Le nombre d’évangéliques diminue aux États-Unis, en tout cas chez les jeunes

WASHINGTON Alors que dans certains pays comme la France ou le Brésil, le nombre d’évangéliques est en hausse, les États-Unis suivent un chemin inverse. Un article du journal de référence The Economist paru début mars 2019 relève une diminution du nombre d’évangéliques aux États-Unis, notamment chez les jeunes. Avec 24% de la population américaine qui se déclare évangélique aux États-Unis, selon l’institut The Pew Research Center, ce nombre reste très élevé mais en baisse par rapport à il y a 10 ans par exemple. D’autres institutions ou instituts de sondage comme PRRI estime même à 17% le nombre d’évangéliques aux États-Unis en 2016 (en 2006 c’était 23%), en tout cas ceux se déclarant comme évangélique blanc. Pour des raisons culturelles parfois difficiles à comprendre vu d’Europe, les noirs ne sont pas inclus parmi les évangéliques (on préfère parler d’églises noires historiques comme les Baptistes pour la communauté afro-américaine).


Déclin chez les jeunes

Le sondage de PRRI a montré que seulement 8% des jeunes américains (18 à 29 ans) se déclaraient comme blanc évangélique (en anglais white evangelical) contre 26% de ceux âgés de 65 ans ou plus.
Avec la chute du nombre de protestants dits historiques (ex. presbytériens) ainsi que des catholiques et comme l’indiquent les sondages mentionnés ci-dessus une diminution des évangéliques, le christianisme est menacé aux Etats-Unis par les athées/agnostiques et autres religions, en tout cas pour représenter plus de 50% de la population.

Influence politique

On sait qu’en 2016 le président Donald Trump a fortement bénéficié du vote blanc évangélique. On estime qu’environ 80%, comme le confirme The Economist, des évangéliques qui ont voté en 2016 ont donné leur vote à Donald Trump et donc au parti GOP (Républicains). Mais il ne faut pas oublier qu’un nombre important d’évangéliques n’ont pas du tout voté en 2016. Cela dit, cette diminution du nombre d’évangéliques blancs aux États-Unis n’est pas une bonne nouvelle pour une éventuelle réélection de Trump en 2020.


Raisons ?

L’article de The Economist ne le précise pas mais on peut aussi imaginer que certains jeunes évangéliques ne se déclarent pas évangéliques mais peut-être chrétiens ou protestants historiques, voire agnostiques, justement par honte d’être associés à Trump. On sait qu’une partie de la jeunesse évangélique a tendance à être plus progressiste et parfois à voter Démocrate au lieu de Républicain.
Le magazine anglais The Economist estime qu’une diminution des évangéliques aux Etats-Unis notamment chez les jeunes s’explique en partie par des différents intellectuels chez des jeunes ex-évangéliques avec la doctrine classique de certaines églises évangéliques conservatrices ou anti-sciences (ex. pour le Créationisme et contre la Théorie de l’Evolution).

Le 16 mars 2019. Par Xavier Gruffat. Sources : The Economist, The Pew Research Center, Veja.

Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 16.03.2019.

Pages les plus lues