Publicité

EDITORIAL – Lutte contre la corruption (Hillsong, Eglise catholique, Nestlé), soyons proactifs !

SAO PAULOCes derniers mois plusieurs scandales de corruption ont éclaté, dans l’agro-alimentaire chez Nestlé (pizzas contaminées), Ferrero (chocolats contaminés), dans des églises comme Hillsong comme Romanvie.ch en a parlé (graves cas de corruption notamment à New York) ou dans l’église catholique (couverture de cas de pédophilie, comme par exemple au Portugal, selon la Folha de S.Paulo du 15 avril 2022) ou encore à la FIFA. Toutes ces grandes organisations semblent pourries de l’intérieur, en tout cas en partie, principalement par des leaders corrompus ou incompétents pour la lutte contre la corruption.


Il y plus de 10 ans, une jeune femme qui travaillait directement pour un maire d’une ville de presque 1 million d’habitants dans la région de Sao Paulo au Brésil me disait la chose suivante : “Si j’étais politicien, je serai aussi corrompu.” Bref, dans beaucoup de régions du monde la corruption est tout simplement endémique. Mais elle l’est aussi et de plus en plus en Suisse (ex. Nestlé), Australie (ex. Hillsong) ou Italie (ex. Ferrero, Eglise Catholique). Une des mes missions est d’arriver à lutter contre la corruption touchant surtout les élites. Il y a bien sûr beaucoup de travail avec un niveau de complexité élevé.

Tests d’intégrité

Ce que certains leaders pourraient faire sont des tests d’intégrité en secret. L’idée serait d’envoyer par exemple pour Nestlé dans des usines des gens en fait externe à Nestlé (mais faisant croire que c’est Nestlé) pour proposer des choses illégales ou dignes de corruption. Si un employé s’engage dans cette voie il serait immédiatement licencié pour juste cause. Il faudrait aussi avoir des séminaires mensuels pour la lutte contre la corruption à tous les niveaux.


Autres méthodes de management

L’entreprise américaine Netflix semble faire un bon travail pour de façon indirecte limiter la corruption. Ils ont des systèmes dits de communications à 360° où tout le monde, y compris les chefs et leaders, peuvent être critiqués par des feed-backs des employés qui ne sont pas cadres.

Bref, la lutte contre la corruption est possible et dépend surtout d’une volonté du top de l’organisation.

Le 15 avril 2022 (Vendredi Saint). Par Xavier Gruffat. Sources secondaires : Folha de S.Paulo, Christian Post.

Est-ce que cet article ou dossier était utile ?

Observação da redação: este artigo foi modificado em 15.04.2022

Publicité