Qu’est-ce que Pâques pour les Chrétiens ?

Évoquer la fête de Pâques revient le plus souvent à penser aux enfants, au lapin, aux cloches et œufs en chocolat. Si notre système de datage commence avec l’année de naissance de Jésus Christ, c’est sa résurrection qui a valu à la date de Pâques la date annuelle de la plus grande commémoration chrétienne. Étymologiquement, Pâque(s) signifie « passage », donc le passage de la mort à la vie. Bien que les traditions se référant à cette date varient d’un pays à l’autre, aux yeux des chrétiens, Pâques reste le pilier de la religion, dont la célébration diffère légèrement chez les catholiques et les protestants/évangéliques, mais reste toujours dans le même fondement.

La signification chrétienne de Pâques

Pâques est à l’origine du Christianisme. Un mystère aux multiples interprétations, mais qui représente le don ultime de Dieu, qui a fait cadeau de la vie de son fils pour laver les hommes de leurs péchés. La résurrection fait office d’une promesse de vie, d’un acte de foi, d’une victoire sans précédent. Là est la racine du christianisme, une foi qui survit à la mort, une résistance absolue qui demeure au-delà de toute épreuve. La fête de Pâques célèbre la vie, la libération et l’espoir. Croire en Jésus, fils de Dieu, nous donne la vie éternelle, comme l’explique l’évangile de Jean notamment.

Pâques catholique : une célébration sur une longue période

Chez les catholiques, les préparatifs de Pâques commencent à la fin du Mardi gras (Carnaval). Le mercredi des Cendres, marquant le début du carême, est un jour pour se repentir et examiner la conscience. En se rendant à l’église pour la distribution des cendres, ce jour rappelle aux chrétiens leur état de « poussière qui redeviendra poussière ». La période de 40 jours qui constitue le carême équivaut au temps passé par Jésus Christ dans le désert. Sa valeur spirituelle réside dans la purification du corps et de l’esprit, en prenant la forme d’un demi-jeûne durant lequel aliments riches et carnés sont proscrits, en préparation à la résurrection.

Le dimanche avant Pâques représente l’arrivée de Jésus à Jérusalem, lorsqu’il fût accueilli par un tapis de branches de palmier. C’est ainsi qu’est née la célébration du dimanche des Rameaux, pendant laquelle les chrétiens font bénir des branches, parfois décorées, destinées à les protéger du mal pendant toute l’année. La semaine suivante est la semaine sainte, avec la célébration du jeudi saint qui constitue l’instauration de l’Eucharistie, le Vendredi saint qui représente le jour de la mort du Christ, et qui se termine par une veillée pascale la nuit du samedi à dimanche. Lorsque le jour de Pâques arrive, tous les interdits sont levés, et la naissance à la vie de Jésus est célébrée dans la joie et l’allégresse.

Pâques protestante : une commémoration légèrement différente

Du côté des protestants et évangéliques, le témoignage biblique est plus important, sur la victoire de la vie sur la mort. La célébration commence par le culte des rameaux, et se poursuit par la semaine sainte. Il n’existe pas de prescriptions alimentaires particulières, et la veillée se tient surtout pendant le jeudi saint, pour se rappeler le dernier repas (souper) du Christ avec ses disciples.
En général, la fête de Pâques est fêtée par toutes les églises protestantes et évangéliques, ce qui n’est pas toujours le cas de Noël. Pour certaines églises évangéliques Noël est une fête païenne.


Référence juive


Il faut noter qu’avant le Nouveau Testament et la naissance de Jésus Christ, Pâque (au singulier) était la fête juive qui célébrait la libération du peuple hébreu et son départ vers la terre promise. Cette image de la liberté et de la renaissance est restée très présente dans la célébration actuelle qui rend hommage à la mort et à la résurrection de Jésus.

Par la rédaction de Romanvie.ch, article mis à jour le 27 mars 2018, Photo d’illustration : Fotolia.com

Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 27.03.2018.

Pages les plus lues