EDITORIAL – L’UDC doit rester libérale, réponse à Pascal Décaillet

GENEVE Le journaliste Pascal Décaillet commence à avoir une certaine animosité selon ses derniers blogs envers Christoph Blocher, riche milliardaire qui a développé EMS Chemie et a propulsé l’UDC comme premier parti de Suisse. Dans un éditorial publié sur son blog le 7 novembre 2019, M. Décaillet estime que l’UDC devrait être moins libérale si je résume. C’est une idée mais on a l’impression que sa vision de l’UDC est plus une sorte de PDC ou de Socialisme catholique (gauche sur l’économie et droite sur les valeurs).

Globalisation conservatrice


Il me semble que dans ce cas il serait préférable de créer un nouveau parti, se séparer de l’UDC (ce n’est pas le PBD ?). Ou alors peut-être que le parti Socialiste pourrait représenter ces personnes oubliées de l’UDC. Je pense qu’il est impossible d’avoir un grand parti conservateur sur les valeurs par exemple chrétiennes sans être globalisé et donc libéral, car la “machine conservatrice” nécessite énormément d’argent notamment pour infiltrer et influencer les médias (car les médias de gauche de l’autre côté ont leurs relais comme la franc-maçonnerie ou d’autres outils puissants). Car au fond l’électorat conservateur est souvent catholique ou évangélique, et par définition “Jésus est globalisé” (la fameuse Grande Mission, Great Commission en anglais), universel pour reprendre l’origine du terme catholique en grec. Cela me paraît peut-être une idée noble mais impossible à mettre en place (regardez les Républicains américains, le parti de Bolsonaro ou même le père Le Pen, pas la fille). Un voeu pieux si j’ose dire… J’imagine que l’UDC ne tombera pas dans ce piège.

Autrement dit, l’UDC est un parti néo-conservateur et devrait le rester, les personnes qui ne sont pas contentes avec cette idéologie peuvent le quitter pour un autre parti.


Le 7 novembre 2019. Par Xavier Gruffat.

Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 07.11.2019.