Seulement 6% des Brésiliens totalement en faveur de l’IVG (sondage 2019)

SAO PAULO – L’avortement volontaire, ou IVG (interruption volontaire de la grossesse) est un thème passionnant car le fruit de nombreuses possibles manipulations en fonction de l’orientation politique. Par exemple, on apprenait début janvier 2019 dans une dépêche du Figaro de l’AFP que lors du Grand débat national français en réaction aux “gilets jaunes”, les thèmes de l’IVG, de la peine de mort et du “mariage pour tous” ne pourront pas être discutés. Bref, en France l’IVG est un tabou. Mais au Brésil, la France qui a pourtant la plus grande frontière avec ce pays en Amérique du sud, la situation est presque inversée. Dans le plus grand pays d’Amérique latine l’IVG est interdite et la situation n’est pas prête de changer avec le nouveau gouvernement conservateur pro-chrétien au pouvoir (gouvernement Bolsonaro). De plus, le Brésil compte environ 80% de Chrétiens (pour résumer moitié d’évangéliques et moitié de catholiques) qui sont en général contre l’IVG, selon les Ecritures. Autrement dit, en France l’IVG est intouchable et au Brésil l’interdiction de l’IVG est intouchable, sauf pour quelques libéraux et journalistes.

Sondage intéressant


Le principal journal du Brésil, la Folha de S.Paulo, pourtant classé à gauche ou en tout cas libéral a publié le 10 janvier 2019 à travers son institut de sondage Datafolha (lien vers le sondage ici pour la référence) qu’une grande majorité des Brésiliens étaient contre l’IVG. Actuellement l’IVG est seulement autorisée lors de 3 cas particuliers qui sont : lorsque la grossesse est le fruit d’un viol, quand la vie de la mère est à risque et lorsque le foetus souffre d’anencéphalie. Pour 41% des personnes interrogées, la loi devrait être changée et l’IVG interdite dans toutes les situations, c’est-à-dire sans plus aucun cas particuliers. Pour 34% des sondés la loi actuelle avec ces 3 exceptions devrait continuer. 16% pensent que la loi devrait être changée pour augmenter le nombre de cas particuliers et seulement 6% des Brésiliens estiment que l’IVG devrait être légale dans toutes les situations. 2% des participants n’ont pas répondu et 1% a amené une autre réponse que celle des sondeurs. Ce sondage a été réalisé en décembre 2018. Au Brésil, un nombre important de personnes athées ou agnostiques sont contre l’IVG ou en tout cas pas totalement en faveur de la légalisation totale, vu que ce groupe de personnes représente environ 15% de la population (à mettre en relation avec les 6% pour une libéralisation sans aucune condition de l’IVG).

Conservatisme


Bref, tout indique que le peuple brésilien en tout cas par rapport à l’IVG est très conservateur dans une vision européenne ou en tout cas française. Un sondage très intéressant du Pew Research Center publié en 2018 avait montré de très grandes différences par rapport à l’IVG selon les pays. Par exemple en Suède une très grande majorité (plus de 95%) est en faveur de l’IVG alors qu’en Géorgie (pays au sud de la Russie) la situation est inversée avec plus de 90% contre l’IVG. Lire ce sondage du Pew Research Center
En Suisse environ 1 tiers sont contre l’IVG et 2 tiers en faveur de l’IVG, qui est légale en Suisse, toujours selon le Pew.

Le 12 janvier 2019. Par Xavier Gruffat. Sources : Folha de S.Paulo (print et site web), The Pew Research Center.

Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 12.01.2019.