EDITORIAL – Science (ex. vaccination) et religion, deux mondes bien différents

SAO PAULO – Le plus célèbre des sociologues au monde, l’Allemand Max Weber, expliquait dans un livre que science et politique ne se mélangeaient pas bien. Pour résumer les politiciens devant presque toujours mentir pour diriger un pays ou territoire (résumé ici), ce qui est bien sûr un aspect toxique pour les scientifiques à la recherche d’une (certaine) vérité. On peut aussi affirmer que science et religion ne vont pas bien ensemble, car ce sont deux systèmes de pensée très différents mais peut-être pas comme vous le pensez, c’est plutôt la science qui a faux.

Réforme protestante


EDITORIAL – Science (ex. vaccination) et religion, deux mondes bien différentsPremièrement, il ne s’agit pas de critiquer la religion, comme Chrétien je considère la religion fondamentale pour toute société, tout comme peut l’être la philosophie pour certains. La religion amène des réponses comme une éventuelle vie après la mort. En fait cet essai est plus une critique contre les scientifiques, politiciens et journalistes qui essaient de faire de la science une religion, surtout en temps de Covid-19. Si on reste un moment sur la religion chrétienne pendant ces deux derniers millénaires il y a eu beaucoup de conflits de dogmes ou de doctrines. Par exemple le plus grand réformateur de l’histoire Martin Luther a fortement critiqué la doctrine catholique de l’époque au 16ème siècle des indulgences (pour résumer il était possible d’acheter des années à l’Eglise pour diminuer le nombre de temps resté au purgatoire). L’église catholique a quelques années après Luther dans sa Contre-Réforme abandonné le concept des indulgences, ayant au passage permis de financer la basilique Saint Pierre au Vatican. Suite aux réflexions théologiques du moine Luther, il s’en est suivi l’apparition des églises protestantes et évangéliques en Europe puis dans les Amériques. Des guerres ont bien sûr éclaté comme en Allemagne (à l’époque le Saint Empire Romain Germanique) avec la Guerre de 30 ans. Bien sûr à cette époque, politique et religion étaient mélangées avec des intérêts croisés. On le voit, des conflits de doctrines peuvent mener à de terribles violences.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)

Science

Mais revenons à la science. L’erreur pour les scientifiques et les journalistes généralistes qui accompagnent par exemple la pandémie de Covid-19 est justement de baser trop leurs réflexions sur une logique religieuse ou dogmatique, voire politique (ex. gauche-droite). On le voit avec la vaccination, il y a actuellement comme un dogme imposé par la plupart des scientifiques, médias et politiciens. Ce dogme 100% favorable à la vaccination n’est pas forcément faux, la plupart des études montrent actuellement que la vaccination est sûre et devrait nous permettre de sortir de cette pandémie en tout cas en grande partie. Mais il est important d’écouter les scientifiques plus critiques comme par exemple sur la vaccination, certains pensent par exemple que vacciner pendant une pandémie n’est pas une bonne idée à cause du risque d’augmentation du nombre de variants. En 1999 l’église catholique a reconnu à l’église luthérienne allemande le “salut par la foi” et non pas par la foi et les œuvres. Luther a été reconnu par son grand ennemi presque 500 ans après sa réforme. C’est le risque d’une vision très dogmatique, on peut très vite se tromper.

Comment travaille la science ? Quelle vérité ?

La science travaille avec des vérités provisoires qui peuvent et sont souvent contestées par de nouvelles études. La science ou plutôt les scientifiques essaient ensuite d’arriver à consensus, comme sur la vaccination ou le réchauffement climatique. Il est important que les journalistes expliquent cela au grand public, la machinerie derrière la science.
Une vérité d’un jour en science n’est plus forcément celle de demain. Les théories de Newton ont été remises en causes par Einstein. Darwin ignorait l’existence de la génétique. La théorie du médecin grec Hippocrate sur les humeurs étaient fausses. Les exemples d’erreurs sont très nombreux. Autrement dit, la science est très imparfaite surtout dans le domaine médicale à cause de très nombreuses études médiocres et fausses. Certains scientifiques comme John Ioanidis de la célèbre université de Stanford aux Etats-Unis estime que la majorité des études médicales ne méritent aucun crédit. Bref la science évolue très rapidement, trop vite, on se rappelle la polémique sur les masques contre la Covid-19 en 2020.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)


Inconscient collectif

Souvent on entend le grand public critiquer la science ou la médecine : “Un jour vous dites cela, l’autre le contraire, puis cela…”. Un peu comme si le prêtre catholique un mois pensait que le mariage était un sacrement puis un autre mois plus (comme le pense les protestants).
Dans une analyse psychanalytique, on peut s’interroger aussi si des siècles de christianisme en Europe n’ont pas généré des réflexes dogmatiques y compris lorsqu’on parle de science. Les gens en général veulent des vérités établies et pas provisoires ou changeantes. La religion travaille sur des dogmes ou vérités au temps long, alors que la science travaille sur des vérités au temps (très) courts. C’est très déstabilisant pour le grand public, et on peut le comprendre.

Solutions

C’est à nous journalistes ou blogueurs scientifiques comme votre serviteur d’informer la population. La science ne doit pas copier la religion qui obéit à une autre logique de pensée. Par exemple la religion chrétienne se base sur la Bible, en tout cas pour les protestants, ce qui favorise et incite aux dogmes et doctrines, mais la science se base sur quel livre ? Aucun bien sûr, work in progress. Elle se base sur des millions d’études publiées par le passé (sur ce site BioRxiv qui référence les études pas encore publiées, dites en pre-print, sur la Covid-19, il y en a ce 21 février 2021 plus de 13’000). C’est pourquoi la science doit éviter d’être trop dogmatique mais rester modeste, ouverte sur le changement et le plus démocratique possible tout en informant la population de son rythme accéléré. Car comme la démocratie, la science est le moins mauvais système par exemple pour bien gérer la crise de la Covid-19 et mérite d’être défendue et valorisée. Amen !

Par Xavier Gruffat (pharmacien, dipl. MBA). Xavier Gruffat réside au Brésil. Il a étudié les sciences pharmaceutiques à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich (ETH) en Suisse. Fondateur et éditeur du site Creapharma.ch.
Le 21 février 2021.

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)
Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 22.02.2021.