Publicité

Coûts de la vie – Zurich champion de l’indexation des salaires, Vaud à la traîne

BERNELes administrations publiques annoncent actuellement les taux d’indexations salariales de leurs employés. Alors que les chiffres définitifs pour 2023 ne sont pas encore tous connus, le Syndicat des Services publics (SSP) estime ce taux à environ 2% en moyenne suisse et le considère nettement insuffisant.

“Globalement on est loin du compte par rapport à ce qu’on demandait”, a déclaré le secrétaire central du SSP, Agostino Soldini, à Keystone-ATS. En effet, alors que l’Indice des prix à la consommation a grimpé de 4,6% entre décembre 2020 et octobre 2022, les salaires n’ont jamais été indexés, à quelques exceptions près, poursuit-il.

Le secrétaire central déplore que l’on calcule le taux d’indexation des salaires de la fonction publique sur une base annuelle, alors que l’inflation qui court depuis deux ans n’a jamais été compensée. “Malgré tout, si l’on se met dans une logique annuelle, il faudrait une indexation de 3 à 3,5%”, estime-t-il.

Coûts de la vie - Zurich champion de l'indexation des salaires, Vaud à la traîne

Zurichois mieux lotis

Pourtant, les taux annoncés pour les cantons romands se situent bien en deçà de ces valeurs. Fribourg a annoncé le taux d’indexation le plus haut, à 2,55%, suivi de Genève à 2,44%. Bien qu’encore non confirmés, les taux pour le Jura et le Valais devraient respectivement être fixés à 2,08 et 2%, ajoute le secrétaire syndical.

Viennent enfin Neuchâtel et ses 1,8%, puis Vaud et son taux à 1,4%. Dans ce dernier canton, un complément sera versé aux bas et moyens revenus, si bien que dans les faits, le taux d’indexation pour ces deux catégories sera de 2,2%.


Le canton de Zurich fait figure de champion de l’indexation, avec un taux annoncé à 3,5%. “Ce n’est toutefois pas tant lié au combat syndical qu’au fait que la loi cantonale prévoit l’indexation des salaires aux coûts de la vie”, fait remarquer Agostino Soldini. A noter encore que pour les employés de la Confédération, le taux d’indexation a été fixé à 2,5%

Urgence d’agir

Pour le secrétaire syndical, le temps presse. “Toutes branches confondues, tant dans le public que dans le privé, les salaires réels, -soit corrigés de l’inflation-, ont baissé de 0,8% en 2021”, dit M. Soldini, s’appuyant sur des chiffres de l’office fédéral de la statistique.

“En 2022, les salaires ont en moyenne été relevés de 1,1%, mais l’inflation sera de l’ordre de 3%, si bien qu’on assistera pour la deuxième année consécutive à une baisse des salaires, mais cette fois-ci de l’ordre de 1,9 à 2%, soit le double de l’année précédente”, s’inquiète-t-il.


L’inflation de retour sur le devant de la scène

Il faut dire que la question de la compensation des salaires pour faire face aux coûts de la vie était progressivement sortie des revendications traditionnelles. “Syndicalement, cette thématique n’était plus tellement à l’ordre du jour depuis 20 ans”, reconnaît Agostino Soldini.

Le vent a désormais tourné. “Nous allons lancer une campagne en 2023 pour récupérer le pouvoir d’achat perdu”, annonce le secrétaire syndical.

La machine est déjà lancée. Des manifestations ont eu lieu à Fribourg et Neuchâtel en début de semaine passée, tandis que d’autres sont prévues cette semaine dans les cantons de Vaud et à nouveau Neuchâtel.

Le 11 décembre 2022. Source : Keystone-ATS (Romanvie.ch est client de l’agence). Crédits photos: Adobe Stock, Pixabay

Est-ce que cet article ou dossier était utile ?

Observação da redação: este artigo foi modificado em 12.12.2022

Publicité