Couple et alcool : une épreuve à traverser à deux

Couple et alcool : une épreuve à traverser à deuxS’il est un ennemi qui arrive souvent à terrasser le couple, c’est l’alcool. Que ce soit l’homme ou la femme ou les deux qui se trouve sous l’emprise de l’alcool, il peut être difficile d’arriver à une issue heureuse et de retrouver toute la complicité et l’amour qui ont fait naître le couple. Il serait difficile de fournir une formule magique qui marcherait à tous les coups, mais il faut garder la foi et croire en un changement futur qui s’accomplira grâce à un effort commun des deux partenaires et à la grâce de Dieu dont la puissance est infinie.

5 erreurs à éviter

La colère

Couple et alcool : une épreuve à traverser à deuxLa colère nous empêche souvent de réfléchir et de prendre des décisions raisonnables. Parler dans la colère ou s’énerver contre votre partenaire parce qu’il boit n’est pas la meilleure attitude à adopter. Au contraire, il faut essayer, même si c’est difficile, de ne pas se laisser emporter par la colère et de parler avec le cœur. Laissez s’exprimer votre amour, prenez soin de l’autre et lorsqu’il n’est plus le maître de ses pensées, n’écoutez pas ses insultes, ne cherchez pas à le culpabiliser ou à lui parler, choisissez les moments où il est sobre pour aborder sereinement les choses. Comme ça, il risquera moins de vous blesser et il sera plus à même de vous écouter.

Le jugement

Juger ou condamner un mari ou une femme qui boit ne fait qu’envenimer les choses. Ce sont des attitudes à éviter si vous désirez gagner le combat. Il est plus efficace de toujours favoriser les moments de discussion et de conversation constructive pendant lesquels vous pouvez exprimer vos craintes, votre impuissance face au problème ainsi que vos attentes tout en offrant votre aide pour permettre à votre époux ou épouse de sortir de son cauchemar.

Le silence

La communication est importante au sein du couple. Si l’un des partenaires boit, l’ouverture au dialogue est encore plus essentielle. Rester dans le silence, de peur de blesser ou d’être blessé à son tour, ne permettra pas au couple d’avancer. Seule la communication ouvre la voie à la compréhension et à la tolérance. Il faut que votre mari ou votre femme comprenne vos besoins, votre souffrance, votre douleur, vos sentiments et votre limite. À son tour, offrez-lui l’occasion de s’exprimer, d’expliquer son malaise et peut-être de faire des concessions.

La pression

Il est souvent évoqué que la personne qui boit doit reconnaître son problème afin d’être en mesure de recevoir toute forme d’aide.  Cependant, il faut savoir qu’il est difficile pour votre époux ou épouse d’avouer qu’il /elle a un problème. Ce serait reconnaître une faiblesse pouvant nuire à l’image qu’il/elle se fait de sa personne. Il importe toujours d’encourager sans dicter et d’essayer de discuter lorsque la personne est en mesure d’écouter afin de partager vos angoisses et vos peurs. Le chantage est souvent mentionné comme solution, mais il peut marcher chez certains et pas chez d’autres. Partir un moment et quitter le foyer peut être un moteur de changement dans certains cas, mais pas toujours.

La dépendance

Couple et alcool : une épreuve à traverser à deuxIl peut arriver que vous soyez tenté d’enlever toute responsabilité à votre compagne ou compagnon parce qu’elle/il boit. Ne cultivez pas la dépendance, une telle attitude peut créer l’effet inverse puisque la personne pourrait se sentir encore plus dévalorisée et être poussée à boire encore plus. Parfois, il faut au contraire sortir justement votre partenaire de son état de dépendance et d’essayer de lui rendre son autonomie et lui confier des responsabilités qu’il pourrait réapprendre à assumer pour se reconstruire une image valorisante et retrouver sa confiance en lui-même. Il peut également être utile de le laisser se débrouiller lorsqu’il est ivre si vous sentez qu’il est hors de tout danger et de tout risque d’accident. Cela pourrait l’aider à prendre conscience de son état et du mal que l’alcool lui fait et le motiver à faire des efforts pour prendre soin de lui et de son image.

5 attitudes à adopter

Se confier


La honte nous empêche souvent d’aller vers les autres et de partager notre fardeau. Il faut essayer d’avoir le courage de discuter avec une personne à qui vous avez confiance, qui pourrait vous écouter et pourquoi pas vous conseiller. L’aide d’une association, d’un centre d’aide aux familles alcooliques ou le conseil d’une assistance sociale peut être de grands secours pour ne pas lutter dans la solitude.

Chercher à comprendre

Il peut exister une infinité de raisons qui poussent une personne à boire : pour noyer ses problèmes, pour se sentir heureux ou parfois tout simplement pour le plaisir. Il est toujours bon d’essayer de comprendre l’origine de l’alcoolisme qui touche son partenaire ou soi-même afin de mieux lutter et de ne pas se culpabiliser sans raison. Essayez de communiquer, de créer des moments d’intimité favorables à l’échange afin de sonder le problème et d’essayer de trouver ensemble les meilleures solutions possibles. Encore une fois, il n’y a pas de remède miracle, l’essentiel est d’exprimer une volonté d’aller jusqu’au bout, de persévérer, même dans la douleur et la souffrance, et surtout de prier et d’avoir la foi, car ce que l’homme ne peut, Dieu le peut et le fera, car il vous aime.


Soutenir et conseiller

Couple et alcool : une épreuve à traverser à deuxUne personne alcoolique a besoin de soutien. Votre moitié a besoin de votre accompagnement pour traverser cette dure épreuve. Essayer doucement de le convaincre à faire un pas en avant, priez ensemble, renseignez-vous sur un possible suivi psychologique ou toute autre forme d’aide qu’il se sent prêt à accepter. Il peut également être astucieux de laisser traîner des livres ou des documentations intéressantes sur l’alcoolisme et laisser votre partenaire les découvrir à son gré, pour l’aider à prendre conscience du danger qui le guette.

Prendre des moments pour soi et se ressourcer

Vivre avec une personne constamment en état d’ivresse peut devenir un véritable calvaire. Il est ainsi important de prendre des moments pour soi et pour les enfants, et de se ressourcer. Organisez des sorties en famille, favorisez les moments de détente ensemble, mais pensez également à prendre soin de vous, à vous occuper de votre personne et à faire des choses qui vous permettent d’évacuer tension et stress.

Persévérer

Parfois, la vie semble reprendre son cours et le couple pense être bientôt sorti de son cauchemar. Cependant, il peut y avoir des rechutes ou des retours en arrière. Il ne faut surtout pas paniquer, prenez votre courage à deux mains et accompagnez votre partenaire dans chaque étape de sa thérapie. Offrez-lui tout votre soutien et persévérez dans votre quête d’une vie meilleure et sans alcool. Afin de puiser toutes les forces nécessaires et pouvoir continuer votre lutte sans flancher, pensez toujours à vous faire aider. En effet, pour pouvoir soutenir, vous avez également besoin de soutien, sans lequel vous risquez de vous noyer vous-même.

Si certaines personnes trouvent plus facilement le chemin de sortie, ce n’est pas le cas de tout le monde. Certains ont besoin d’un choc pour prendre conscience de l’importance d’un changement. Être victime d’un accident, frôler la mort, causer la mort d’autres personnes, se faire emprisonner, être abandonné par sa famille sont autant de choses qui ont permis à de nombreux alcooliques de se repentir, mais ces chocs aussi forts soient-ils laissent encore beaucoup de buveurs indifférents. L’alcool est source de douleur, de trouble, de destruction et de violence. Le combat est ainsi difficile, mais ne perdez pas courage ni espoir, car rien n’est impossible à Dieu !

Par Seheno, 30 janvier 2015

Lire d’autres articles sur la vie de couple sur notre Love Blog

Photos d’illustrations : © Deklofenak – Fotolia.com, © Driving South – Fotolia.com

Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 30.01.2015.