Les professions qui pourraient disparaître, “mangées” par l’intelligence artificielle

NEW YORKDans certains pays dits riches comme la Suisse ou les Etats-Unis, le taux de chômage est bas, si on en croit les statistiques officielles ou les rapports d’un magazine de référence comme The Economist. Mais dans certains pays comme la France, le Brésil ou l’Argentine le taux de chômage n’est pas si bas que cela. Il est aussi très haut dans des pays comme l’Afrique du Sud. Bref, le chômage est peut-être moins un problème actuellement dans les pays riches de l’Occident, mais il le reste dans de nombreuses régions du monde.

Et autre nuage en vue possible, l’intelligence artificielle (IA ou AI en anglais). Sans rentrer dans trop de détail, l’IA à la différence de la programmation classique apprend presque toute seule. Elle crée et améliore des modèles avec une précision parfois supérieure à un être humain. Si on couple robotique avec l’IA, on arrive malheureusement dans un nombre élevé de cas à une productivité supérieure aux êtres humaines. La conséquence est que le marché du travail, autant privé que public, aura moins besoin d’êtres humains, en tout cas dans certains secteurs (industries dans la définition américaine). Il pourrait s’en suivre, même si cela fait débat, une augmentation du taux de chômage dans toutes les sociétés ou pays de la planète.

Exemples, non exhaustifs, de professions pouvant être remplacées en partie ou presque entièrement par des robots :

1. Douaniers (ex. aéroport) et hôtesses de l’air. Actuellement dans les aéroports, un douanier qui est un être humain souvent de la police locale ou du pays, contrôle les passeports. Il existe sur le marché des systèmes dits de biométrie faciale, certains systèmes sont capables en 2 secondes de lire 1024 points du visage. Le taux de succès de ces systèmes en 2019 serait de 98%. La biométrie facile peut être utilisée autant par la police que par les hôtesses de l’air pour l’embarquement. Il est probable qu’avec de tels systèmes, les aéroports auront besoin de moins de personnel. Il pourrait être intéressant de connaître le nombre d’employés en équivalent plein temps à l’aéroport de Genève et voir son évolution dans le temps, année après année.


2. Chauffeurs de taxi et d’applications comme Uber
Certains spécialistes estiment que le rêve de certaines sociétés comme Uber est d’avoir une flote de voitures sans pilotes, c’est à ce moment que l’entreprise pourrait devenir rentable (ce n’est pas le cas maintenant qui accumule des centaines de millions de dollars de perte par année). Il est évident que beaucoup de chauffeurs, conducteurs de bus ou camions pourraient perdre leur emploi ces prochaines années à cause de l’intelligence artificielle embarquée sur les voitures (souvent aussi via des serveurs).


3. Radiologues (médecins)
Certaines études montrent que des systèmes d’AI obtiennent des résultats supérieurs à un radiologue dans la lecture par exemple de radios pour diagnostiquer certains cancers. Comme on le voit, certaines professions prestigieuses comme les médecins pourraient aussi voir leur job disparaître, en tout cas on aura probablement besoin dans le futur de moins de radiologues que par le passé.

Liste et article en construction

Le 30 mai 2019 (V 1.0). Par Xavier Gruffat (Romanvie.ch)

Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 30.05.2019.