Théologie de la prospérité et développement personnel, polémique entre pasteurs américains, exclusif

Lakewood ChurchHOUSTON – ZURICHCes dernières semaines, une importante polémique a secoué le monde évangélique américain (environ 25% de la population du pays). Victoria Osteen, la femme du très célèbre pasteur américain Joel Osteen de la megachurch Lakewood Church (notre photo, source: Wikipedia.org) à Houston, au Texas, a affirmé il y a quelques semaines pendant un culte: “Quand on obéit à Dieu, on ne le fait pas pour Dieu…on le fait pour nous. Parce que Dieu a du plaisir, quand nous sommes heureux. Faites le bien, car Dieu aimerait qu’on soit heureux. Quand vous venez à l’église, quand vous adorez Dieu, en vérité vous ne le faites pas pour Dieu mais pour vous même, car c’est cela qui rend Dieu heureux.”

Cette phrase a eu un fort impact dans le plus grand et influent pays évangélique du monde, même au Brésil (3ème plus grand pays évangélique après la Chine) certains médias évangéliques ont en parlé. Il existe bien entendu des milliers d’églises évangéliques aux Etats-Unis et des dizaines de milliers de pasteurs, mais lorsque la plus grande église des Etats-Unis (Lakewood Church) à Houston s’exprime, les conséquences sont considérables et font remonter des différences dans toutes les dénominations du courant évangélique américain et mondial.

Lakewood Church, la mega des mega church
La Lakewood Church est tout simplement la plus grande église des Etats-Unis et compte environ 45’000 membres dans un seul lieu (il existe des plus grandes églises comme l’Eglise Catholique ou les Eglises Baptistes du Sud, mais celles-ci sont présentes dans des milliers de lieux à travers les Etats-Unis). Les cultes de la Lakewood Church ont lieu dans une halle sportive réaménagée avec une capacité de 16’800 places (notre photo ci-dessus), davantage que le gigantesque Temple de Salomon à Sao Paulo construit récemment par une autre grande église évangélique, l’Eglise Universelle du Royaume de Dieu d’origine brésilienne, qui peut elle rassembler 10’000 personnes comme Romanvie.ch en a parlé. Selon Wikipedia, 7 millions de personnes (presque la population de la Suisse) à travers le monde regardent les sermons de la Lakewood Church chaque semaine grâce à différentes chaînes de TV. Joel Osteen est assez souvent interviewé par les grands networks américains comme CNN, Fox, CBS, etc. M. Osteen et sa femme appartiennent clairement au club fermé des pasteurs les plus influents des Etats-Unis, il a également vendu des millions de livres.

Polémique entre évangéliques
La phrase prononcée par Victoria Osteen peut tout de même être considérée comme malheureuse, elle reconnaît d’ailleurs dans un interview exclusif au média américain de tendance conservatrice The Blaze qu’elle aurait pu utiliser d’autres mots. On sent effectivement beaucoup trop de développement personnel dans cette phrase et pas du tout un socle théologique solide.  Autrement dit, cette phrase montre un christianisme assez égocentrique et peu tourné vers la communauté. Bien sûr, que celui qui n’a jamais pêché jette la première pierre…
Il est aussi vrai que cette église, peut-être l’origine de son succès, est connue pour être très axée sur le développement personnel. Son mari, Joel Osteen, avait affirmé dans un interview à CNN que l’enfer n’existait pas.
Il est difficile de savoir si ces églises comme la Lakewood Church cherchent à tout prix la croissance et sont prêts à faire l’impasse sur d’importants concepts théologiques du protestantisme ou si cela part d’une vision divine et totalement honnête des pasteurs. A la fin, la grande force des mouvements évangéliques est aussi sa diversité et la capacité à toucher différents publics (lire la notion de segmentation ci-dessous).

Une voix très critique est venue de Steve Camp, pasteur de l’église de la Croix à Palm City, Floride, selon lui cette phrase de Mme Osteen signifie: “C’est l’ancien péché de l’idolâtrie, ce n’est pas pour Dieu, mais pour nous.”

Un sermon qu’on peut entendre à la Lakewood Church (voir vidéo ci-dessous) de la part du pasteur Joel Osteen est: “Ta famille est très précieuse, sacrée… Tu dois toujours féliciter ta femme (ou mari), tes enfants, être très fier d’eux. Tu dois tous les jours leur dire que tu les aimes… Les mots ont du pouvoir…Chéri(e), si je devais tout refaire, je me marierai encore immédiatement avec toi…”. C’est vrai que dans un monde violent et dépriment, ce genre de phrases fait du bien à entendre le dimanche. Romanvie.ch n’a d’ailleurs rien contre, pour autant que Dieu reste au centre du message.

Segmentation des églises évangéliques
On peut noter, à la différence de l’Eglise Catholique ou de certaines églises protestantes (ex. les luthériens, voire baptistes), que le succès des églises évangéliques, excluons ici l’impact de Dieu, repose sur la segmentation du marché religieux.
Autrement dit, dans chaque grande ville en tout cas, vous trouverez des églises évangéliques en fonction de votre style de vie : églises cool avec des pasteurs en chemise à fleurs, églises orientées sur le réseau économique et prêchant la foi dans la réussite économique, églises traditionnelles avec étude de la Bible, églises axées sur la musique comme Hillsong, etc. Une église comme l’Eglise Universelle du Royaume de Dieu est même capable d’atteindre plusieurs segments, avec par exemple au Brésil (en tout cas à Sao Paulo) le lundi un culte pour les entrepreneurs, d’autres jours de la semaine un culte pour les personnes en difficulté amoureuse (divorce, trahison), un autre jour pour les personnes dépendantes (drogue), etc.

Théologie de la prospérité
L’autre raison qui explique clairement le succès des églises évangéliques, par rapport aux églises traditionnelles comme l’Eglise Catholique ou protestante est le concept de théologie de la prospérité. Par exemple, certaines personnes s’identifient à une théologie très positive, on pourrait ironiser en parlant de “théologie Coca Cola”, dans le sens de la positive attitude et d’autres recherchent une vision plus conservatrice, voire pessimiste.

Dans un monde si complexe et tragique (il suffit de lire et regarder les news quotidiennes), les grandes églises évangéliques notamment de tendance pentecôtistes et néo-pentecôtistes sont celles qui enregistrent les plus grandes progressions en étant très optimiste. Certains théologiens affirment qu’elles se rapprochent toujours plus du concept de théologie de la prospérité, pour résumer et simplifier une église prêchant un succès personnel sur cette terre (financier, amoureux, professionnel) et pas seulement la promesse du paradis. L’église catholique et la plupart des églises protestantes historiques affirment clairement que croire en Dieu ne changera rien à sa vie sur cette terre, autrement dit les malheurs et maladies devraient être autant fréquents que les athées par exemple. C’est l’une des plus importantes différences théologiques entre les catholiques/protestants et évangéliques.

ICF, l’exemple suisse
En Suisse, l’église qui serait la plus proche d’une telle théologie imprimée par la Lakewood Church serait probablement ICF, même s’il faut le préciser les pasteurs de cette église n’ont à notre connaissance jamais prononcé une phrase si polémique que la malheureuse affirmation de Victora Osteen. ICF est une grande église évangélique d’origine suisse, elle aussi une megachurch, qui fait souvent le plein à Zurich avec des cultes fréquentés par plus de 3’000 personnes chaque week-end seulement à Zurich. ICF est présent dans d’autres villes de Suisse et est en forte croissance en Europe (Allemagne notamment).

Pour avoir fréquenté ICF Zurich quelques mois, j’ai aussi été marqué et parfois un peu surpris par les messages du pasteur senior Leo Bigger. Lui-même très influencé par les grands pasteurs américains, comme il s’exprime régulièrement à ce sujet, mais pas forcément par la Lakewood Church. Il semblerait qu’il soit davantage inspiré par des églises  de tendance baptistes, notamment celles basées en Californie.

On peut dire qu’ICF Zurich est aussi très inspiré de développement personnel, avec une grande partie du message pendant le culte dédié à la vie quotidienne et une minorité du temps à l’étude et à des citations de la Bible. La conséquence, avec une première partie remplie de musiques de la puissante Hillsong (église d’origine australienne la plus influente du monde en terme musical), est qu’ICF fait le plein de jeunes adultes et adolescents. Bien sûr toute cette foi fait plaisir à voir.


Certains Chrétiens diront qu’il vaut mieux une théologie plus “cheap” comme remplie de développement personnel pour évangéliser le monde et notamment les villes, c’est notamment le concept de l’église Hillsong comme l’a montré un article dans le New York Times International publié début septembre 2014. D’autres critiquent cette vision un peu “erronée” du Christianisme.

Ce qui est sûr c’est que ce débat entre chrétiens évangéliques continue de diviser autant aux Etats-Unis, au Brésil ou en Suisse. Romanvie.ch continuera bien sûr de suivre et d’analyser le monde évangélique mondial en étant le plus objectif possible. Romanvie soutient ICF et n’a pas pour but de porter un jugement de valeur sur le travail de cette grande église suisse, trop souvent critiquée par les médias mainstream suisses comme RTS ou Tamedia (Tages Anzeiger notamment).


Xavier Gruffat, le 6 septembre 2014. Sources: Theblaze.com, Wikipedia.org (en anglais), Gospel Prime (site évangélique brésilien), The New York Times International

Détails de la rédaction: Cet article a été mis à jour le 20.01.2015.