La sécurité des ouvriers sur les chantiers autoroutiers reste une priorité

 

La sécurité des ouvriers sur les chantiers autoroutiers reste une prioritéVAUDDans le but de garantir la sécurité des ouvriers sur les chantiers autoroutiers, la Direction générale de la mobilité et des routes (DGMR) et l’OFROU mettent en place des moyens de protection physique et une signalisation spécifique. La Police cantonale procède à des contrôles de vitesse avec des radars fixes et mobiles.

L’entretien des routes est assuré chaque jour par des personnes qui exercent leur métier dans des conditions parfois difficiles. Il comprend une part de risque que le Canton et la Confédération s’efforcent de réduire au minimum, mais qui ne peut être totalement éliminée. Les automobilistes et autres usagers du réseau routier doivent le plus grand respect et la plus grande attention aux personnes qui travaillent sur les routes qu’ils empruntent, tant sur les chantiers autoroutiers que sur le « fly-over ».

Les employés d’entretien de la DGMR s’exposent tous les jours aux dangers que représentent une charge de trafic dense, des conducteurs parfois inattentifs et surtout des usagers circulant à des vitesses inadaptées en présence de personnes aux abords des chantiers. Ainsi, des moyens de protection de plus en plus importants sont engagés par la DGMR lors d’interventions de son personnel, comme par exemple l’usage de camions-tampons. La nouvelle norme suisse, qui traite des chantiers sur autoroutes, demande un abaissement systématique de la vitesse à 80 km/h dès qu’il y a la présence de chantiers mobiles ou fixes sur les routes nationales. Dans des cas particuliers, un abaissement à 60 km/h est même nécessaire : comme par exemple pour le passage sur le « fly-over » ou lors de basculements du trafic sur la chaussée opposée pendant des travaux de nuit.

Afin de faire respecter ces limitations spécifiques, la Police cantonale a installé quatre appareils de contrôle automatisé de la vitesse sur le viaduc de Chillon et un sur le « fly-over ». Des contrôles mobiles et discrets complètent ce dispositif de sécurisation des zones de chantiers. Comme l’année passée, des panneaux jaunes indiqueront le nombre de retraits de permis sur l’ensemble des contrôles effectués dans le cadre de cette campagne de prévention.


En 2014, la Gendarmerie a contrôlé, dans les zones de chantier sur l’A9, quelque 7’124’288 véhicules, dont 1,45% étaient en infraction (103’120 véhicules en infraction). Le nombre de permis retirés était de 505 et dans le cadre des 43 contrôles mobile, la vitesse la plus élevée constatée était de 135 km/h au lieu de 80 km/h.


Communiqué de la Police vaudoise, le 01 mai 2015, Photo illustration : © Mihai-Bogdan Lazar

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)
Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 02.05.2015.