Ecole Montessori, une approche à l’épreuve du progrès ?

EXCLUSIF – ARTICLE EDUCATION

très appliquées dans le travail scolaireMONTREUX – Au moment où le savoir perd de son importance à cause de la montée en puissance des ordinateurs (ex. Wikipedia et nombreux sites web) mais aussi de l’automatisation croissante, Romanvie.ch s’intéresse aux méthodes et à la pédagogie Montessori mettant davantage la créativité, mais aussi d’autres valeurs importantes comme l’empathie, au centre de l’enseignement.
Une idée qui a fait son chemin
Le concept pédagogique de l’école Montessori remonte au début du 20e siècle dans les quartiers défavorisés de Rome (Italie) où il était déjà pratiqué. C’est Maria Montessori, à la fois médecin et pédagogue, qui a entrepris de vulgariser cette nouvelle méthode d’enseignement. Elle a pris le temps de développer une approche pédagogique qui possède de réelles bases scientifiques, éducatives et philosophiques. Celle-ci est aujourd’hui pratiquée dans de nombreuses écoles aussi bien en Europe qu’aux États-Unis (très valorisé), au Canada, ou en Amérique du Sud.

Une approche singulièrement différente
Dans l’enseignement classique, l’enseignant est chargé d‘offrir à l’enfant les bagages nécessaires à son instruction. Le percepteur prend en charge les corrections et suit les progressions de son élève à travers des outils de contrôle préalablement établis. Dans la pédagogie Montessori, l’accent est mis sur la créativité et l’autonomie de l’enfant. L’enseignant n’est plus l’adulte qui punit quand l’élève n’a pas appris ses leçons ou a fait des fautes dans ses devoirs, mais devient un guide qui accompagne l’enfant dans son apprentissage.


C’est l’enfant lui-même qui utilise les matériels sensoriels spécifiques mis à sa disposition pour progresser dans le chemin de la connaissance. Par la même occasion, il développe les sensibilités adaptées à son âge et à ses besoins d’épanouissement, à savoir le langage, l’ordre, le mouvement et le raffinement sensoriel. L’enseignant se met volontairement en retrait pour lui permettre de trouver sa voie. C’est ce que Maria Montessori exprime dans sa fameuse expression : « aide-moi à faire seul ». L’enfant est initié de façon à faire une autocorrection, à l’aide des outils qui lui sont fournis, ce qui augmente encore son niveau de créativité.

Une culture de l’autonomie et de la créativité
Selon les spécialistes, la stimulation de plusieurs sens permet de renforcer la capacité de reconnaissance d’un individu, contrairement à une situation uniquement unisensoriellle. Par conséquent, c’est le sens qui développe la créativité de l’enfant et qui stimule son développement. Les matériels utilisés comme les emboîtements cylindriques, les figures superposées, la table de Pythagore, les chiffres rugueux, les boîtes de lecture ou les cubes de binôme contribuent à cet éveil multisensoriel.

Aujourd’hui, l’ordinateur prend d’assaut la vie quotidienne de l’homme, et ce, depuis son plus jeune âge. Le monde s’automatise de plus en plus, ce qui modifie profondément la réalité à laquelle l’enfant est confronté. De ce fait, sa créativité s’estompe car il n’a qu’à appuyer sur une touche pour trouver la réponse à ses questions et le risque d’erreur est quasiment nul. Dans les écoles Montessori, l’enfant apprend à être autonome et développe un haut niveau de créativité en relation avec ses propres talents qu’il pourra ensuite utiliser aussi bien dans son apprentissage que dans sa vie d’adulte. La méthode favorise le développement de ses capacités et lui procure la liberté de choisir, de tâtonner, de faire des erreurs, de comprendre, d’apprendre et d’aiguiser sa créativité dès son jeune âge.

Parmi les grands noms issus des écoles Montessori figure Jimbo Wales, le créateur de Wikipedia, Jeff Bezos, à l’origine d’Amazon.com, ou encore Larry Page et Sergey Brin, les deux fondateurs de Google. Connaissez-vous en 2016 des entreprises plus puissantes et influentes que Google et Amazon ? Apple peut-être…et son illustre ancien patron (Steve Jobs) aimaient aussi beaucoup la créativité pure et l’innovation.

Point important
Comme dans toute méthode pédagogique, l’autorité reste fondamentale. Autrement dit, il faudra toujours exiger des enfants un vrai travail et un engagement. Sans autorité, strictement aucune méthode pédagogique ne peut fonctionner.


Mise à jour: 19 juin 2016 – Par la rédaction de Romanvie.ch (supervision Xavier Gruffat, rédacteur en chef) – Photo d’illustration : © Eléonore H – Fotolia.com

Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 19.06.2016.

Pages les plus lues