite revenus à la charge contre les policiers pour en découdre physiquement. Ils ont pu être interpellés.

Les investigations menées sous la direction de la Procureure de service ont conduit à l’interpellation de deux autres individus, également impliqués dans ces événements.

Ces quatre personnes ont été conduites dans les locaux de la Police cantonale et ont été retenues plusieurs heures pour les besoins de l’enquête. Elles ont finalement été relaxées au terme des auditions par le Ministère public. Il s’agit de deux ressortissants portugais, un Ivoirien et un Brésilien, tous âgés entre 19 et 22 ans et domiciliés dans la région.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)

Violences et menaces contre les fonctionnaires

Des plaintes pénales ont été déposées par plusieurs policiers pour menace et violence contre les autorités et les fonctionnaires. Les corps de police ont également déposé plainte pour les dommages aux véhicules.

Une action coordonnée entre l’EPOC et la Gendarmerie vaudoise a été mise en place dans la nuit de samedi à dimanche permettant au final d’offrir aux habitants du quartier de la Planchette une nuit calme.

Source : communiqué de presse de la police vaudoise – Le 27 septembre 2020. Photo illustration : Adobe Stock / © 2020 Pixabay

La Cours suprême américaine désormais à claire majorité conservatrice (26.09.2020)

WASHINGTON A environ 23h03 heure suisse (17h03 heure de Washington D.C.) le 26 septembre 2020, le président Américain Donald Trump a annoncé à la Maison Blanche la nomination de la juge Amy Coney Barrett, âgée de 48 ans, à la Cours suprême américaine. Cela dit, le Sénat doit encore valider le choix de M. Trump. Comme le Sénat est a majorité Républicaine (droite), le parti de Trump, cela ne devrait être qu’une formalité. Il est difficile de savoir l’impact de cette nomination sur l’élection présidentielle de novembre 2020.

Cours suprême à claire majorité conservatrice

La Cours suprême, qui ressemble au Tribunal fédéral suisse, compte aux Etats-Unis 9 juges (contre 38 en Suisse), 6 seront désormais proches des milieux conservateurs si Mme Coney Barrett est confirmée par le Sénat. Mme Coney Barrett est une juge d’appel fédéral et professeur de Notre Dame (une université) qui était greffière pour feu le juge de la Cours suprême Antonin Scalia à la fin des années 1990. Mme Coney Barrett est la mère de 7 enfants, elle se définit comme une catholique pratiquante et engagée.

IVG

Un combat à venir des membres de la Cours suprême pourrait être l’IVG, mais selon le Wall Street Journal du 25 septembre 2020, rien n’indique que les juges ne veuillent revenir sur le jugement Roe v. Wade (Roe contre Wade). C’est-à-dire un arrêt de la Cour suprême datant de 1973 qui a légalisé le droit des femmes à avorter tant que le foetus n’est pas viable (vers la 24e semaine). En fait, un seul juge a pour le moment confirmé qu’il aimerait revoir le jugement Roe v. Wade. La Cours suprême américaine prend environ 100 décisions par année, l’IVG n’est qu’une décision parmi d’autres, même si c’est un clair marqueur de la droite conservatrice américaine proches des milieux chrétiens (catholiques conservateurs et la majorité des évangéliques, moins des protestants).

Le 26 septembre 2020. Par Xavier Gruffat. Sources : CNN (TV et site Internet), The Wall Street Journal

3 manières de gérer l’argent dans le couple

La question de la gestion de l’argent dans le couple constitue souvent un sujet épineux, et pourtant les finances tiennent une place importante dans l’équilibre d’un ménage. Il existe différentes méthodes possibles, mais c’est à chaque couple de faire son choix selon ses objectifs, sa vision de l’argent et ce qui lui semble correspondre au mieux à ses besoins. Parfois, il n’est pas facile de trouver la meilleure façon de gérer l’argent du couple dès les premières années de mariage. En effet, les pratiques peuvent changer avec le temps et l’expérience, et le choix de la méthode va se faire progressivement au fil du temps, l’essentiel est de trouver une réponse où chacun se sent satisfait et épanoui. La gestion des finances peut aussi subir différentes modifications selon les circonstances. Il ne faut ainsi pas avoir peur du changement. En ce temps de crise sanitaire qui affecte grandement la situation économique, les revenus peuvent diminuer ou des difficultés peuvent se présenter, c’est le moment de repenser au modèle économique du couple et de retrouver un nouvel équilibre. Pour mieux vous orienter vers le bon choix, voici 3 manières de gérer l’argent du couple.

3 manières de gérer l’argent dans le couple

1. La gestion individuelle des revenus

Dans ce mode de gestion, chacun va gérer ses propres finances sans chercher à tout savoir sur le montant des revenus de l’autre ou sur sa façon de dépenser ou d’économiser son argent. Il s’agit le plus souvent d’une pratique adoptée par les couples qui ne sont pas encore mariés ou pendant les premières années du mariage où chacun préfère encore garder une certaine indépendance en ce qui concerne son argent. Cependant, à partir du moment où l’on commence à avoir des visions et des projets communs, cette méthode risque de ne pas convenir puisque les partenaires auront du mal à atteindre leur objectif s’ils n’épargnent pas de la même façon ou si l’un des époux a du mal à gérer ses finances. Il faudra ainsi trouver le moyen de mieux comprendre la capacité financière de chacun pour soutenir un même objectif sans que cela n’affecte la relation du couple.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)

2. La gestion commune d’une partie des revenus

Si vous arrivez au stade où vous sentez qu’il est temps d’entreprendre ensemble des projets communs, cette solution peut convenir à ceux qui souhaitent encore garder un certain pouvoir sur leurs revenus propres. Dans cette méthode, l’idée est de départager les dépenses selon un pourcentage que vous conviendrez en fonction de la situation financière de chacun. Ici, il y a plus d’ouverture vers l’autre, un regard plus poussé sur ses atouts et ses faiblesses en matière de gestion d’argent. En cas de grand écart dans les revenus, il peut être difficile de tenir longtemps avec cette manière de faire. Si vous tenez vraiment à ce que chacun garde une main mise sur son argent, il peut être nécessaire de trouver des formules plus souples et équitables pour que tout le monde soit à l’aise. Ainsi, il convient de se mettre d’accord sur le mode de vie qui convient au mieux au couple et de départager les dépenses selon le niveau des revenus de chacun. En effet, quelqu’un qui gagne beaucoup pourrait aspirer à une vie plus confortable alors que les dépenses risquent de frustrer l’autre pour qui il est mieux de vivre de façon plus modeste pour optimiser son budget. Bien évidemment, le mieux dans ce type de formule est d’arriver à une gestion semi-commun, c’est-à-dire qu’une grande partie des salaires sera versée dans la caisse commune du couple, mais chacun va cependant garder une partie de son argent pour ses besoins personnels et son économie. La gestion sera facilitée puisqu’elle se fait à deux et la constitution d’une épargne commune est plus aisée afin de réaliser de grands projets.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)

3. La gestion commune des revenus

Dans cette option, le couple ne fait plus qu’un et met tous les revenus dans une caisse commune. Cette méthode est l’idéale à long terme puisque la vie change avec l’arrivée des enfants, le besoin de déménager ou d’acheter une voiture… Ce choix demande une grande confiance mutuelle, mais prouve que les époux commencent à partager des valeurs communes, notamment dans le domaine de la gestion de l’argent. Il est possible de passer par différentes étapes avant d’arriver à ce stade, mais le fait de tout mettre en commun ouvre aussi de nombreuses opportunités et permet de faire des choix plus judicieux et d’établir un budget totalement approuvé par les deux parties.

Dans tous les cas, si vous avez du mal à trouver une concession, la communication reste la clé de la réussite de votre mode de gestion. Il est important d’oser parler d’argent dans le couple et de discuter ensemble de la meilleure manière de gérer vos revenus. Il existe des applications qui peuvent aider à répartir les dépenses, n’hésitez pas à apprendre et à essayer ces outils, ils pourraient vous être d’une aide précieuse. Le plus important est de se mettre d’accord sur un mode de gestion qui convient à tous les deux et qui ne vient pas assombrir votre bonheur d’être ensemble.

Dans la situation actuelle, même si vous traversez des épreuves difficiles, n’ayez crainte, car vous n’êtes pas seuls, Dieu vous fait une promesse dans Philippiens 4:6 : « Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. ». Quels que soient vos besoins, Dieu y pourvoira à sa manière, restez forts dans la prière.

Le 25 septembre 2020. Par la rédaction de Romanvie. Photo illustration : © 2020 Pixabay

Lire d’autres articles sur la vie de couple sur notre Love Blog

Comment définir le conservatisme ?

Sur Romanvie.ch nous allons dans cet article essayer de définir le conservatisme ainsi que le néo-conservatisme, en fonction de notre vision du monde (worldview en anglais). La première chose est que pour nous le conservatisme est un concept plutôt positif et la deuxième chose est que la définition peut évoluer avec le temps mais si possible relativement peu. Il faut aussi distinguer des différences entre le conservatisme dans une définition anglaise (américaine, britannique) par rapport à une définition française (France surtout). En français, le terme conservatisme a souvent une connotation négative, c’est moins le cas en anglais. 

En opposition au progressisme
Le conservatisme s’oppose au progressisme – aux Etats-Unis appelé aussi libéralisme (mais attention en Suisse libéralisme est plus proche de la droite que de la gauche), comme la droite s’oppose à la gauche. Souvent le conservatisme et la droite sont liés comme c’est le cas aux États-Unis avec le parti Républicain ou au Royaume-Uni avec justement le parti conservateur. Mais en Suisse le parti de droite PLR a plutôt tendance à se définir comme un parti progressiste, même si au fond il est plutôt un parti conservateur en tout cas sur l’économie. Le PDC dans sa version récente (2020) se présente surtout comme un parti du centre ou de centre-gauche mais conservateur.
Il est toutefois rare de voir une vraie gauche ou extrême gauche conservatrice.
A la Cours suprême américaine, on voit souvent un conflit clair entre les 9 juges progressistes et conservateurs.

Quelques définitions possibles du conservatisme 
– Un mouvement politique qui valorise les traditions comme des institutions différentes des seuls pouvoirs politiques comme la monarchie, l’armée ou les églises.
– Un mouvement politique qui valorise le passé. Les choses sont comme cela pour de bonnes raisons, même si ces raisons sont oubliées ou dures à discerner.
Remarque : l’intellectuel G.K. Chesterton écrivait en 1908 dans son livre Orthodoxy de façon critique que le conservatisme était la “démocratie des morts”.
– Un mouvement politique capable de dire stop au moment où personne n’a envie d’ “arrêter la machine”.

Le “reactionary nationalism”, est-ce du conservatisme ?
Le “reactionary nationalism” (nationalisme réactionnaire) qui défend pour simplifier la souveraineté nationale et se rapproche d’une forme de racisme (on peut penser au parti des Le Pen en France) ou en tout cas de préférence nationale n’est pas véritablement du conservatisme ou en tout cas pas forcément. Pour le magazine The Economist du 6 juillet 2019, le “reactionary nationalism” est une menace au conservatisme, en tout cas le classique (un conservatisme plus de classe sociale avec des valeurs fortes comme la religion chrétienne ou l’armée).
En français, le terme réactionnaire signifie aussi une envie de retour à la monarchie, avant la Révolution. Le terme réactionnaire est presque toujours une insulte.

Quels sont les grands médias conservateurs ?
De loin, le média ou journal conservateur sérieux le plus influent au monde est le Wall Street Journal, basé à New York. Le magazine anglais de référence mondiale The Economist peut aussi parfois être considéré comme un journal conservateur, en tout cas libéral dans une définition française.
Fox News est le média conservateur le plus influent au monde mais il est moins sérieux ou objectif que le WSJ. Pour certains comme The Economist, Fox News serait plus du pseudo-conservatisme en étant plus du “reactionary nationalism” (lire paragraphe ci-dessus). En France, Le Figaro est le journal conservateur le plus important et influent, cela reste toutefois un conservatisme plus léger que le WSJ ou surtout Fox News. En Suisse romande il n’existe aucun média de référence classé conservateur, sauf des blogs. La famille qui possède en grande partie ces médias, Murdoch, possède des médias conservateurs également au Royaume-Uni (ex. The Sun) et en Australie.

Est-ce qu’il y a des think tanks conservateurs ?
On peut citer à Washington DC le think tank Ethics & Public Policy Centre.

Le conservatisme est-il tendance en 2020 ?
Oui (et non). Par exemple les États-Unis avec Trump ont un gouvernement conservateur. Le Brésil a aussi un gouvernement conservateur depuis janvier 2019 avec Bolsonaro. L’Australie a renouvelé mi-mai 2019 un gouvernement conservateur, appuyé par les médias de la famille Murdoch. Bien sûr, de nombreuses personnes s’opposent au conservatisme, notamment les socialistes et de plus en plus les écologistes.

Est-ce que le conservatisme peut mener au nazisme ou fascisme ?
Oui, c’est évident et inutile de le nier. Tout comme la gauche peut devenir communiste. C’est pourquoi le conservatisme doit être cadré et étudié comme le fait ce site. Par exemple un média conservateur (ou parti politique) qui se respecte pourra être contre le mariage homosexuel mais si on se réfère aux valeurs du christianisme (comme Romanvie.ch) il est hors de question d’avoir de la violence, même verbale, contre la communauté homosexuelle. Il est donc important de poser des limites. À l’inverse si un média conservateur est contre le droit à l’avortement (IVG) il doit être respecté de la part des médias progressistes ou libéraux, ce qui n’est souvent pas le cas en tout cas en France ou Suisse romande.

Les évangéliques sont-ils responsables en Occident du retour du conservatisme ?
Probablement oui, mais c’est plus complexe qu’une simple relation causale. Par exemple au Brésil au premier tour de l’élection présidentielle environ 46% ont voté pour le candidat conservateur Bolsonaro, or il y a entre 30 et 35% d’évangéliques au Brésil. Cela signifie qu’une partie importante des catholiques ou athées ont voté pour le candidat conservateur. Aux États-Unis aussi, même si 80% des évangéliques qui ont voté en 2016 ont donné leur vote à Trump mais avec 25% d’évangéliques aux États-Unis ce n’est pas suffisant pour avoir une majorité même de Grands Électeurs. Cela signifie notamment que des catholiques, des athées et voire des protestants dits historiques ont apporté leur vote à Trump. On peut toutefois dire que sans les évangéliques, en tout cas sur le continent américain, ce mouvement ne pourrait probablement jamais atteindre des majorités.

Est-ce que les conservateurs sont moins bien formés que les libéraux/progressistes ?
La réponse est probablement oui mais les choses peuvent être plus complexes. Par exemple en Suisse (UDC) ou aux États-Unis (Républicains) l’électorat conservateur est probablement moins formé (ex. diplômés de l’université) et représente surtout la classe moyenne et la classe populaire.

Est-ce que les conservateurs sont moins ouverts que les libéraux/progressistes ?
Les psychologues politiques font remarquer que les libéraux sont en général plus ouverts que les conservateurs pour de nouvelles expériences comme la nourriture ou un voyage à l’étranger, comme le relève The Economist du 8 juillet 2019.

Qui sont les intellectuels conservateurs ?
On peut citer notamment l’Anglais Roger Scruton (1944-2020). Dans l’un de ses livres sur le conservatisme (A Political Philosophy : Arguments for Conservatism) paru en 2006, il fait référence à de nombreux penseurs conservateurs, notamment anglais, américains, allemands ou français. Le penseur probablement le plus important est le Britannique Edmund Burke avec son livre “Reflections on the Revolution in France“, considéré comme le texte fondateur du conservatisme moderne, comme l’écrivait The Economist en septembre 2020.

Quels sont les grands thèmes des conservateurs ?
– La famille, si possible formée par un papa et une maman avec une sexualité si possible plutôt contrôlée (pas de promiscuité). Pas de GPA légalisée.
– Une immigration contrôlée notamment par rapport aux immigrants non chrétiens.
– Des minorités qui n’imposent pas à la majorité leurs visions du monde. Par exemple les vegans n’ont pas à imposer leur alimentation à toute l’humanité, si une personne veut manger de la viande elle peut.
– Un état faible, des impôts le moins élevés possible. Les conservateurs ont une certaine méfiance avec un état trop centralisé (ex. Berne, Washington) et préfère le pouvoir au niveau régional (cantons, états, province).
– Une liberté religieuse totale, grande influence des églises évangéliques en Occident chrétien.
– Une politique restrictive sur la drogue (pas de libéralisation des drogues).
– Une interdiction ou forte restriction de l’avortement (IVG).
– Forte responsabilité personnelle. Dans ce cas il s’agit d’un point commun avec le libéralisme.
– L’influence du christianisme, il peut être protestant, évangélique, catholique ou orthodoxe en fonction de la sensibilité de chacun. Fox News ou The Wall Street Journal dans leurs éditoriaux ont par exemple une sensibilité principalement évangélique/protestante et parfois catholique ou juive (orthodoxe modéré).
– Opposition au suicide assisté comme EXIT en Suisse.

Libéralisme
Si on parle du libéralisme ou progressisme, d’où viennent les intellectuels ?
Il est plus ou moins évident que beaucoup d’intellectuels libéraux ou progressistes sont juifs vivant notamment sur la côte est américaine voire au Royaume-Uni, en France ou Israël, comme par exemple Chomsky ou Steven Pinker de l’université d’Harvard. En France BHL est un important penseur libéral. Ils sont bien sûr des juifs libéraux et pas des juifs orthodoxes ou conservateurs. Les juifs conservateurs sont en général et par définition plus alignés avec les chrétiens conservateurs.
Harari est aussi un grand intellectuel israélien qui vend des centaines de milliers de livres à travers le monde pour soutenir ses thèses libérales : athéisme, progrès de l’humanité, écologie.
Remarque importante : comme évangélique conservateur, je n’ai rien d’antisémite, au contraire. Ici je cite seulement des faits.

Qu’est-ce que le néo-conservatisme ?
Il s’agit simplement d’un mélange entre le libéralisme économique et le conservatisme sociétal (thèmes de la famille, lire ci-dessus). Les Républicains américains sont souvent des néo-conservateurs (les fameux neocons – pas très joli en français bien sûr).

Article mis à jour le 24.09.2019. Par Xavier Gruffat. Sources : The Economist, The Wall Street Journal, livres sur le conservatisme.

Tous (ou presque) les présidents américains étaient chrétiens

san-francisco-homepage-ACR-2015WASHINGTON A un mois de l’élection présidentielle américaine (début novembre 2020), on peut se poser la question de la religion ou foi des présidents américains. En 2016, le Pew Research Center a mené l’enquête sur la religion des 45 présidents américains, Donald Trump étant le 45ème président des Etats-Unis. Première observation, il s’agissait à 100% d’hommes. Deuxième analyse, mis à part un catholique (Kennedy), tous les présidents étaient protestants/évangéliques ou pour deux d’entre eux n’étaient pas véritablement affiliés comme Thomas Jefferson et Abraham Lincoln, ce dernier n’aurait jamais été membre d’une église. Jefferson (le 3ème Président) était un président “original” vu qu’il a édité le Nouveau Testament, en retirant les miracles de Jésus. On pourrait le qualifier avec un peu d’humour de “demi-chrétien”. Le président Trump, un protestant presbytérien néanmoins peu pratiquant si on en croit la presse, n’a pas changé les statistiques. Avec l’élection en novembre 2020 soit de Trump ou du catholique Biden, rien ne va changer. Les juifs, musulmans, athées/agnostiques ou autres religions devront encore attendre 4 ans pour un changement de logique. 

Eglise épiscopale surtout

Mis à part Kennedy, Jefferson et Lincoln, tous les autres présidents américains appartenaient à une dénomination du protestantisme, Obama se définissait toutefois comme chrétien sans être très clair sur son courant théologique. Beaucoup de présidents comme Reagan, Eisenhower, Jackson et Trump (9 au total) étaient presbytériens, à l’origine l’église protestante d’Ecosse (Royaume-Uni), d’influence calviniste. La majorité des présidents étaient  de l’Eglise épiscopale avec “Bush père”, F. Roosevelt ou encore Ford (11 au total). Pour résumer et simplifier, cette église est la branche américaine de l’église anglicane. En 2020, cette église adoptait surtout des courants de pensée progressistes comme l’accueil des réfugiés, le mariage homosexuel, etc. D’autres présidents comme “Bush fils” ou Bill Clinton étaient baptistes (souvent considéré comme un mouvement évangélique) ou méthodistes.

Religion aux Etats-Unis – 70%

Rappelons qu’aux Etats-Unis environ 25% de la population est évangélique, environ 15 à 20% sont protestants historiques ou appartenant aux églises noires. Juste un peu moins de 50%  de la population américaine est donc protestante au sens large (incluant les évangéliques). Environ 20% sont catholiques. Les Etats-Unis comptent moins de 1% de Musulmans et moins de 2% de Juifs. Le reste appartient à d’autres religions (mormons), athées, agnostiques, sans affiliation, etc. Remarquons que les statistiques changent assez rapidement. On peut retenir le chiffre d’environ 70% de Chrétiens aux Etats-Unis.

Selon le Pew Research Center, une étude a montré qu’en 2014, les évangéliques blancs votaient en majorité pour le parti Républicain. Les noirs évangéliques et protestants continuent eux de voter massivement pour le parti Démocrate. Dans le quartier du Bronx à New York, selon la NPR, plus de 90% des habitants votent Démocrate. Dans l’élection de Donald Trump en novembre 2016, plus de 80% des évangéliques blancs qui avaient voté ont attribué leur vote à Trump.

Lire aussi : Evangéliques dans le monde, Les protestants et évangéliques au pouvoir aux Etats-Unis

Article mis à jour le 2 octobre 2020. Par Xavier Gruffat. Sources : Pew Research Center, lire l’article en anglais ici, NPR, The Wall Street Journal, La Croix, La Nacion (journal de référence argentin), Gospelprime.com.br.

EDITORIAL – Pourquoi la Suisse romande n’a pas besoin d’un énième média libéral comme Watson.ch

MONTREUX On a appris en septembre 2020 que Watson.ch allait se développer en Suisse romande en français dès début 2021. Tant mieux pour cette société argovienne mais il faut être clair, la Suisse romande n’a pas besoin de ce énième média libéral et progressiste.

Watson.ch

Watson.ch appartient à la société de média AZ Medien dans le canton d’Argovie. Leur média gratuit, payé par la publicité, Watson.ch est un grand succès en terme d’audience en Suisse alémanique. Par exemple en août 2020, le site a compté presque 8 millions de visiteurs, avec 86,6% provenant de Suisse, selon Similarweb.com. 4,7% de leur trafic provient des réseaux sociaux comme Facebook et plus de 73% sont des visites directes. La preuve qu’en terme d’audience ce site marche bien et semble rivaliser avec Blick.ch (de Ringier) qui compte lui quand même plus de 3 fois plus de visiteurs (presque 32 millions en août 2020, selon Similarweb.com) ou 20min.ch (plus de 35 millions en août 2020, selon Similarweb.com).

Suisse romande

Le problème en Suisse romande est qu’il y a déjà plusieurs médias généralistes, on peut citer rts.ch, 20min.ch (20 Minutes), letemps.ch, tdg.ch, 24heures.ch, lematin.ch ou encore lenouvelliste.ch. Certains comme Le Nouvelliste publie beaucoup de news de l’agence de presse suisse Keystone-ATS. A voir si Watson publiera aussi beaucoup de news d’agences ou sera capable avec son équipe de 20 journalistes de produire du contenu unique et à valeur ajoutée. On peut dire probablement que Watson.ch cherchera à se positionner contre lematin.ch et 20min.ch.

Conservatisme

Si on regarde la liste des médias et sites mentionnés ci-dessus, ils appartiennent tous à des groupes de presse qu’on peut qualifier de progressiste ou libéral (SSR, Ringier, TX Group – Tamedia, AZ Media). Ce qui manque à la Suisse est un site ou média fort conservateur ou au moins libéral-conservateur, apportant une vraie alternative comme en France avec Le Figaro ou aux Etats-Unis avec le Wall Street Journal.

Bref, l’ouverture de Watson.ch en Suise romande est un peu comme si dans une ville comme Montreux vous avez que des pizzerias et une nouvelle ouvre, ok on prend note. Mais ce qu’on veut c’est un restaurant japonais ou péruvien pour poursuivre la métaphore. Romanvie.ch pourrait devenir une plateforme conservatrice, mais la route est encore bien longue.

Le 16 septembre 2020. Par Xavier Gruffat (Romanvie.ch)