EDITORIAL – Grève en France, le danger d’avoir trop de fonctionnaires

GENÈVE Vu de Suisse où je réside ou du Brésil où je me trouve plusieurs mois dans l’année, ou même d’Allemagne où je suis quelques jours en ce 10 décembre 2019, ces grèves en France font mal à voir, me font comme Français (j’ai la double nationalité) souffrir. La France n’est statistiquement pas un pays si médiocre qu’on le pense parfois – nombre élevé de Prix Nobel, qualité de l’école publique, santé de qualité – mais la Grande Nation comme l’appelle parfois les Allemands comptent trop de fonctionnaires (fonctionnaires publiques comme disent les Brésiliens) par rapport à son PIB. On estime qu’en France, plus de 50% du PIB est absorbé par l’état, que cela soit par le payement des fonctionnaires, de la Sécurité sociale, des retraites ou de la dette.


Maximum 30% du PIB

Et on le voit, quand un pays donne tellement d’importance aux fonctionnaires dans son économie, il est évident que dès qu’on touche à certains privilèges (au passage et pour être honnête je ne connais pas assez bien le système français pour savoir si toutes les recommandations des grévistes font sens) le pays s’écroule, car le poids du public devient si important qu’il peut prendre le pays en otage. Il me semble qu’avoir maximum 30% du PIB dédié à l’état serait beaucoup plus sage pour la France, ce qu’on trouve dans des pays comme les Etats-Unis et il me semble la Suisse. Pour la Suisse je n’ai pas les chiffres exacts provenant notamment de The Economist, mais c’est évident qu’en Suisse les dépenses de l’état sont inférieures à la France en terme de pourcentage du PIB (probablement autour de 40% ou même moins). Je précise que je ne suis bien sûr pas contre les fonctionnaires, ma Maman était une fonctionnaire (actuellement retraitée) dans le Canton de Vaud. Je défends ici plutôt une proportion juste entre le public et le privé. Battons-nous en Suisse par exemple pour ne jamais dépasser 40% du PIB consacré à l’état et à ses dépenses, pourquoi ne pas l’ancrer dans la Constitution suisse.

Vive la Suisse !

La Suisse avec sa démocratie directe permet aussi d’éviter des grèves qui mobilisent tout le pays. Le Président Emmanuel Macron pourrait s’inspirer en prévoyant plus de référendum pour limiter ces grèves qui perturbent grandement la France et son image à l’international. Qui aimerait encore investir en France malgré un nombre élevé de Prix Nobel rapporté à sa population (68 millions d’habitants ou moins d’un pour cent de la population mondiale) ? L’avenir le dira, mais cette grève est absolument destructrice en terme d’image.


Le 10 décembre 2019. Par Xavier Gruffat (Romanvie.ch)

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)
Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 10.12.2019.