EDITORIAL : Le cauchemar de l’Eglise Catholique globalisée

SAO PAULOL’Eglise Catholique reste la plus grande église chrétienne du monde en nombre de membres, plus d’un milliard si on compte les baptisés. Mais force est de constater qu’elle est actuellement en train de traverser un énorme cauchemar malgré la grande popularité du Pape François, si on pense aux récents scandales (prouvés) de pédophilie en Pennsylvanie (Etat de l’est des Etats-Unis). Selon la TV Globo, un enfant d’un an et demi a été la proie de prêtres américains, le diable est clairement rentré dans l’Eglise Catholique. Le Pape a par ailleurs reconnu la honte de cette nouvelle histoire.  

Monde de la communication


Dans un monde globalisé axé sur la communication, l’Eglise Catholique souffre bien plus que les autres églises (protestantes notamment). Car un scandale dans un état américain (Pennsylvanie) a une influence dans le monde entier. De nombreux journaux ont repris les informations véhiculées souvent par les grandes agences de presse comme AFP, Reuters ou AP, à commencer par la Folha de S.Paulo au Brésil (journal le plus influent) dans le plus grand pays catholique du monde. Imaginez le nombre de personnes qui ont lu cet article ou ont vu à la TV (ex. TV Globo) les récents scandales aux Etats-Unis qui vont avoir envie de quitter l’Eglise Catholique. Autrement dit, un événement de l’autre côté du monde « contamine » l’Eglise Catholique dans le monde entier. Si un scandale se déroule dans une petite église protestante ou évangélique indépendante par exemple en Angleterre à Sheffield aucun grand média ou agence ne va en parler. L’affaire restera au niveau local, sans influence sur une autre église protestante en Australie par exemple. Par contre toute information qui touche l’Eglise Catholique est globalisée, amplifiée. Il est vrai qu’une image positive du Pape François peut être aussi amplifiée de façon favorable, mais combien de messages positifs faut-il pour contrer les scandales de pédophilie ? Le solde avec le temps est probablement négatif.

Visite du Pape en Irlande

Selon un article du Washington Post, le Pape qui se rendra fin août 2018 quelques jours en Irlande va dans un pays catholique mais qui l’est toujours moins. Selon le journaliste, les prêtres irlandais sont âgés en moyenne de 70 ans et les bancs des églises sont presque ou en partie vides (si on en croit l’article du WP). L’Irlande se transforme radicalement et il semble que la jeune génération soit de moins en moins catholique. Le mariage homosexuel a été accepté par une majorité du peuple irlandais. Une Irlandaise interrogée dans l’article estime que la « jeunesse est partie et ne reviendra probablement plus (à l’église)».
En Argentine, suite à la victoire de justesse de l’Eglise Catholique aidée aussi des églises évangéliques sur l’avortement, elle semble maintenir son niveau d’influence, mais jusqu’à quand ?

Quelles solutions ?

Comme évangélique (mais une bonne partie de ma famille et amis sont catholiques), mouvement chrétien qui comprend des centaines de milliers d’églises différentes souvent indépendantes et libres, je pense que justement le drame de l’Eglise Catholique (qui veut dire universel en grec) est d’être devenue trop grande, trop globalisée. Bien sûr c’est pour honorer un commandement de Jésus, la Grande Commission, que l’Eglise s’est développée dans le monde entier. Mais maintenant avec les nombreuses églises protestantes et évangéliques, l’Eglise Catholique devrait selon moi procéder à d’importantes réformes à commencer par le mariage des prêtres (dans La Bible, il n’est pas écrit qu’un prêtre doit être célibataire, l’Apôtre Paul le recommande mais ne l’oblige pas) et s’allier avec les églises protestantes ou évangéliques pour continuer la Grande Commission. L’objectif final est que les gens croient en Jésus comme Sauveur et pas de savoir si l’église x, y ou z est mieux que l’autre. L’Eglise Catholique devrait aussi arrêter de parler d’être l’unique église chrétienne et remettre Jésus au centre. Bien sûr c’est plus facile à dire qu’à faire. Mais à ce rythme l’Eglise catholique sera juste une église parmi d’autre et certaines grandes églises évangéliques comme les Baptistes pourraient un jour dépasser le nombre de Catholiques pratiquants dans le monde, si ce n’est pas déjà fait. Cela dit, une Eglise Catholique plus petite (peut-être quelques centaines de millions de personnes) lui fera du bien et commencera à passer finalement un peu sous les radars pour autant qu’elle élimine à 100% les cas de pédophilie. Car être une église leader n’est pas toujours un avantage dans un monde globalisé et hyper-médiatique.

Le 22 août 2018. Par Xavier Gruffat. Sources : Folha de S.Paulo, The Washington Post, The Wall Street Journal, TV Globo, Gospel Prime.


PS. le but ici n’est pas de critiquer les catholiques (humains) mais l’institution qui ne comprend probablement pas bien que sans réformes radicales elle pourrait se réduire comme peau de chagrin, y compris dans les pays du sud (Afrique, Amérique du Sud, Asie).

Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 22.08.2018.