Publicité

Quels désirs pour la Suisse, quelle vision pour le pays ?

BERNEDans Pinocchio, le papa de la marionnette Geppetto fait un voeux pour que sa créature prenne vie, l’homme symboliquement parfois associé à Dieu émet dès le début de cette magnifique histoire une vision claire. C’est le même concept qu’on retrouve dans le Serment sur la Montagne (Mathieu 6 : 28-34), Jésus nous enseigne à ne pas nous soucier des choses matérielles ou en tout cas pas en priorité mais de se concentrer sur le Royaume de Dieu, la vision. Jésus (Dieu) pose clairement le décor dans son Serment sur la Montagne, souvent considéré avec raison comme la “Constitution chrétienne”. Ces concepts sont bien décrits à la fin du livre à succès de Jordan Peterson : “12 règles pour une vie : Un antidote au chaos”. L’auteur canadien aime beaucoup travailler le concept essentiel de la vision que cela soit au niveau personnel ou d’une organisation, y compris politique. Tout politicien (et parti) devrait être capable d’articuler une vision claire, de la communiquer et de l’exécuter.

Pour la Suisse

Ecrire un article sur la vision de la Suisse, ses désirs, est extrêmement complexe. Ce travail ne peut pas être fait dans un simple article et prendra aussi beaucoup de temps, probablement des années pour faire remonter des idées et les intégrer. Le but ici est plus de faire réfléchir les intellectuels et politiciens pour prendre très au sérieux cette question absolument existentielle. On peut dire que chaque parti politique devrait créer et communique une vision claire, au-delà d’un simple programme.


Conservatisme

A titre personnel je crois à une Suisse conservatrice, bien décrite ici dans un article sur les valeurs du conservatisme. Mais peut-être vous avez une vision plus écologiste, davantage axée sur la justice sociale ou la liberté pure. Dans tous les cas chaque intellectuel ou penseur devra se poser les bonnes questions puis essayer d’y répondre d’une façon la plus claire possible.
Voici quelques idées qui me paraissent essentielles pour une Suisse forte et conservatrice :
– Bien communiquer et être logique sur les questions de responsabilité ou devoir. On a des droits mais aussi des responsabilités. Par exemple j’ai le droit de toucher des indemnités chômage, mais j’ai le devoir de travailler si j’en ai la capacité.
– Une immigration contrôlée notamment par rapport aux immigrants non chrétiens. On a le droit de choisir en partie notre immigration.
– Des minorités qui n’imposent pas à la majorité leurs visions du monde. Par exemple les vegans n’ont pas à imposer leur alimentation à toute l’humanité, si une personne veut manger de la viande elle peut. On revient à la notion de droits et de libertés.
– Une politique restrictive sur la drogue (pas de libéralisation des drogues).
– Critique des théories de genre (ex. contre écriture inclusive). Être en faveur de traditions.
– Etre en faveur des classes moyennes, moins des élites (Main Street au lieu de Wall Street).

Quelle vision ?

Ci-dessus j’ai plutôt présenté des concepts conservateurs ou des grandes lignes comme un programme, mais ai-je parlé de la vision ? Non. Car c’est compliqué et il me faudra du temps pour trouver une vision pour la Suisse. Un de mes buts est d’arriver à trouver une vision pour la Suisse axée et proche de la Constitution suisse actuelle. Certains parlent de manifeste (manifesto) mais je préfère parler d’une vision qui tiendrait en maximum 1000 mots, probablement moins.

Communication

Pour nous conservateurs, la grande difficulté est aussi d’arriver à communiquer nos idées. Ce site essaie modestement de le faire.
En terme politique on pourrait articuler un projet comme “Vision nationale 2035”.

Affaire à suivre comme on dit…


Le 25 novembre 2022. Par Xavier Gruffat.

Est-ce que cet article ou dossier était utile ?

Observação da redação: este artigo foi modificado em 27.11.2022

Publicité