EDITORIAL – En politique il y a désormais les droites et les gauches

Dans le passé il y avait une droite et une gauche, c’était simple. Pour résumer et probablement un peu simplifier la droite était la bourgeoisie (ex. médecins, avocats, patrons, cadres même si à l’époque il y en avait moins) et la gauche était le monde ouvrier, presque dans une logique marxiste. Puis dans les années 1970 et 1980 aux États-Unis avec Ronald Reagan (toujours lui, si important en politique) on a vu apparaître des nouvelles droites et gauches.

Les 4 droites


Pour la droite il existe principalement 3 droites, la libérale qui en Suisse est clairement incarnée par le PLR et au niveau médiatique par Le Temps ou NZZ (qui a aussi un côté conservateur, plus que Le Temps toujours plus progressiste) en Suisse allemande. On a aussi la droite chrétienne, ce sont surtout des évangéliques, protestants conservateurs et catholiques conservateurs qui sont attachés à défendre certaines valeurs chrétiennes. Politiquement l’UDC et le PDC, voire le PLR (mais de moins en moins), peuvent prétendre les représenter. Puis il y a encore la droite nationaliste représentée en politique clairement par l’UDC. Notons qu’à l’époque les thèmes de l’immigration étaient peu présents et la plupart des gens de droite étaient chrétiens, il y avait clairement une seule droite (deux si en Suisse on sépare la droite protestante de la droite catholique). En 2018, on pourrait encore citer une 4ème droite libérale plutôt athée et attachée à l’écologie avec au niveau politique Les Verts Libéraux. Rien qu’en Suisse on compte déjà 4 droites. Bien sûr pour avoir une majorité ces 4 droites doivent s’unir, ce qui n’est pas toujours facile. Au fond, la Suisse a toujours été à droite au niveau fédéral avec ces 4 droites qui ont une majorité absolue. Mais dans le futur avec une fracture entre conservateurs et progressistes, tout pourrait bouger.

Les gauches

Parmi la gauche on peut aussi citer plusieurs gauches, l’ancienne proche des ouvriers et pauvres et la nouvelle gauche qui défend surtout les identités, des femmes, les noirs, de la communauté LGBT. La synthèse du Parti socialiste s’avère compliquée. Surtout que certains intellectuels de droite estiment que plus la gauche (ou les gauches) devient identitaire, donc une nouvelle gauche, et plus elle perd face aux droites.

Le Brésil et les Etats-Unis (midterm)


Au Brésil on a un bon exemple d’une association des droites qui se sont unies contre les gauches, la droite conservatrice avec surtout les évangéliques, la droite nationaliste avec ceux attachés à l’armée et la police (notion d’ordre) et surtout la droite libérale classique du monde de la finance. La victoire presque facile à 55% pour Bolsonaro montre que la stratégie a été gagnante. Notons qu’avec moins de 1% d’étrangers au Brésil le thème de l’immigration est moins fort, même s’il y a des migrants Vénézuéliens qui aimeraient rentrer dans le nord du Brésil.
Aux États-Unis Trump travaille actuellement aussi sur la droite nationaliste et chrétienne avec les environ 25% d’évangéliques américains. On verra ce mardi (06.11.2018) si la stratégie à droite tout de Trump sera payante. Notons que Trump a un peu laissé tomber la droite libérale classique, le bourgeoisie, qui pourrait voter toujours plus pour des candidats du parti Démocrate. Cela pourrait expliquer son éventuelle défaite ce mardi.

Et en Suisse ?

Pour moi c’est la part la plus dure de l’éditorial. Honnêtement j’ai parfois de la peine à bien comprendre la politique suisse avec le jeu entre les différentes droites, ce sera l’objet d’autres éditoriaux jusqu’aux élections fédérales de novembre 2019.

Le 5 novembre 2018 (édition de 01h48). Par Xavier Gruffat.

Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 05.11.2018.

Pages les plus lues