Les États-Unis, le seul eldorado de l’industrie pharmaceutique suisse

BÂLELes États-Unis ont eu un PIB d’environ 20 trillions de dollars (20’000 milliards) pendant l’année 2018, de loin la première économie mondiale. Par comparaison la Suisse a enregistré un PIB d’environ 0,7 trillions pour la même année ou 28 fois moins. Certes, la Chine a eu un PIB d’environ 13 trillions en 2018 et se rapproche de la première puissance mondiale, selon une édition du magazine anglais de référence The Economist parue en juin 2019, mais les Chinois consomment beaucoup moins de nouveaux médicaments ou en tout cas sont vendus beaucoup moins chers qu’aux États-Unis.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)


2 tiers des nouveaux médicaments

Dans un article assez surprenant de The Economist (du 22 juin 2019) qui cite un nouveau rapport de la banque suisse UBS, on apprend que les Américains (moins de 5% de la population mondiale) ont dépensé presque deux tiers de tout l’argent dans le monde pour les nouveaux médicaments de 2012 à 2017. Autrement dit, ce sont les Américains qui financent de façon très importante la recherche pharmaceutique mondiale et notamment celle qu’on trouve en Suisse comme dans la région de Bâle avec les deux géants de Big Pharma que sont Novartis et Roche. Rappelons que les États-Unis est le pays de l’OCDE qui dépense le plus pour la santé en termes de pourcentage du PIB, certaines sources parlent d’environ 20%. La Suisse suit mais à quelques points de pourcentage en moins avec 12,3% de son PIB en 2017.

Les États-Unis, le seul eldorado de l’industrie pharmaceutique suisse

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)


Politique

Les États-Unis, le seul eldorado de l’industrie pharmaceutique suisseMême si le gouvernement américain de Donald Trump, de droite et donc forcément pro-business, n’est pas allergique à l’industrie pharmaceutique, certaines personnes de son camp (Républicains) critiquent les prix trop élevés des médicaments aux États-Unis. On sait que la publicité pour les médicaments vendus sur ordonnance est omniprésente sur les grands networks américains (ex. CBS). Une idée du gouvernement Trump a été d’obliger les laboratoires pharmaceutiques à informer le prix du médicament dans la publicité. Mais la mesure est contestée en justice toujours selon The Economist. Novartis et Roche n’ont pour le moment pas beaucoup de soucis à se faire, l’eldorado ou la cash machine pour utiliser un terme plus anglais, devrait perdurer même si quelques légers nuages semblent arriver à cause notamment d’une remise en question de certains prix extrêmement élevés mis sur le marché récemment (ex. une thérapie génique de Novartis à 2,1 millions de dollars le traitement).
Dans quelques années la Chine pourra peut-être contribuer à garantir de nouveaux débouchés massifs pour l’industrie pharmaceutique suisse. Mais en attendant les avions de Zurich vers les États-Unis devraient continuer à être bien remplis de cadres des deux Big Pharma suisses.

Le 25 juin 2019. Par Xavier Gruffat (pharmacien, MBA). Sources primaires : The Economist (du 22 juin 2019).

Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 25.06.2019.