Le “nouveau” conservatisme britannique du Labour

LONDRES Le Royaume-Uni est un pays très important pour mieux comprendre les forces en politique, surtout en Occident. Dans ce pays qui n’a pas connu une Révolution violente comme en France, il existe deux principales forces politiques, le parti conservateur (Tory or Torries) classé à droite et le parti travailliste (Labour) classé à gauche. Ces dernières années, comme on le sait, le parti conservateur emmené par sa victoire du Brexit a gagné les principales élections et a actuellement un conservateur à sa tête, Boris Johnson, comme Premier Ministre.

Le terme conservatisme n’a pas la même signification qu’en France ou en Suisse romande, pour simplifier et résumer, le conservatisme anglais est plus proche d’une droite traditionnelle et n’a pas de connotation négative comme en français. Mais si on réfléchit bien, droite et conservatisme sont souvent un synoyme, la droite voulant conserver certaines valeurs (armée, religion, économie). Même si la droite libérale est en partie différente de la droite conservatrice, notamment sur les thèmes de société. Désormais on devra compter sur la gauche conservatrice anglaise.

La nouvelle stratégie du Labour, patriotisme


Dans un article de The Economist datant du 26 septembre 2020, on découvre que le nouveau chef des travaillistes ou Labour Sir Keir Starmer semble mettre en place une nouvelle stratégie pour peut-être gagner les prochaines élections au niveau national dans seulement quatre ans. Sir Starmer aimerait récupérer le vote des classes travailleuses (working-class) basées notamment dans le nord de l’Angleterre ou dans le Pays de Galles (les “red wall”). Actuellement ces ouvriers votent en majorité davantage pour le parti conservateur, ils ont surtout voté en faveur du Brexit. Pour arriver à ses fins, l’avocat Sir Starmer essaye d’adopter un discours plus patriote et nettement moins critique sur la nation et l’armée que son prédécesseur Jeremy Corbyn, bien plus à gauche. On peut parler de socialisme patriotique. C’est au passage un peu la stratégie adoptée en 2020 par Jair Bolsonaro au Brésil, avec grand succès (il n’a jamais été autant populaire). C’est une stratégie aussi bien différente du parti Démocrate américain qui a surtout cherché les votes des minorités (noires, latinos, LGBT) quitte à négliger la classe ouvrière blanche du Midwest, une raison de la défaite en 2016 et de la victoire de Trump.

Amour du pays, un risque ?

Pour Sir Starmer, il est important d’aimer son pays. Selon un spécialiste interrogé par The Economist, si un politicien n’aime pas son pays et de façon sincère, l’électorat populaire des classes ouvrières le sent immédiatement et ne voteront pas pour ce candidat. La famille est aussi très importante dans le discours de Sir Starmer (“a country in which we put family first”). On se demande au passage si ce Sir (titre de la Royauté) marié et vivant dans un quartier riche de Londres, n’aurait peut-être pas dû choisir l’autre camp soit celui de droite, ou alors le parti Libéral anglais. L’avenir dira si la stratégie de recentrer le Labour comme Tony Blair à l’époque est la bonne. Je me rappelle une fois avoir parlé au Brésil avec un portier d’origine bolivienne gagnant peut-être 300 dollars par mois (salaire minimum) et affirmant qu’il ne voterait jamais pour la gauche, je lui ai alors demandé pourquoi vu qu’il n’était pas un Bill Gates, il m’a dit pour résumer par principe et voyait la gauche comme corrompue (ex. Lula et co). Peut-être pensait-il que ses enfants allaient s’enrichir par le capitalisme. Tout cela pour dire, ce n’est pas sûr qu’à long terme Sir Starmer ait du succès, la classe populaire pouvant préférer l’orignal conservateur à la copie, il lui restera alors probablement de séduire un peu comme en Suisse la “gauche caviar” ou petite bourgeoise (cadres moyens, fonctionnaires).


Le 2 octobre 2020. Par Xavier Gruffat. Source principale : The Economist (édition papier).
Crédit photo : Par Southlondoneye (compilation, sources to attribute see above) — London Pano by kloniwotskiTrafalgar Square by Elias GaylesLondon Eye by DiliffTower Bridge by UlyssesThirtyOneElizabeth Tower and Roundel by Supercar Roadtrip, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=46949066

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)
Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 02.10.2020.