Éducation : faut-il sanctionner ou non ? Et comment procéder ?

💸 Soutenez financièrement Romanvie.ch, en achetant par exemple un ebook sur la maladie d’Alzheimer de notre site santé Creapharma.ch, merci pour votre soutien ! Cliquez-ici

Il fut un temps où une véritable tendance éducative avait surgi préconisant qu’il était temps d’être à l’écoute des enfants. Ces êtres de raison ont besoin de plus de liberté et de compréhension pour aller vers le bon chemin plutôt que d’une autorité stricte et traumatisante. Aujourd’hui, les opinions divergent puisque beaucoup de parents sont déroutés par leurs enfants de plus en plus ingérables et qui ne rêvent que d’une chose, être le centre d’intérêt de la cellule familiale. Même les pédiatres et les psychologues s’accordent à dire que les enfants rois d’aujourd’hui deviendront les adultes tyrans de demain, alors comment faut-il réagir face à cette situation ? Faut-il revenir aux méthodes classiques de la sévérité ou comment trouver le précieux équilibre qui permet à l’enfant d’être épanoui tout en évitant aux parents bien des maux.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)

La sanction dans tous ses états


5 choses à connaître absolument sur les activités extrascolairesLa sanction est souvent vue dans son aspect négatif, c’est-à-dire que sanctionner les enfants semble toujours vouloir dire qu’il faut les punir. Pourtant, ce mot renvoie principalement à deux choses : punition et récompense. Tout comme les études peuvent plus tard être sanctionnées par un diplôme, l’échec peut se traduire par une punition, autrement dit un redoublement ou un repêchage. C’est le même cas pour les enfants, leur accorder plus de liberté ne signifie en aucun cas perdre l’autorité parentale. Il appartient aux adultes de savoir mettre en place dès le plus tôt possible cette faculté de l’enfant à comprendre que toute bonne action mérite reconnaissance et que dans le cas contraire, une punition peut s’imposer à titre de rétribution.
Les sanctions, qu’elles soient positives ou négatives sont donc indissociables de l’éducation. Autant un enfant qui subit un excès de sévérité sera mal dans sa peau, autant un enfant qui manque de repère et ne sait pas mettre une limite à ses actions peut être traumatisé et tomber facilement dans la déviance. Plusieurs versets de la Bible nous rappellent à quel point il est essentiel de corriger les enfants pour qu’ils trouvent le bon chemin. C’est par exemple le cas des Proverbes 29:17 « Quand les méchants se multiplient, le péché s’accroît ; Mais les justes contempleront leur chute. Châtie ton fils, et il te donnera du repos, Et il procurera des délices à ton âme. » Ainsi, sanctionner les enfants en les récompensant pour leurs bonnes actions et en les corrigeant en cas de mauvais comportement fait partie intégrante des rôles des parents. Mais comment procéder pour que ces sanctions soient réellement efficaces ?

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)

3 choses essentielles pour qu’une sanction soit efficace

Comment faire comprendre efficacement aux enfants que certaines choses sont permises et que d’autres au contraire sont défendues ? Il faut reconnaître que la tâche se révèle ardue, mais voici 3 conseils qui vont vous aider à faire en sorte que la sanction imposée apporte un réel changement.

1. Soyez ferme

Dans la mise en place des règles de vie et disciplines auxquelles les enfants et les jeunes seront soumis, il importe que les sanctions, qu’elles soient bonnes ou mauvaises soient effectives. Une menace perpétuelle, tout comme une promesse sans fin, n’aboutira à rien. L’enfant continuera à vous tenir tête, mais plus encore ils perdre progressivement confiance en vous. Une sanction annoncée doit être respectée.

2.  Soyez juste

La notion de justice est très importante lorsqu’on donne une punition ou on récompense un enfant. Pour être accepté, il faut à chaque fois que la sanction soit méritée et proportionnelle au tort ou à la bonne action constatée. Des compliments exagérés ou une punition démesurée risquent de produire l’effet contraire de ce que l’on souhaite obtenir. Trop flatter son égo conduirait l’enfant à croire qu’il est au-dessus de tout, la valeur d’encouragement n’aura plus d’importance pour lui, tandis qu’une sévérité non justifiée lui fera perdre ses repères et le conduira naturellement dans le mauvais chemin et dans un esprit de perpétuelle vengeance. Il est ainsi important de ne pas punir sous la colère, attendez d’être plus calme pour mieux mesurer vos paroles et gestes et pour que l’enfant n’ait pas l’impression que sa punition n’est pas justifiée, mais simplement la conséquence de votre fatigue, de votre stress ou  de votre colère. Attention également à ne pas laisser passer trop de temps entre l’acte et la sanction, plus celle-ci est immédiate, plus elle sera efficace puisque l’enfant pourra prendre conscience immédiatement de ses erreurs.


3.  Visez la réparation des erreurs

Chaque sanction doit être instructive pour cultiver les bonnes habitudes. Il ne faut pas instaurer des punitions qui portent atteinte à l’intégrité physique et psychologique de l’enfant. Les parents doivent apprendre à bien doser chaque correction imposée lorsqu’il y a manquement aux règles et valeurs établies. Pensez à des actions comme la restitution du bien en cas de vol, la révélation de la vérité en cas de mensonge, la réparation en cas d’objets cassés ou la réconciliation pour les disputes. Cette manière de corriger l’enfant lui permettra de changer progressivement et de manière autonome son comportement.

Par la rédaction de Romanvie.ch, 23 novembre 2018 – Crédit photo : Adobe Stock

💸 Soutenez financièrement Romanvie.ch, en achetant par exemple un ebook sur la maladie d’Alzheimer de notre site santé Creapharma.ch, merci pour votre soutien ! Cliquez-ici

Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 24.11.2018.