Midterm – 6 insights intéressants en provenance des Etats-Unis

NEW YORKSuivre le midterm – élections de mi-mandat – aux Etats-Unis est absolument passionnant. Qu’est-ce qu’il y a de plus cool que de suivre à la TV par exemple sur Fox News ou CNN les élections américaines à la présidentielle comme en 2016 ou le midterm en 2018 ? Rien, et c’est logique. La première puissance au monde avec 330 millions d’habitants mérite cet intérêt, cette curiosité. Romanvie.ch résume pour vous certains éléments intéressants. Et si vous avez encore des doutes que les Etats-Unis sont importants pour la Suisse, voici un seul chiffre : 75 milliards de dollars. C’est la somme annuelle des chiffres d’affaires cumulés de Roche, Nestlé et Novartis aux Etats-Unis, sans parler d’autres grandes entreprises (ex. ABB, Swatch, Rolex – Rolex faisait d’ailleurs de la publicité sur le site du New York Times à 2h22). 


3 situations où la prise de vitamines en complément alimentaire fait vraiment sens

Rappelons tout d’abord qu’il y a au niveau fédéral à Washington 2 chambres avec des sièges en jeu, l’intégralité de la House (Chambre des représentants) et une partie du Senate (sénat) à élire le mardi 6 novembre 2018. La majorité de la House est de 218 sièges et du Senate de 50 sièges, comme le relève le New York Times. Selon Wikipedia, la House compte 441 représentants dont 6 représentants sans droite de vote, d’où une majorité nécessaire de 218 sièges.
A la House il y a déjà 42 Républicains et 24 Démocrates en place (votés dans le passé et leurs sièges ne sont pas remis en jeu dans ce midterm). Comme on peut voir, les Républicains partent avec une belle avance, ils ont besoin de gagner 8 sièges pour avoir la majorité.

1. L’économie américaine va bien mais…
En terme macroéconomique l’économie américaine va très bien, dans un sondage à la sortie des urnes une majorité des électeurs le reconnaît. Mais si le sondeur demande si le pays va bien en général, une majorité des Américains affirme le contraire. Il est vrai que l’horrible tuerie de Pittsburgh il y a quelques jours, qui a passé en boucle sur les networks américains ainsi que les chaînes d’info (CNN, Fox News ou MSNBC) n’aide pas à améliorer le sentiment positif dans le pays. La forte polarisation, Républicains contre Démocrates, contribue aussi à une sorte de guerre culturelle.

2. Les états rouges et bleus
Il est toujours intéressant quand on couvre les élections US de rappeler le concept des états rouges et bleus. Les rouges sont les états qui votent presque naturellement Républicains (droite conservatrice), comme certains états à grande proportion d’évangéliques comme le sud des Etats-Unis. A l’inverse les états bleus votent presque automatiquement pour les Démocrates (libéraux, centre ou gauche), comme les états libéraux de la côte ouest (Californie, Oregon) ou de la côte est comme le Vermont.
Il y a aussi les états ou régions violets (purple), ceux qui peuvent passer d’un côté à l’autre (rouge ou bleu), on parle aussi de swing state surtout pendant l’élection présidentielle.

3. Certains Américains comme les Californiens votent beaucoup
Le mardi 6 novembre 2018 à San Francisco un électeur devra prendre 48 décisions. Il devra notamment choisir un député fédéral (le fameux midterm), un sénateur, un gouverneur et choisir parmi 16 autorités à élire au niveau de l’état ou de la ville (souvent county aux États-Unis). En plus, il devra définir l’avenir de juges. Et comme en Suisse avec la démocratie directe, les citoyens de San Francisco devront voter pour 13 initiatives de l’état de Californie et 5 pour la ville.

4. Certains paysans moins motivés 
Dans certains états du nord comme le Wisconsin, avec peu d’évangéliques dans la base républicaine comme le Texas mais plutôt des ouvriers ou paysans, pour l’électorat typique des Républicains, certains ont affirmé à CBSNews qu’ils allaient voter pour Trump mais pas de façon très enthousiaste. A cause de la guerre économique avec la Chine, certains paysans ont perdu des parts de marché face au Brésil et aimeraient que Trump clarifie certains aspects au niveau des exportations.

5. Santé, très sensible pour la droite – Obamacare
Une information peu connue en Europe, les Républicains hésitent à trop parler et surtout critiquer Obamacare (un système complexe d’assurance maladie pour les personnes non assurées, hors Medicaid et Medicare) mis en place par les Démocrates. Car beaucoup d’Américains de la classe moyenne et populaire, qui votent aussi Républicains, ont parfois besoin d’une assurance maladie simplement pour survivre (ex. cancer, diabète). On peut dire que c’est devenu comme un tabou pour les Républicains. Peut-être que les Suisses du PLR doivent faire attention avec leur nouvelle idée (du mardi 06.11.2018) de réforme libérale du système de santé suisse, à lire sur le site du PLR (plr.ch). En tout cas selon le journaliste de CBSNews, détruire Obamacare pour voir des électeurs anciennement Républicains fuir ce parti.


6. Latino
Il y a aussi un nombre important de latinos (d’origine d’Amérique latine) qui sont Républicains et veulent par exemple construire le mur idéalisé par Trump à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, pour remettre de l’ordre et lutter contre le trafic de drogue. Mais il est vrai que selon nos informations, une majorité de latinos vote pour les Démocrates.

Le 7 novembre 2018 (version de 01h17, heure suisse). Sources : CBSNews, The Wall Street Journal (plusieurs éditions), The New York Times, Folha de S.Paulo, The Pew Research Center.
Crédits photos : Xavier Gruffat

Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 07.11.2018.

Pages les plus lues