La France interdit par décret le langage inclusif dans les écoles

PARIS – GENEVE – Le ministère français de l’éducation Jean-Michel Blanquer a interdit l’utilisation du langage inclusif de genre, affirmant qu’il nuit au processus d’apprentissage de la langue française. Le langage inclusif porte d’autres noms comme le langage épicène ou neutre (lire page Wikipédia à ce sujet ici).

En mais 2021 le ministère de l’éducation a envoyé un décret aux écoles françaises afin de mettre fin à l’utilisation des points médians, des points semblables à des points qui sont placés au milieu des mots (ex. ami.e.s), séparant la majeure partie du mot de sa terminaison, qui le désigne comme masculin ou féminin. Les points médians sont utilisés à la place des terminaisons masculines et féminines des mots. L’Académie française est l’institution chargée de préserver la langue, a déclaré que les mots “incluant le genre” sont “nuisibles” à la pratique et à la compréhension de la langue française.

Dans la langue française, les terminaisons masculines sont généralement plus répandues dans les noms.

Le décret du ministère de l’éducation indique que l’utilisation de points médians crée une confusion lors de l’apprentissage de la langue, en particulier pour les enfants.


Anglais, différent


Le langage inclusif du genre n’emploie pas de points médians en anglais, car de nombreux substantifs ne sont pas sexués. Ce qui s’est produit dans les pays anglophones, c’est l’adoption de termes favorables aux transgenres qui occultent le sexe du corps, comme dire “personnes enceintes” (pregnant people) ou “corps qui accouchent” (birthing bodies) pour inclure les femmes qui s’identifient comme des hommes.

Analyse

Romanvie.ch partage la décision du ministre de l’éducation et espère que les différents cantons romands suivront cette règle.

Le 20 mai 20201. Sources : Christian Post. Par Xavier Gruffat

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)
Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 20.05.2021.