EDITORIAL – Biais médiatiques, le plus grand toxique des médias (suisses)

BERNE Les biais médiatiques sont un très grand toxique pour les médias suisses (et internationaux). Ces biais peuvent provenir de croyances des journalistes, d’une envie de plaire ou de vendre aux lecteurs ou audience en général, de pressions politiques, etc. Prenons l’émission Forum de la RTS (radio puis depuis peu TV), si jour après jour ils décident de parler d’écologie en y consacrant de nombreuses minutes, cela signifie qu’ils n’abordent pas d’autres thèmes importants et graves en Suisse comme le suicide, la dépendance au casino (ou l’alcool), le trafic de drogue ou le pouvoir d’achat (ex. dans l’immobilier) voire même la spiritualité. Autrement dit, les places des thématiques sont chères. La question est simple, au nom de quoi la direction de la RTS impose aux environ 2 millions de Romands leurs thèmes, ou comme disent les Américains leur agenda ?


Honnêtement, au nom de rien… Et c’est cela le problème. La qualité des médias s’est probablement beaucoup améliorée pendant ces 30 dernières années si on prend par exemple un article de journal ou une émission radio ou TV moyenne, peut-être à cause d’une augmentation de la concurrence, une meilleure formation des journalistes ou des outils technologiques d’aide à la conception. Mais le grand problème reste dans les choix des sujets qui forcément mène à des biais médiatiques. C’est à ce niveau qu’il pourrait y avoir une sorte de vote démocratique sur les thèmes à aborder pour un média, notamment public comme la RTS. En tout cas, une chose est sûre, on a besoin de beaucoup d’innovations pour limiter ces biais médiatiques. Des idées pour les jeunes entrepreneurs…


Le 4 octobre 2019. Par Xavier Gruffat.

Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 04.10.2019.

Pages les plus lues