Publicité

Mieux comprendre le pentecôtisme, un succès globalisé

SAO PAULOLe pentecôtisme est une branche du protestantisme qui connaît une forte croissance mondiale, notamment parce qu’il s’agit d’un mouvement et pas d’une église proprement dite. Le pentecôtisme est le seul courant du christianisme, en plus de 2000 ans d’histoire, créé par un afro-descendant (afro-américain). D’un point de vue théologique, le pentecôtisme est proche de l’arminianisme, sur les idées de Jacobus Arminius, et donc moins du calvinisme. On sait que l’arminianisme a mené notamment à la création de l’Eglise Méthodiste fondée par John Wesley, un courant très axé sur la justice sociale (aide aux pauvres, l’Armée du Salut a été fondée par un méthodiste).

Décision personnelle


En novembre 2017, le magazine anglais de référence The Economist expliquait en citant le professeur Peter Berger de l’Université de Boston que : “Le pentecôtisme est l’unique grande religion, qui au centre de sa piété [définition : attachement fervent aux devoirs et aux pratiques de la religion], insiste sur un acte de décision personnelle”. La liturgie pentecôtiste, différente par exemple d’autres églises protestantes, est plus émotionnelle. Un culte pentecôtiste peut notamment inclure des témoignages, des miracles, un parler en langue (glossolalie) ou des prophéties. La louange est souvent pleine d’énergie, typique des églises afro-américaines (chants gospel). Mais de facto, si on visite des églises pentecôtistes actuelles, on se rend compte que beaucoup ne parlent plus en langue et ont un culte qui ressemble à d’autres églises évangéliques (ex. baptistes). C’est-à-dire une liturgie plus classique, avec la louange au début, le message du pasteur et les prières.

Histoire du pentecôtisme, Azusa Street (Los Angeles)

Comme l’explique le professeur de théologie Samuel Pereira Valério à Xavier Gruffat (de Romanvie.ch et de FT BR), les mouvements pentecôtistes ont connu un grand succès dans un premier temps aux Etats-Unis à Los Angeles (Azusa Street) dans des milieux défavorisés, avant de se diffuser au reste du monde et notamment à l’Amérique latine et à l’Afrique. Le pasteur William Seymour serait à l’origine de la fondation du pentecôtisme en 1906 à Los Angeles dans une église méthodiste, justement à la Azusa Street. Même si comme souvent l’histoire est plus compliquée. En Suède des premiers mouvements pentecôtistes ont été fondés à la fin du 19ème siècle par des Baptistes, on parle en terme technique de proto-pentecôtisme. Mais en général, l’histoire retient la fondation par William Seymour dans une église de la rue Azusa.

Moins de succès aux Etats-Unis

Actuellement, les mouvements pentecôtistes sont plutôt une minorité aux Etats-Unis avec environ 10 millions de fidèles ou moins de 3% de la population pour un pays de plus de 330 millions d’habitants, de forte tradition protestante (mais bien sûr surtout calviniste, le fameux courant du puritanisme). Au Brésil, par contre, le succès est grand avec environ 25 millions de Pentecôtistes en 2010 (dernières statistiques officielles fiables) ou plus de 10% de la population pour un pays d’environ 215 millions d’habitants. Au niveau politique, les votes des Pentecôtistes brésiliens sont bien sûr très disputés par les politiciens. Aux Etats-Unis, l’église Church of God (basée à Cleveland) est la première dénomination pentecôtiste avec des millions de fidèles (au hasard on peut voir des cultes sur YouTube d’une église Church of God à Butte dans l’état du Montana), devant l’Assemble de Dieu. Au Brésil, l’Assemblée de Dieu est de très loin la plus grande église pentecôtiste (lire davantage ci-dessous).

Egalité avant l’heure

Les premières communautés pentecôtistes américaines comptaient au début du 20ème siècle beaucoup de personnes de la communauté afro-américaine, des immigrés notamment suédois ou des femmes. La justice sociale était un élément majeur de ce courant. Rappelons qu’au début du 20ème siècle aux Etats-Unis, il y avait de facto une ségrégation raciale, y compris dans les églises. Le théologien brésilien Marco Davi Oliveira décrivait en 2015 que le pentecôtisme brésilien était la “religion la plus noire [dans le sens de descendance africaine] du Brésil”.


Succès Brésilien, aspect social aussi

L’arrivée des mouvements pentecôtistes au Brésil remonte déjà aux années 1910 et 1911 avec la Congregação Cristã (en français Congrégation Chrétienne) dans l’état du Paraná et l’Assemblée de Dieu à Belém dans l’état du Pará. Au Brésil, le pentecôtisme a surtout donné naissance à l’Assemblée de Dieu (AD). La plus grande église du Brésil actuellement, après bien sûr l’Eglise Catholique, est justement l’AD avec environ 20 millions de fidèles, soit presque 10% de la population. En 2010, le Censo (institut brésilien de recensement) estimait que parmi les 42 millions de Brésiliens se déclarant évangéliques, 25 millions appartenaient aux mouvements pentecôtistes. On sait que les mouvements pentecôtistes ont surtout du succès dans les grandes banlieues plutôt pauvres de Sao Paulo ou de Rio de Janeiro (ainsi que d’autres grandes villes brésiliennes) et dans des villes moyennes ou villages également plutôt pauvres ou modestes. Si on voyage au Brésil on voit dans presque chaque village ou quartier une église évangélique de l’Assemblée de Dieu (photo ci-dessous). Le sociologue des religions David Martin écrivait que le pentecôtisme et un phénomène modernisant et qui a le potentiel d’élever les pauvres à la classe moyenne. Il n’est pas impossible qu’aux élections d’octobre 2022, beaucoup de Pentecôtistes votent à nouveau pour Lula, et moins pour Bolsonaro.

Photo d’une petite église de l’Assemblée de Dieu, photo prise par Xavier Gruffat en 2022, dans la région d’Ubatuba (SP) au Brésil.

Le 23 avril 2022. Par Xavier Gruffat. Sources : programme TV de Xavier Gruffat sur YouTube, Folha de S.Paulo, livres de théologie.

Est-ce que cet article ou dossier était utile ?

Observação da redação: este artigo foi modificado em 23.04.2022

Publicité