Category Archives: NEWS

La Pentecôte à travers les âges

La Pentecôte à travers les âgesLa Pentecôte est une fête commémorant la venue du Saint-Esprit, la troisième personne de la trinité chrétienne. Elle est célébrée dans toutes les églises chrétiennes 50 jours après Pâques, soit 10 jours après l’Ascension, d’où le nom de « pentecoste » qui signifie en grec : cinquantième jour. Découvrons à travers les âges les spécificités de cette célébration marquée par l’accomplissement de la promesse du Christ lorsqu’Il annonce à ses disciples lors de son ascension qu’après son départ viendrait l’Esprit de vérité (Saint-Esprit), une assistance divine destinée à rappeler aux siens l’amour et la présence de Dieu en toutes circonstances.
Avant Jésus Christ
À l’origine, la Pentecôte est une fête juive caractérisée par une action de grâce accueillant les premiers fruits de la moisson du blé. Elle acquiert progressivement d’autres significations et devient plus tard une fête hébraïque associée à l’Alliance entre Dieu et Moïse, symbolisée par la remise de la loi par Dieu entre les mains du prophète sur le mont Sinaï.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)

Après Jésus Christ

La Pentecôte s’est transformée en fête chrétienne après la résurrection du Christ. Elle commémore désormais le jour où les Apôtres ont reçu l’Esprit Saint qui descendait du ciel sous forme de langues de feu. Ce don de Dieu est vu comme une Nouvelle Alliance qui à la fois accomplit et succède à la Loi mosaïque. En effet, cet événement important de l’histoire de la Bible se situe au moment même où se déroulait cette fête juive et pendant lequel les disciples de Jésus se sont réunis dans le Cénacle de Jérusalem. Lorsqu’ils reçoivent le Saint-Esprit, ils se sont mis à parler en d’autres langues. La réception de ce don traduit la volonté de Dieu d’accorder sa grâce à tous les êtres humains et de répandre sa parole jusqu’aux confins de la terre, engageant chaque chrétien à devenir un acteur de cette promesse en accomplissant Son œuvre et en répandant à son tour la bonne nouvelle. Pour beaucoup de spécialistes, la Pentecôte marque le début de l’Eglise (qu’elle soit catholique ou protestante/évangélique) comme on l’a connaît aujourd’hui.

Pentecôte ou « dimanche blanc » ?

Dans les anciennes églises, la Pentecôte était célébrée pendant les 50 jours à partir de Pâques. Cette célébration est marquée par les baptêmes qui ont principalement lieu au début, c’est-à-dire le jour de Pâques, et à la fin, c’est-à-dire le jour de Pentecôte, de cette période de 7 semaines.

Dans certains pays ou endroits comme l’Europe du Nord ou l’Angleterre, la Pentecôte est la période privilégiée pour les baptêmes et un autre nom lui est attribué, celui de « dimanche blanc ». Cette appellation fait référence à la couleur des habits des nouveaux baptisés.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)

Le rouge, une couleur symbolique de la Pentecôte

Le rouge est très présent dans la plupart des églises occidentales, notamment catholiques lors de la célébration de la Pentecôte. Cette couleur symbolise le Saint-Esprit à travers les langues de feu qui sont descendues sur les Apôtres. De même, le rouge a toujours occupé une place particulière dans l’histoire de la Bible. Il représente le sang et la victoire, mais il sert aussi à honorer la mémoire des apôtres et des martyrs qui ont donné leur vie en sacrifice à l’image du Christ.

Par la rédaction de Romanvie.ch. Le 22 mai 2021. Photo illustration : Fotolia.com

La France interdit par décret le langage inclusif dans les écoles

PARIS – GENEVE – Le ministère français de l’éducation Jean-Michel Blanquer a interdit l’utilisation du langage inclusif de genre, affirmant qu’il nuit au processus d’apprentissage de la langue française. Le langage inclusif porte d’autres noms comme le langage épicène ou neutre (lire page Wikipédia à ce sujet ici).

En mais 2021 le ministère de l’éducation a envoyé un décret aux écoles françaises afin de mettre fin à l’utilisation des points médians, des points semblables à des points qui sont placés au milieu des mots (ex. ami.e.s), séparant la majeure partie du mot de sa terminaison, qui le désigne comme masculin ou féminin. Les points médians sont utilisés à la place des terminaisons masculines et féminines des mots. L’Académie française est l’institution chargée de préserver la langue, a déclaré que les mots “incluant le genre” sont “nuisibles” à la pratique et à la compréhension de la langue française.

Dans la langue française, les terminaisons masculines sont généralement plus répandues dans les noms.

Le décret du ministère de l’éducation indique que l’utilisation de points médians crée une confusion lors de l’apprentissage de la langue, en particulier pour les enfants.

Anglais, différent

Le langage inclusif du genre n’emploie pas de points médians en anglais, car de nombreux substantifs ne sont pas sexués. Ce qui s’est produit dans les pays anglophones, c’est l’adoption de termes favorables aux transgenres qui occultent le sexe du corps, comme dire “personnes enceintes” (pregnant people) ou “corps qui accouchent” (birthing bodies) pour inclure les femmes qui s’identifient comme des hommes.

Analyse

Romanvie.ch partage la décision du ministre de l’éducation et espère que les différents cantons romands suivront cette règle.

Le 20 mai 20201. Sources : Christian Post. Par Xavier Gruffat

Théologie : mieux comprendre le Salut dans le Calvinisme – influence pour Van Gogh

Dans la théologie calviniste (réformée) l’homme est mort, il est dans le péché et par la grâce de Dieu il croit. Les théologiens calvinistes enseignent que le péché affecte tellement la nature humaine qu’elle est incapable même d’exercer la foi en Christ par sa propre volonté. Si l’on dit que les gens conservent leur volonté, en ce sens qu’ils pèchent volontairement, ils sont incapables de ne pas pécher en raison de la corruption de leur nature due au péché originel. Les chrétiens calvinistes croient que Dieu a prédestiné certaines personnes à être sauvées et que d’autres ont été prédestinées à la damnation éternelle (concept ici de double prédestination). On parle aussi de souveraineté absolue de Dieu. Le calvinisme s’oppose dans la théologie protestante principalement à l’arminianisme (laissant plus de liberté à l’homme, concept de prescience).

Influence de Saint Augustin

Jean Calvin a été fortement influencé sur sa conception du Salut et de la prédestination par Saint Augustin (Augustin d’Hippone), notamment par le livre “La Cité de Dieu”. Saint Augustin a vécu plus de 1000 ans avant Jean Calvin, soit de l’an 354 à l’an 430. Dans sa théologie, le poids et l’habitude du péché sont tels que, sans la grâce divine, l’homme ne peut pas se sauver : c’est le sens de la lutte contre le pélagianisme (enseignements de Pélage), qui soutient l’inverse. 

Interprétation de Max Weber (capitalisme et puritains)

Pour résumer la pensée de Max Weber et probablement un peu la simplifier, un des problèmes des Calvinistes est qu’ils ne savent pas s’ils sont sauvés ou non, s’ils font parties du peuple Elu (Sauvé). Par conséquent, notamment aux Etats-Unis, de nombreux Calvinistes (Puritains en particulier) ont travaillé durement notamment au 19ème siècle et les siècles d’avant. Le succès dans leurs affaires était la preuve qu’ils étaient sauvés. Une grande force de travail était ou est un moyen de louer Dieu. L’idée était aussi que l’enrichissement pour soi n’était pas une fin en soi mais que l’argent doit être redistribué à la société. Ces personnes avaient une attitude austère et plutôt hostiles à tous les plaisirs, mais il y a aussi plusieurs mythes à ce sujet. Par exemple les puritains consommaient de l’alcool et n’étaient pas contre la sexualité au sein du mariage. Cela dit, on comprend bien qu’une personne riche qui ne profite pas beaucoup de son argent mais le redonne à la société contribue logiquement à l’enrichissement de toute un pays (ici les Etats-Unis).

Van Gogh

Certains spécialistes de l’art pensent que l’oeuvre du peintre Vincent Van Gogh, fils d’un pasteur calviniste, avec sa grande force de travail va également dans cette direction (un livre en portugais est paru en 2021 : A salvação pela pintura – Le Salut par la peinture, de Rodrigo Naves). Peut-être de façon inconsciente aussi, Van Gogh a énormément travaillé en se basant sur sa foi de type calviniste malgré ses troubles psychiques en produisant des centaines de tableaux, sans vivre dans le luxe ou la superficialité. Il est aussi vrai que Van Gogh n’a pas connu de succès financier de son vivant. Il est donc difficile d’être sûr de cette théorie. En 2021, Van Gogh serait peut-être l’homme le plus riche du monde si tous ses tableaux lui appartenaient. Il est souvent considéré comme le plus grand peintre de tous les temps.

Lire aussi : Théologie : mieux comprendre le molinisme – un possible pont entre le calvinisme et l’arminianisme pour les protestants et évangéliques

Le 20 mai 2021. Par Xavier Gruffat. Sources : Vejam Só, Wikipedia.org, livres sur le calvinisme.

Théologie : mieux comprendre le molinisme – un possible pont entre le calvinisme et l’arminianisme pour les protestants et évangéliques

GENEVELe molinisme est une doctrine théologique, complexe, développée principalement par le jésuite Luis de Molina (1536 – 1600) sur la grâce divine et le libre-arbitre humain. Au 21ème siècle, cette doctrine influence autant le catholicisme que les mouvements évangéliques et protestants. Justement dans les milieux protestants et évangéliques, le molinisme peut être une sorte de compromis ou d’équilibre entre le calvinisme (souveraineté absolue de Dieu, prédestination) et l’arminianisme (valorisation du libre-arbitre). Au 20ème et 21ème siècle, certains grands philosophes vivants défendent le molinisme. Justement, le molinisme actuel est de plus en plus philosophique et pour certains avis critiques, notamment les calvinistes, peu théologiques.

Résumé – Concordia

Au cœur de la question essentielle de la controverse de la grâce, cette doctrine, aussi appelée Concordia, défend la possibilité d’une conciliation entre la liberté de l’homme et la prescience et grâce divines, comme le résume bien le site Wikipedia en français.

Connaissance moyenne de Dieu

L’idée de la connaissance moyenne de Dieu est une solution intermédiaire pour expliquer d’un côté la souveraineté totale de Dieu et de l’autre côté la liberté humaine. Pour le molinisme, Dieu sait ou connaît toutes les choses du monde mais Il n’influence pas toutes les choses. Même s’Il sait que toutes les choses vont se dérouler. Autrement dit, Dieu fixe les formes de la vie et les conditions de l’action ; l’homme est libre de se conformer à ces données pour son salut et il peut y consacrer sa volonté, et cela même si Dieu sait parfaitement par avance ce qui va advenir.

Trois moments logiques et exemples

Les molinistes présentent la connaissance de Dieu dans une séquence de trois moments logiques.
– Le premier est la connaissance de Dieu des vérités nécessaires ou connaissance naturelle. Ces vérités sont indépendantes de la volonté de Dieu et sont non-contingentes. On peut aussi dire que la connaissance naturelle est la connaissance de toutes les possibilités, car Dieu est parfait. Dans le détail cette connaissance inclut toute la gamme des possibilités logiques. Il s’agit par exemple d’affirmations telles que “Tous les célibataires ne sont pas mariés” ou “X ne peut pas être A et non-A en même temps, de la même manière, au même endroit” ou “Il est possible que X obtienne.” – La seconde est appelée connaissance moyenne, comme on l’a vu ci-dessus, et elle contient l’éventail des choses possibles qui se produiraient dans certaines circonstances. On parle de connaissance moyenne car elle se situe entre la connaissance naturelle et la connaissance libre. Par exemple si la créature libre A était placée dans la circonstance B, Dieu, par le biais de sa connaissance moyenne, saurait que la créature libre A choisira librement l’option Y plutôt que l’option Z. Et si la créature libre A se trouvait dans la circonstance C, Dieu, par le biais de sa connaissance moyenne, saurait que la créature libre A choisira librement l’option Z plutôt que l’option Y.
– Le troisième type de connaissance est la connaissance libre de Dieu. Ce type de connaissance consiste en des vérités contingentes qui dépendent de la volonté de Dieu, ou des vérités que Dieu réalise, qu’il n’a pas à réaliser. Il peut s’agir par exemple d’affirmations telles que “Dieu a créé la terre” ou de quelque chose de particulier à ce monde que Dieu a actualisé. C’est ce que l’on appelle la “connaissance libre” de Dieu et elle contient l’avenir ou ce qui va arriver.
Entre la connaissance naturelle et la connaissance libre de Dieu, il y a la connaissance moyenne (ou scientia media) par laquelle Dieu sait ce que ses créatures libres feraient en toute circonstance.

Base biblique, hypothèses

Le molinisme se base notamment sur le verset biblique qu’on trouve dans Matthieu 11:23 : « Et toi, Capernaüm, seras-tu élevée jusqu’au ciel ? Non. Tu seras abaissée jusqu’au séjour des morts, car si [conditionnel] les miracles accomplis au milieu de toi l’avaient été dans Sodome, elle subsisterait encore aujourd’hui. » Jésus a notamment fait ce reproche aux villes comme Capernaüm dans lesquelles avaient eu lieu la plupart de ses miracles, parce les habitants n’avaient pas changé d’attitude (lire Matthieu : 11:20). Le molinisme affirme que dans cet exemple de Matthieu 11:23, Dieu sait ce que ses créatures libres choisiraient dans des circonstances hypothétiques, à savoir que les Sodomites auraient répondu d’une manière telle que Sodome aurait encore existé à l’époque de Jésus, compte tenu de cette situation hypothétique. Matthieu 11:23 contient ce que l’on appelle communément un contrefactuel (dans le sens conditionnel) de la liberté des créatures. Mais il faut distinguer les contrefactuels de la prescience (prédestination). La Bible contient de nombreux exemples de prescience, comme dans Dt 31, 16-17, où Dieu annonce à Moïse que les Israélites abandonneront Dieu après leur sortie d’Égypte.

Molina

Le 16ème siècle a été riche pour la théologie chrétienne avec l’œuvre de Martin Luter qui commence en 1517 et un peu plus tôt aussi d’Erasmus sur le concept d’humanisme. Ce siècle a vu la naissance du protestantisme ainsi que la contre-réforme catholique.

Eloignement en tout cas en partie du calvinisme

Le molinisme s’oppose aux tenants stricts du Sola gratia, le salut par la seule grâce de Dieu, défendu par les calvinistes (réformés) ou les jansénites dans la droite ligne de Saint Augustin, peut-être le théologien qui a le plus influencé l’église chrétienne occidentale (catholique, protestante, évangélique). Pour rappel, les jansénites possèdent certains traits caractéristiques, comme la volonté de s’en tenir strictement à la doctrine de saint Augustin sur la grâce conçue comme la négation de la liberté humaine, pour faire le bien et obtenir le salut. Les Calvinistes, en français appelés aussi Réformés, sont aussi de facto très liés à la théologie de Saint Augustin et sont des adeptes de la fameuse doctrine de la prédestination (le Salut d’une personne est déjà déterminé par Dieu, de sorte qu’elle ne peut choisir autrement ou résister à la grâce de Dieu). Mais le molinisme diffère également de l’arminianisme, car il prétend que Dieu sait définitivement comment une personne réagirait au message de l’Évangile si elle était placée dans une situation particulière.

Mal vu du Pape

Le pape Clément VIII (1536-1605) se borna à interdire toute discussion ayant pour thème les théories développées par Luis de Molina.

Conclusion

Avec la doctrine moliniste, les partisans de la Connaissance moyenne considèrent qu’elle est compatible avec toutes les doctrines théologiques qui affirment que Dieu a une providence divine et que l’homme a une liberté libertaire (par exemple le calvinisme, le catholicisme, le luthéranisme), et qu’elle offre une solution potentielle aux préoccupations selon lesquelles la providence de Dieu empêche en quelque sorte l’homme d’avoir une véritable liberté dans ses choix.

Le 19 mai 2021. Source : Emissions en portugais de Vejam Só (lien YouTube ici : https://www.youtube.com/watch?v=VkBQs-LRlsA), pages Wikipedia en français et anglais sur Luis de Molina (et sa doctrine).

Mieux comprendre la Convention baptiste du Sud, la plus grande église évangélique des États-Unis

La Convention baptiste du Sud (en anglais Southern Baptist Convention) est une dénomination américaine de tradition évangélique fondée en 1845. En 2021 elle comptait aux Etats-Unis plus de 47’000 églises et environ 14,5 millions de membres, selon The Economist du 24 avril 2021. Il s’agit de la plus grande dénomination évangélique du protestantisme aux États-Unis. Le siège de la dénomination est basée à Nashville, aux États-Unis.

Histoire

Comme le relève le site Wikipedia, la Convention baptiste du Sud a été fondée en 1845 à Augusta, en Géorgie, après la séparation d’avec la Triennial Convention (devenue American Baptist Churches USA) par des baptistes favorables à l’esclavage et en désaccord avec l’abolitionnisme des baptistes du Nord des États-Unis. En 2021, l’objectif de la Convention baptiste du Sud par sa direction est de “réparer les plaies du racisme” (“heal the wound of racism”), comme l’expliquait un article publié en avril 2021 dans The Economist.

Coutumes

Dans cette dénomination baptiste seulement les hommes peuvent devenir pasteurs et prêcher, les femmes peuvent enseigner (teach) mais pas prêcher (preach).

Moins de membres

En 2006 la Convention baptiste du Sud comptait 16,3 millions de membres, en 2021 ce nombre était de 14, 5 millions, soit une perte de 1,8 millions de membres en une quinzaine d’années, selon The Economist.

Le 12 mai 2021. Par Xavier Gruffat. Sources : Wikipedia.org, The Economist.
Crédit photo : via WordPress

Connaissez-vous vraiment ce qu’est l’Ascension ?

Connaissez-vous vraiment ce qu’est l’Ascension ?L’Ascension qui a lieu cette année le jeudi 13 mai 2021 est une date marquante du calendrier chrétien après Pâques. Beaucoup de Suisses ou Français connaissent surtout le nom de “week-end de l’Ascension” sans savoir exactement de quoi il s’agit. Romanvie.ch vous apporte quelques explications. Bien qu’elle ne soit pas célébrée de manière aussi grandiose que Noël, Pâques ou la Pentecôte (50 jours après Pâques ou 10 jours après l’Ascension), l’Ascension fait suite à la résurrection du Christ et symbolise son entrée dans la gloire de Dieu à travers son ascension – véritablement sa montée – vers le Ciel. L’Ascension est un jour férié dans certains pays de tradition chrétienne comme la Suisse, la France ou la Hollande mais ne l’est pas dans les deux plus grands chrétiens que sont les Etats-Unis et le Brésil.
Voici trois choses à découvrir sur cette fête religieuse qui constitue un jour férié assimilé au dimanche.
Qu’est-ce qu’on fête le jour de l’Ascension ?
Cette fête religieuse marque l’élévation de Jésus Christ vers le ciel après être apparu une dernière fois à ses disciples à qui il a fait la promesse d’une présence à tout instant, qui n’aura plus de limite ni dans le temps ni dans l’espace. Il s’agit d’un moment significatif qui traduit son passage de la vie terrestre vers la vie éternelle. C’est aussi le moment où il annonce la venue du Saint-Esprit, concrétisée 10 jours plus tard avec la Pentecôte (lire au début de Actes des Apôtres).

Pourquoi un jeudi ?
L’Ascension tombe toujours un jeudi, généralement entre fin avril et début juin si l’on se réfère au calendrier solaire grégorien. La raison est simple, c’est parce qu’elle a lieu 40 jours après Pâques (lire Actes 1 : 3). Quand on fait le compte, le quarantième jour après le dimanche de Pâques ne peut être qu’un jeudi. Étant donné que le dimanche de Pâques n’est pas fixé à une même date tous les ans, la date de l’Ascension change également chaque année et suit la Pâques chrétienne.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)

À quoi correspondent les 40 jours ?
Jésus serait resté 40 jours sur terre après sa résurrection (qui a eu lieu le dimanche de Pâques). Il faut cependant noter que le nombre 40 marque également différents événements importants de la Bible tels que le déluge pendant lequel la pluie ne s’est pas arrêtée pendant 40 jours, le temps où Moïse est resté sur le mont Sinaï, le nombre d’années où le peuple hébreu a erré dans le désert depuis leur sortie d’Égypte jusqu’à leur arrivée à Canaan ou encore les 40 ans de règne de David et de son fils Salomon. Dans le Nouveau Testament, Jésus est présenté au temple 40 jours après sa naissance. Il fait aussi 40 jours de jeûne dans le désert. Il s’agit ainsi d’un nombre symbolique qui revient souvent dans la Bible.

Connaissez-vous vraiment ce qu’est l’Ascension ?

Par la rédaction de Romanvie.ch. Article mis à jour le 12 mai 2021. Photo illustration : Fotolia.com

Mieux comprendre la “cancel culture” (et son danger pour la liberté d’expression)

A l’occasion d’un article sur l’intellectuel conservateur canadien Jordan Peterson, le grand journal américain The Wall Street Journal a publié une définition intéressante de la “cancel culture”.

Le terme “cancel culture”, à l’époque on parlait plus de politiquement correct (en anglais political correctness), est toujours plus utilisé dans les années 2020. “Cancel culture” pour un individu signifie être mis sur une liste noire (blacklist). Dans le concept de “cancel culture”, une personne ou son influence est attaquée par une mobilisation publique ou sociale pour une offense réelle ou perçue contre l’orthodoxie progressiste. Une personne est en général “effacée” (canceled) si elle a un rôle important dans la société, notamment dans le milieu académique (universités), le monde politique, dans le monde du divertissement ou un média dit “mainstream”.

L’article du WSJ concernant Jordan Peterson relève que ce professeur de l’Université de Toronto a écrit dans un de ses livres “Beyond Order” que les enfants s’en sortent mieux qu’ils sont élevés par deux parents qu’un seul. Peut-être qu’un jour il sera aussi “canceled”, ce qui serait dommage. Il est important dans nos sociétés occidentales libérales d’accepter des opinions différentes, y compris si elles peuvent déranger. C’est la base de la liberté d’expression.

Le 2 mai 2021. Par Xavier Gruffat. Source principale : The Wall Street Journal

EDITORIAL – Théories de la conspiration, laisser une petite ouverte dans les rédactions

Il est évident que les théories de la conspiration peuvent être un véritable toxique pour les rédactions dans les différents médias du monde. Parfois ces théories peuvent être mortelles comme on l’a vu aux Etats-Unis début janvier 2021 dans la prise du Capitole à Washington D.C. Mais il ne faut pas non plus fermer à 100% la porte de ces théories. Pourquoi ? Certaines personnes adeptes de ces théories n’ont pas toujours torts à 100% et sont capables d’agir comme lanceurs d’alerte. Ils peuvent signaler des informations intéressantes qui devront ensuite être contrôlées par les rédactions.

A un moment t de l’histoire, il est aussi difficile de connaître la vérité. Par exemple, en pleine guerre froide le suicide au Chili Salvador Allende a été influencé par la CIA, comme tout le monde le sait désormais. Au moment des faits, les personnes qui parlaient de la CIA étaient probablement traitées de conspirationnistes. L’avenir leur a donné raison, bien sûr beaucoup de théories de la conspiration ne se sont pas confirmées par la suite.

Modestie

Cela signifie qu’un bon journaliste ou média devraient souvent plutôt faire preuve de modestie. Au lieu d’informer des vérités (selon lui) en permanence, il pourrait simplement dire, au moment des faits “nous ne pouvons pas savoir”. Cette simple posture permettra j’en suis sûr de limiter les théories de la conspiration et de retrouver un récit commun. Bref, dans une rédaction la grande porte doit provenir des agences de presse et autres communications officielles mais une toute petite porte doit aussi être maintenue, pour de temps en temps faire rentrer des théories ou news plus originales. Bien entendu, la publication finale doit être contrôlée au maximum, pour éviter de terminer devant la justice.

Le 8 avril 2021. Par Xavier Gruffat.

Qu’est-ce que Pâques pour les Chrétiens ?

JERUSALEM – NEW-YORK – Évoquer la fête de Pâques revient le plus souvent à penser aux enfants, au lapin, aux cloches et œufs en chocolat. Si notre système de datage commence avec l’année de naissance de Jésus Christ, c’est sa résurrection qui a valu la date annuelle de la plus grande commémoration chrétienne. La première Pâques chrétienne, autrement dit la résurrection de Jésus-Christ, est évaluée par les spécialistes en l’an 30, probablement le 7 avril 30. Étymologiquement, Pâque(s) signifie « passage », donc le passage de la mort à la vie. Bien que les traditions se référant à cette date varient d’un pays à l’autre, aux yeux des chrétiens, Pâques reste le pilier de la religion, dont la célébration diffère légèrement chez les catholiques et les protestants/évangéliques, mais reste toujours dans le même fondement. Pour beaucoup de spécialistes la résurrection du Christ est le centre de la foi chrétienne. Autrement dit, sans la résurrection il n’y a pas de christianisme. 

La signification chrétienne de Pâques

Pâques est à l’origine du Christianisme. Un mystère aux multiples interprétations, mais qui représente le don ultime de Dieu, qui a fait cadeau de la vie de son fils pour laver les hommes de leurs péchés. La résurrection fait office d’une promesse de vie, d’un acte de foi, d’une victoire sans précédent. Là est la racine du christianisme, une foi qui survit à la mort, une résistance absolue qui demeure au-delà de toute épreuve. La fête de Pâques célèbre la vie, la libération et l’espoir. Croire en Jésus, fils de Dieu, nous donne la vie éternelle, comme l’explique l’évangile de Jean notamment et aussi l’apôtre Paul dans Romains (Ch. 10, V. 9 : “Si tu confesses de ta bouche que Jésus est Dieu (le Seigneur), et si tu crois dans ton coeur que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, tu seras sauvé”).

Pâques catholique : une célébration sur une longue période

Chez les catholiques, les préparatifs de Pâques commencent à la fin du Mardi gras (Carnaval). Le mercredi des Cendres, marquant le début du carême, est un jour pour se repentir et examiner la conscience. En se rendant à l’église pour la distribution des cendres, ce jour rappelle aux chrétiens leur état de « poussière qui redeviendra poussière ». La période de 40 jours qui constitue le carême équivaut au temps passé par Jésus Christ dans le désert. Sa valeur spirituelle réside dans la purification du corps et de l’esprit, en prenant la forme d’un demi-jeûne durant lequel aliments riches et carnés sont proscrits, en préparation à la résurrection.

Le dimanche avant Pâques représente l’arrivée de Jésus à Jérusalem, lorsqu’il fût accueilli par un tapis de branches de palmier. C’est ainsi qu’est née la célébration du dimanche des Rameaux, pendant laquelle les chrétiens font bénir des branches, parfois décorées, destinées à les protéger du mal pendant toute l’année. La semaine suivante est la semaine sainte, avec la célébration du jeudi saint qui constitue l’instauration de l’Eucharistie, le Vendredi saint qui représente le jour de la mort du Christ, et qui se termine par une veillée pascale la nuit du samedi à dimanche. Lorsque le jour de Pâques arrive, tous les interdits sont levés, et la naissance à la vie de Jésus est célébrée dans la joie et l’allégresse.

Pâques protestante : une commémoration légèrement différente

Du côté des protestants et évangéliques, le témoignage biblique est plus important, sur la victoire de la vie sur la mort. La célébration commence par le culte des rameaux, et se poursuit par la semaine sainte. Il n’existe pas de prescriptions alimentaires particulières, et la veillée se tient surtout pendant le jeudi saint, pour se rappeler le dernier repas (souper) du Christ avec ses disciples.
En général, la fête de Pâques est célébrée par toutes les églises protestantes et évangéliques, ce qui n’est pas toujours le cas de Noël. Pour certaines églises évangéliques, Noël est une fête païenne.

Référence juive

Il faut noter qu’avant le Nouveau Testament et la naissance de Jésus Christ, Pâque (au singulier, en anglais passover) était la fête juive qui célébrait la libération du peuple hébreu d’Egypte et son départ vers la terre promise (Israël). Cette image de la liberté et de la renaissance est restée très présente dans la célébration actuelle chrétienne qui rend hommage à la mort et à la résurrection de Jésus.

Par la rédaction de Romanvie.ch, article mis à jour le 23 mars 2021. Photo d’illustration : Fotolia.com. 

Vivre avec un partenaire romantique aide à rester en contact pendant la pandémie

RIVERSIDE – Deux études menées par l’Université de Californie à Riverside révèlent que le fait de vivre avec un partenaire romantique aide les gens à se sentir plus socialement connectés pendant le Covid-19. En cette période de pandémie, aucune autre dynamique sociale n’a présenté d’avantages significatifs selon le constat des chercheurs. Ainsi, les autres contacts comme la compagnie des enfants, les animaux domestiques ou le chat vidéo n’ont pas vraiment aidé. Les résultats ont été publiés le 16 février 2021 dans le journal Plos One (DOI : 10.1371/journal.pone.0245009).

« Les recherches menées avant la pandémie ont depuis longtemps montré que les partenaires sont l’un des plus puissants prédicteurs de liens sociaux et de bien-être », a déclaré Karynna Okabe-Miyamoto, chercheuse de l’UCR et co-auteur principal de l’étude. Et justement, ces recherches réalisées durant la pandémie actuelle de Covid-19 ont montré la même chose. Beaucoup de couples ont ainsi été contraints de vivre avec un partenaire dont les liens sociaux ont été réduits de manière exceptionnelle au cours des premières phases de la pandémie. En avril 2020, de nombreux lieux de travail et magasins avaient été fermés et des mesures de distanciation sociale avaient été mises en place. L’existence sociale de nombreuses personnes a été reléguée aux quatre murs de leurs maisons, et leurs familles sont devenues leurs seuls liens sociaux.

L’efficacité de la distanciation sociale pour réduire la transmission du virus avait été établie avant même le Covid-19. Les chercheurs étaient curieux de savoir comment protéger la santé psychologique lorsque de telles mesures sont en place.

Vivre avec un partenaire romantique aide à rester en contact pendant la pandémie

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)

Amélioration du lien social

La première étude a été menée au Canada et a porté sur 548 étudiants de premier cycle. La seconde a été menée aux États-Unis et au Royaume-Uni et a inclus 336 participants.

Dans ces études, les participants ont fait état de leur perception des liens sociaux avant et pendant la pandémie. Il leur a été demandé d’évaluer des déclarations telles que « Je me sens proche et connecté avec d’autres personnes qui sont importantes pour moi » et « Les gens sont autour de moi, mais pas avec moi ». On leur a également demandé de déclarer leur adhésion à la distanciation sociale et s’ils se déplacent en dehors de leur domicile pour le travail.

En examinant les participants avant et pendant la pandémie, les auteurs ont écrit que les personnes vivant avec un partenaire romantique étaient plus susceptibles d’améliorer leur lien social après des mesures de distanciation sociale.

Mais la taille du ménage pendant la pandémie n’a guère eu d’incidence sur le sentiment de lien social. Le fait d’être en compagnie de ses enfants ou de ses animaux domestiques n’a pas non plus eu d’influence. Le fait de travailler en dehors de la maison n’a pas aidé les gens à se sentir socialement connectés, pas plus que les appels vidéo avec les amis et la famille.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)

Un plus grand sentiment de bien-être et de connexion

« Vivre avec un partenaire – mais pas avec combien de personnes ou avec qui on vit – semble avoir été bénéfique en ces temps incertains et sans précédent », écrivent les auteurs.

Les chercheurs ont expliqué que cette conclusion est conforme aux recherches antérieures qui affirment que les relations amoureuses conduisent à un plus grand sentiment de bien-être et de connexion. « En partie », précisent-ils cependant, « parce que les personnes plus heureuses ont plus de chances de trouver un partenaire ».

Les chercheurs affirment, par ailleurs, que les décideurs politiques devraient envisager des mesures qui accordent la priorité au maintien du lien social, en tenant compte du risque de transmission.

Le 24 février 2020. Par la rédaction de Romanvie. Photo illustration : © 2020 Pixabay

Lire d’autres articles sur la vie de couple sur notre Love Blog