Effet de la religiosité ou spiritualité sur le diagnostic du cancer de l’ovaire chez les femmes afro-américaines

Effet de la religiosité ou spiritualité sur le diagnostic du cancer de l'ovaire chez les femmes afro-américainesNEW YORK –  L’examen des données d’une étude cas-témoin multicentrique sur le cancer de l’ovaire chez des Afro-Américaines a révélé que les femmes ayant déclaré des niveaux plus élevés de religiosité/spiritualité avaient une probabilité accrue de cancer ovarien de stade III-IV au diagnostic. Les croyances populaires et culturelles n’étaient pas associées au stade du cancer au moment du diagnostic. Cette étude est publiée le 5 décembre 2018 dans un article paru dans le Journal of Women’s Health (DOI : 10.1089/jwh.2018.7031), une publication de Mary Ann Liebert, Inc. publiée par des pairs.


Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)


Croyances culturelles et retards de diagnostic

Dans l’article intitulé « Effect of Cultural, Folk, and Religious Beliefs and Practices on Delays in Diagnosis in Ovarian Cancer in African American Women », les chercheurs ont examiné si certaines croyances culturelles et populaires, pratiques religieuses et spirituelles perçues étaient associées à des retards dans le diagnostic du cancer de l’ovaire, comme l’indique le stade avancé du cancer au diagnostic ou la durée prolongée des symptômes avant diagnostic. Les croyances culturelles/folkloriques et la religiosité/spiritualité n’étaient pas toujours associées à la durée des symptômes avant le diagnostic.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)

« Bien que les croyances culturelles et populaires liées au cancer n’aient pas été associées au stade du cancer dans cette étude, le Dr Moorman et ses collègues ont constaté que ces croyances étaient répandues chez les femmes et ont pu influencer leur décision de chercher un traitement contre le cancer », déclare Susan G. Kornstein, MD, rédactrice en chef du Journal of Women’s Health et directrice générale du Virginia Commonwealth University Institute for Women’s Health, Richmond, VA. « Sensibiliser davantage les médecins aux croyances culturelles et folkloriques liées au cancer, améliorer la communication entre les patients et les fournisseurs de soins au sujet de ces croyances et faire participer les Églises aux interventions d’éducation sanitaire peut mener à de meilleurs résultats ».

Le 14 décembre 2018. Par la rédaction de Romanvie. Sources : Communiqué de presse de l’étude (en anglais). Référence : Journal of Women’s Health (DOI : 10.1089/jwh.2018.7031).

Crédit photo : Adobe Stock

Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 24.12.2018.