5 principes à retenir de l’homme le plus riche du monde, Jeff Bezos

NEW YORKL’homme de loin le plus riche du monde et fondateur d’Amazon Inc. ainsi que propriétaire du Washington Post, Jeff Bezos, s’exprime parfois dans des interviews et surtout dans des conférences sur ses principes et méthodes. Il possède environ 17% des actions d’Amazon Inc., une société évaluée à environ 1 trillion de dollars en octobre 2018, soit environ 170 milliards de dollars américains. Romanvie.ch a retenu 5 bons conseils pour vous aider si vous êtes un patron ou cadre. Remarquons que le nom Amazon vient du fleuve Amazone, le plus grand du monde. L’Amazonie est aussi la région la plus riche du monde en terme de biodiversité. Comme Amazon vend de nos jours presque tout (et n’importe quoi), le nom est extrêmement bien choisi, même si cela ne ravit pas forcément les Brésiliens (et autres pays de la région amazonienne) qui se sont faits un peu voler le nom de leur fleuve. Amazon fait aussi penser à “de A à Z”. Bref, le terme Amazon n’était pas la première idée du site (le premier nom était Cadabra qui faisait penser à cadavre ou en anglais cadaver) de Jeff Bezos mais s’est avéré une partie importante du succès. Mieux comprendre les principes de cet ancien élève de l’école Montessori, un de plus. 


1. Futur tout ! Vous travaillez pour dans 3 ans. Par exemple, le travail effectué en 2018 sera utile seulement en 2021. C’est un concept intéressant même s’il s’applique peut-être plus à des énormes entreprises comme Amazon Inc. avec ses environ 500’000 employés qu’à une petite entreprise. L’idée est probablement l’inertie qu’a tout (grand) projet. Par exemple, au début AWS (le système cloud d’Amazon) était peu rentable et l’est devenu seulement après plusieurs années. Jeff Bezos affirme travailler pour le futur, et non  pour le présent. Dans un entretien datant de septembre 2018, il a affirmé qu’il travaillait sur le trimestre dans 3 ans (ex. T32021).

2. 3 décisions par jour, qualité ! Jeff Bezos affirme effectuer en moyenne 3 décisions par jour, or dans une entreprise comme on l’a vu d’un demi-million d’employés on peut imaginer qu’il y a des dizaines, voire des centaines, de décisions à prendre quotidiennement pour un CEO. Mais lui préfère la qualité à la quantité et évite de prendre trop de décisions. Il se concentre sur les plus importantes (on peut penser, faut-il ou non racheter une entreprise) et estime que 3 décisions de qualité quotidiennement suffisent. Pour être en forme il se couche tôt et se lève tôt en dormant en moyenne 8 heures par nuit. Il ne prend en général pas une décision importante après 17h00. Les meetings importants, c’est-à-dire où les décisions sont très importantes, sont prévus avant le déjeuner (dîner en Suisse ou lunch), en général à10h00. Il a expliqué cette façon de faire lors d’un événement qui s’est tenu en septembre 2018 à Washington (D.C.).

3. Petites équipes. Lors de cet événement dans la capitale américaine il a expliqué que tout ce qu’il avait fait avait commencé avec une petite équipe. Dans le passé il avait déjà précisé qu’il fallait nourrir une équipe de travail avec seulement 2 pizzas. Si ce n’était pas suffisant, alors l’équipe était trop grande.

4. Une innovation ? Dans un autre événement qu’il a donné par le passé, il avait expliqué qu’une innovation pouvait être qualifiée d’innovation seulement si le client l’adoptait. Autrement dit, créer par exemple une nouvelle plateforme avec plein de technologie et très design n’était pas une innovation si les clients ne l’utilisaient pas. Basique mais tellement vrai. Dans le capitalisme le client est roi, bien sûr.


5. Obsession du client (customer centric). Justement c’est un grand classique du succès d’Amazon Inc. et Jeff Bezos. On aurait d’ailleurs dû le mettre comme conseil no1. En effet, l’idée est de toujours servir au mieux le client sans prêter trop d’attention à la concurrence. Dans l’événement de Washington D.C. en septembre 2018 il a expliqué qu’il avait par exemple demandé aux premiers clients ce qu’Amazon devrait vendre après des livres. Car pour rappel le site a commencé à vendre des livres avant de s’étendre à d’autres domaines. Simplement demander l’avis du client est une idée autant simple qu’efficace. Les 12 principes d’Amazon sont très intéressants pour mieux comprendre cet aspect.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)

Article mis à jour le 5 novembre 2018 Par Xavier Gruffat (pharmacien, diplômé MBA). Sources : YouTube, The Wall Street Journal. Crédits photos : Fotolia.com

Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 05.11.2018.