Publicité

EDITORIAL – Quand la ville de Zurich devient totalement woke – douleurs menstruelles

ZURICH C’est triste de voir comment la ville de Zwingli devient de plus en plus woke, qu’on peut résumer par une hypersensibilité à toutes les causes surtout des minorités. Même la très libérale NZZ en a fait un article le 1er décembre 2022 plutôt à charge si on en croit le titre. La ville de Zurich a décidé ces derniers jours (fin novembre 2022) qu’en cas de fortes douleurs menstruelles, les employées municipales peuvent s’absenter de leur lieu de travail jusqu’à cinq jours par mois. Du point de vue des Verts, il s’agit d’une question féministe. En effet, le Conseil municipal a accepté un postulat des Verts, comme le résumait aussi Le Matin.

La Ville de Zurich va mener un essai pilote introduisant un congé menstruel au sein de son administration. Ce qui est très woke est que cette solution sera également ouverte aux personnes transgenres et non-binaires. Selon le «Tages-Anzeiger», les personnes souffrant régulièrement de troubles menstruels pourront prendre jusqu’à cinq jours de congés payés par mois. 

La droite pas contente


“J’en ai assez que la gauche et les Verts nous poussent toujours dans le rôle de victimes”, relève la droite zurichoise, citée par la NZZ.

C’est dommage que les politiciens utilisent l’argent de nos impôts pour des raisons corporatistes, ici le lobby LGBTQUIA+, sans aucun doute très puissant dans la plus grande ville suisse.

Effectivement, cette tendance à rendre un peu tout le monde victime n’aidera pas à construire une Suisse forte, basée sur les valeurs du travail.


Lire aussi : Interview fleuve avec Suzette Sandoz sur notre civilisation actuelle : wokisme, théorie de genre, cancel culture, écologie…

Le 2 décembre 2022. Par Xavier Gruffat.

Est-ce que cet article ou dossier était utile ?

Observação da redação: este artigo foi modificado em 02.12.2022

Publicité