EDITORIAL – Thuringe, ce Land allemand à suivre de près – le danger AfD

BERLIN En Allemagne, tous les regards se tournent vers ce petit Land, la Thuringe, terre d’accueil du théologien Martin Luther il y a environ 500 ans. Ce dimanche 27 octobre 2019 une élection a lieu pour renouveler le Parlement de ce Land. Avec juste un peu plus de 2 millions d’habitants (presque la taille de la Suisse romande), il peut être surprenant que la grande Allemagne d’environ 80 millions d’habitants se passionne autant. L’AfD qui est crédité dans certains sondages d’environ 21 à 24 % n’est probablement pas étranger à cet intérêt de cette région de l’ancienne Allemagne de l’Est (DDR).

Deutschland, unique


Il est évident qu’en Allemagne, avec le nazisme, tout est très différent. L’analyse ne peut pas être la même qu’avec Bolsonaro au Brésil, Trump aux Etats-Unis ou Salvini en Italie. Dans ces pays avec un gouvernement conservateur ou qui en avait un jusqu’à l’été 2019 pour l’Italie, parfois classé d’extrême-droite, on peut être plus détendu. Mais en Allemagne, comme on sait ce qu’un gouvernement d’extrême droite a été capable, tous les journalistes sont bien plus stressés, moi le premier. L’Allemagne qui aime tellement les principes peut devenir géniale (économie, organisation) mais aussi diabolique quand le système se détracte comme dans les années 1930.


Je ne suis donc pas du tout satisfait même comme conservateur de voir se développer un parti comme l’AfD, certes pas nazi, mais qui de fait compte des ex-nazis ou néo-nazis dans le parti selon plusieurs médias de référence. Le conseil qu’on pourrait donner à la direction de ce parti est de faire le “ménage” total pour devenir un parti peut-être conservateur ou d’extrême droite mais qui n’a aucune – je dis bien aucune – référence au nazisme. J’ai bien conscience qu’être Allemand et faire de la politique sur la droite conservatrice est bien plus difficile qu’être Italien, Français, Américain, Britannique ou Brésilien pour citer les autres grands pays de l’Occident chrétien (notez que je ne cite pas l’Espagne qui a aussi certains problèmes internes) à cause de ce passif de la 2ème Guerre Mondiale.

Et les Verts ?

Selon des sondages divulgués par les médias allemands (ex. Die Welt, ARD) cette semaine, les Verts (Grüne) sont crédités de moins de 10 % des votes dans le land de Thuringe. Assez surprenant vu de Suisse avec la fameuse “vague verte” du 20 octobre 2019. Mais n’oublions pas que la Suisse est bien plus bourgeoise que ce Land, il suffit de regarder la différence de PIB par habitant qui doit bien être d’un facteur trois (un Suisse étant 3 fois plus riche en terme de PIB qu’un habitant de Thuringe). L’écologie n’est probablement pas la priorité principale des pays ou régions modestes.

Le 27 octobre 2019. Par Xavier Gruffat (en visite une semaine en Allemagne à Berlin en octobre 2019). Crédit photo : Xavier Gruffat

Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 27.10.2019.